.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec le député Jean-Michel Abimbola à propos de l’an 1 du Bloc de la majorité parlementaire: « Le BMP apporte un accompagnement objectif au Gouvernement »


Depuis le vendredi 11 mai 2017, un groupe de députés, une soixantaine, a décidé d’accompagner le président Patrice Talon, en lui apportant un soutien parlementaire efficace et nécessaire à la mise en œuvre des réformes envisagées pour remettre le Bénin sur le chemin du développement. Le premier Coordonnateur du Bloc de la majorité parlementaire (BMP) dévoile, ici, les coulisses de la création de ce bloc. L’honorable Jean-Michel ABIMBOLA revient également sur les fondements et les principaux objectifs du BMP et fait le point de quelques lois votées grâce à la diplomatie légendaire des responsables du bloc. Très confiant, l’Elu de la 22ème Circonscription électorale confie que le BMP mène le juste combat qu’il faut pour l’épanouissement du peuple.

L’Evénement Précis : Que peut-on retenir des coulisses de la création du Bloc de la Majorité Parlementaire? Quel était l’objectif réel ?

He Jean-Michel ABIMBOLA : Merci monsieur le Journaliste. Alexis de Tocqueville disait : « Les peuples ne mettront leurs destins qu’entre les mains de Représentants qui savent saisir l’urgence d’une réforme, déterminer son opportunité et sa forme ». Le Mardi, 4 avril 2017, l’Assemblée nationale a rejeté la prise en considération du projet de révision de la constitution par un vote de 60 députés pour, 22 contre et une abstention. Ce rejet du projet de révision, qui, a notre avis était perfectible, a été le point de départ de la volonté commune et manifeste de cinquante-neuf députés signataire de la déclaration de constitution du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP), de former un Bloc pour mieux nous organiser afin d’accompagner le Président de la République dans sa volonté d’œuvrer inlassablement pour la mise en œuvre et la réussite du Programme d’Actions du Gouvernement et la réalisation efficace des principaux objectifs de démocratie, d’unité nationale et de développement. Ce Bloc n’est pas une caisse de résonnance du Gouvernement, mais a pour objectif d’apporter un accompagnement objectif à travers des amendements aux projets de lois et le vote de lois entrant dans le cadre de la satisfaction de l’intérêt général des populations.

Comment aviez-vous réussi à convaincre vos collègues, puisque tout le monde n’était pas acquis aux réformes envisagées par TALON?
La première question qui mérité d’être posée est celle de savoir pourquoi le BMP a été créé. A cette question, la réponse est la défense de l’intérêt général des populations à travers un accompagnement parlementaire propice à la réalisation du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG). Tout citoyen qui aime son pays, encore mieux un Représentant du peuple, est toujours soucieux du bien-être de sa population. En réalité, nous avons été convaincus par la pertinence du PAG. Si ce programme est efficacement mis en œuvre, il transformera notre pays. Nous n’avions pas eu besoin de convaincre par d’autres arguments ou moyens. Il fallait choisir entre le développement du Bénin et les intérêts personnels de chacun. Les Députés du BMP ont choisi spontanément de défendre l’intérêt du peuple béninois.

Mais on a comme impression que certaines divergences avaient persisté jusqu’à un moment donné, puisque c’est bien longtemps après sa création que le Bloc s’est doté d’une équipe de coordination.
La constitution du BMP telle que cela s’était opéré, n’avait pas été un bloc constitué de façon structurelle avant le rejet de la prise en considération du projet de révision constitutionnelle. C’est ce rejet qui a été le point de départ de la constitution du Bloc. Dans ce contexte, il a fallu prendre du temps, pour discuter, s’entendre sur un minimum de principes et de règles d’organisation avant de mettre sur pied les instances de gouvernance du BMP. Il faut noter qu’avant la mise en place de ses instances dirigeantes, le BMP était très bien structuré avec un organe transitoire (le Comité de Pilotage) qui a été mandaté pour organiser les députés du Bloc, élaborer un premier plan d’actions et conduire à la mise sur pied des instances dirigeantes du Bloc. Même s’il y a eu quelques divergences, elles sont inhérentes à la nature humaine. Mais elles n’ont pas empêché le bon fonctionnement du Bloc. Vous n’avez pas notre agenda, et vous ne pourriez donc pas préjuger du temps qu’il fallait pour mettre sur pied les instances dirigeantes. Le Bloc avait son plan d’actions et son agenda qu’il a respecté à la lettre.

