.
.

Le triomphe de la vérité

.

Destitution du maire DANDAKOE de Malanville: Les conseillers frondeurs s’absentent au vote de défiance convoqué à leur demande


Dandakoé Inoussa, maire de la commune de Malanville

Faux bon aux populations de la commune de Malanville et à l’autorité de tutelle de la mairie. Les conseillers frondeurs de la commune de Malanville fuient la session qu’ils ont eux-mêmes sollicitée. Invités vendredi dernier, à la salle de délibération de la mairie, par le préfet de l’Alibori et le maire, pour passer à l’acte proprement-dit de destitution, après l’échec de la conciliation, ils ne se sont pas présentés. Les conseillers qui ont appelé à la convocation de la session devant constater le vote de défiance contre le maire de Malanville étaient abonnés absents à ladite session, au grand mécontentement de leurs collègues restés fidèles au maire Inoussa Dandakoe. A l’ouverture de la session qui devrait,  vendredi dernier, connaître du vote de défiance en question, la liste de présence ouverte par le préfet de l’Alibori, dans la matinée du vendredi n’a enregistré que 9 conseillers présents, y compris le maire incriminé. Attendant de 8h jusqu’en début d’après-midi de ce vendredi 25 mai 2018, leurs collègues dissidents pour engager le vote qui va consacrer la destitution du maire contesté, les conseillers acquis à la cause du maire Dandakoe n’ont vu l’ombre d’aucuns de leurs collègues dissidents, pourtant demandeurs de ladite session. Comme s’ils avaient peur du processus qu’ils ont eux-mêmes engagé, les élus locaux frondeurs de Malanville ont pris leurs jambes à leur coup, fuyant la session qu’ils ont eux-mêmes demandé avec véhémence. Selon des informations dont on a connaissance, c’est suite à un retournement de situation aggravée par des dissensions qui sont apparues en leur sein, que lesdits conseillers en rupture de banc, ont brillé par leur absence. Voyant en effet que le maire contesté a réussi à avoir à sa cause, la minorité de blocage, avec au moins 9 conseillers défavorables à sa destitution, les tombeurs du maire de Malanville ont fortement hésité à faire le déplacement de vendredi dernier. Parce que mis en minorité. 17 au départ, à engager le processus de destitution du maire sur 25 conseillers, les dissidents ne sont désormais que 16 et n’ont pas l’assurance de maintenir leur nombre intact. Mieux, en plus de la cacophonie des ambitions au poste de maire(03 candidats désireux de conquérir le poste), de graves dissensions sont apparues en leur sein au sujet de la future gestion de la mairie.

Retournement de situation

Comme si le maire contesté a étouffé dans l’œuf le projet de ses détracteurs, les conseillers dissidents  semblent être bloqués à la métaphase de leur propre projet. Car, ils  n’ont pas évolué comme ils l’imaginaient, malgré les nombreuses promesses mirobolantes qui leurs sont faites par leurs mentors politiques en quête d’une légitimité politique. Ayant pour mission de déstabiliser politiquement le maire Dandakoe, pour parvenir à atteindre politiquement l’ancien ministre des affaires étrangères et actuel député, président de la commission des relations extérieures de l’Assemblée nationale, Nassirou Bako Arifari, qui soutient ouvertement l’action du Président Patrice Talon, les conseillers dissidents sont comme en difficulté actuellement. Ces conseillers frondeurs qui sont en réalité, proches d’autres politiciens de la région, tiennent à affaiblir le maire. En face, ils ont les partisans du député Nassirou Bako Arifari, membre de la mouvance au pouvoir depuis 2016, le BMP. C’est donc une rivalité au sein d’acteurs à la base qui s’observe dans la commune de Malanville, en cette veille de luttes âpres pour le positionnement dans le cadre des prochaines législatives. Parviendront-ils à surmonter leurs dissensions internes avant d’obtenir la tête du maire Dandakoe ? Les prochains jours nous édifieront.

Seulement, pour l’heure, les conseillers acquis à la cause du maire Danfakoe attendent la prochaine convocation de la session pour mettre en déroute le plan de leurs adversaires à travers un vote franc au profit du maire qui est, selon eux, victime d’un acharnement politique qui vise une déstabilisation en sourdine du député Nassirou Bako Arifari.

Soupçonné d’être mêlé aux intrigues contre le maire de Malanville, le député Idrissou Bako a catégoriquement rejeté cette accusation. Il défend à quiconque de lui imputer l’acharnement politique contre Inoussa Dandakoe, le maire de Malanville. Estimant qu’il n’en est pour rien, le  député Idrissou Bako, pour se justifier, évoque qu’il n’y a que deux conseillers  qui sont proches de lui sur 25 conseillers que compte le conseil communal de malanville. Ce sont les conseillers d’un même camp politique, la mouvance, qui s’entrechoquent  et on me voit derrière cela ? S’insurge l’honorable Idrissou Bako qui jure ne jamais baser sa stratégie politique sur le contrôle d’une mairie.

Gérard AGOGNON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page