Quelles sont les relations que le BMP entretient aujourd’hui avec le Chef de l’État et les membres de son Gouvernement?
Vous ne pouvez pas soutenir un programme d’actions d’un Gouvernement et ne pas entretenir de bonnes relations avec ce Gouvernement. C’est tout à fait logique et normal que le BMP entretienne de très bonnes relations avec le Gouvernement.

Vous coordonnez donc les activités du Bloc depuis quelques mois. Qu’est-ce qu’on peut retenir comme acquis au profit du chef de l’Etat ?
Dans le cadre du vote des lois, le BMP a contribué, par la qualité des membres qui le composent, à l’étude et au vote de plusieurs lois favorisant la mise en œuvre du PAG. Nous avons pesé de tout notre poids pour y arriver. On peut citer quelques-unes : la loi portant protection et promotion des droits des personnes handicapées ; la loi fixant le régime des zones économiques spéciales ; la loi portant identification des personnes physiques ; la loi modifiant et complétant la loi n°2013-01 du 14 août 2013 portant code foncier et domanial ; la loi portant code du numérique ; la loi sur le crédit-bail; la loi relative à la production, au conditionnement, à l’étiquetage, à la vente et à l’usage du tabac, de ses dérivés et assimilés au Bénin ; la loi portant sur l’interdiction de la fabrication, de l’importation, de la commercialisation et de l’utilisation des sachets plastiques ; la loi portant prévention, prise en charge et contrôle des hépatites B et C ; la loi portant sûreté radiologique et sécurité nucléaire ; la loi sur les collaborateurs externes de l’Etat ; la loi sur la Police Républicaine ; la loi sur le partenariat public-privé ; la loi portant protection, aménagement et mise en valeur de la zone Littorale ; la loi sur l’embauche ; la mise en conformité à la Constitution, de la loi n° 2017-04 modifiant et complétant la loi n° 2009-02 du 07 août 2009 portant code des marchés.
Nous avons ensuite autorisé la ratification de plusieurs accords de prêt. Ce qui a permis de mettre à la disposition du gouvernement plusieurs milliards de francs CFA pour la mise en œuvre du PAG. Nous avons également voté la loi des finances pour la gestion 2018. Cette loi est l’une des plus importantes car c’est elle qui autorise les recettes et les dépenses de l’Etat permettant au Gouvernement d’avoir les moyens de réaliser le PAG. Nous avons par ailleurs, effectué notre première sortie politique à AZALAÏ Hôtel de Cotonou, le 27 février 2018, afin d’éclairer le peuple sur les actions du Gouvernement et apporter au peuple Béninois la bonne information.
Aussi, avions-nous examiné et autorisé la ratification des Traités et Conventions qui ont permis à notre pays d’entrer dans le cercle des grandes Nations de la Sous-région. Il s’agit de la Convention sur les armes à sous-munitions, adoptée à Dublin le 30 mai 2008; le Protocole portant amendement relatif à l’insertion de l’Accord sur la facilitation des Échanges dans l’Annexe 1A de l’Accord instituant l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC); la Convention MEDICRIME et l’Accord de Bangui instituant l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), Acte du 14 décembre 2015 et le Traité relatif à la création du Corridor Abidjan-Lagos entre les gouvernements de la République du Bénin, de la République de Côte-d’Ivoire, de la République du Ghana, de la république du Nigéria et de la République du Togo, signé à Yamoussokro, le 30 mars 2014.

Et sur le plan du contrôle de l’action gouvernementale, qu’avez-vous fait pour améliorer ce volet de votre mission ?
C’est en effet, aux termes des dispositions de l’article 113 de la Constitution que l’Assemblée Nationale a le devoir de contrôler l’action du Gouvernement. Et ceci se fait à travers des questions que ses membres adressent au Gouvernement. Ça peut aboutir à la mise en place d’une commission parlementaire d’information, d’enquête et de contrôle ou à une interpellation du Gouvernement. Mais à un moment donné, le contrôle de l’action gouvernementale avait connu un temps de répit, en raison de l’alternance à la tête du pays. Il fallait donner du temps au nouveau régime pour prendre connaissance des dossiers. Mais après ce temps de répit, c’est avec l’activisme du BMP et surtout le sens de responsabilité du président de l’Assemblée nationale qui est un membre influent du Bloc, que les jeudi ont été désormais consacrés, depuis la session Octobre 2017, aux séances de contrôle de l’action gouvernementale à travers l’examen des questions au gouvernement. Fidèle à son engagement, le BMP a souvent dans ses relations avec les membres du Gouvernement, rappelé à ces derniers, la nécessité de contribuer à la réussite de la mission de contrôle parlementaire. Toute chose qui permettrait de rassurer davantage le peuple béninois que certains acteurs ne cessent d’intoxiquer. Dans son 6ème rapport d’activités, le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji a reconnu et salué ce management et la disponibilité de l’ensemble des députés qui ont permis de renforcer, pendant la période de référence, le contrôle de l’action gouvernementale. Le BMP s’investit un contrôle efficace et impartial de l’action de l’Exécutif. Nous laissons le soin à ceux qui suivent régulièrement l’actualité parlementaire depuis la création du Bloc de dire si le Parlement est devenu une antichambre du Gouvernement comme d’aucuns le pensent.

Il y a actuellement au Parlement, un dossier qui, semble-t-il, reste un test grandeur nature pour le BMP. Il s’agit du dossier de la levée de l’immunité parlementaire de trois de vos collègues de la minorité parlementaire. Comment voyez-vous cette demande de la justice béninoise?
L’immunité parlementaire ne doit pas être confondue à une impunité totale du Député. La levée d’immunité parlementaire n’est pas une procédure visant à ôter le titre de Député à un élu ou à le faire emprisonner. Elle vise tout simplement à permettre à la justice de pouvoir écouter le parlementaire sur qui pèsent des soupçons de détournements ou autres infractions prévues et punies par la loi. Dans ce contexte, si des soupçons de corruption pèsent sur un parlementaire, il est important qu’il soit écouté par la justice afin qu’il soit blanchi ou s’il est fautif, qu’il soit condamné à payer au peuple ce qu’il lui a indûment pris. Pour la crédibilité des Députés que nous sommes, il est important que si nous sommes soupçonnés dans une affaire, que notre immunité soit levée afin que nous puissions être écoutés par la justice pour que le peuple soit rassuré.

Quelles sont les perspectives d’avenir ?
Plusieurs projets sont en perspective pour le BMP. Il s’agit notamment de l’aboutissement de la réforme du système partisan ; la révision du code électoral ; la réorganisation des partis politiques pour les prochaines échéances électorales ; le Code pénal ; etc. Nous envisageons également faire aboutir certains projets de loi qui concernent le fonctionnement de nos institutions. Il s’agit, par exemple, du projet de loi portant loi organique sur le Conseil Economique et Social ; du projet de loi portant statut des magistrats de la Cour Suprême ; des propositions de loi portant statut de la magistrature en République du Bénin; la proposition de loi portant révision de la loi organique de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Il y a aussi la loi sur la traite des Personnes et celle relative au Code de nationalité béninoise, la loi portant lutte contre la cybercriminalité et la loi portant règlementation des activités privées de sécurité au Bénin. Nous sommes, en tout cas, rassurés que notre lutte d’aujourd’hui est celle qu’il faut mener pour l’épanouissement du peuple béninois.

Réalisation : Germin DJIMIDO

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *