.
.

Le triomphe de la vérité

.

Développement et industrialisation de l’Afrique: La BAD implique les OSC pour des projets structurants et innovants


Vue partielle des participants au forum à Abidjan

« Engager la société civile dans l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique ». C’est autour de ce thème que la deuxième édition du forum de la société civile a démarré, ce lundi 7 mai, au siège du groupe de la Banque africaine de développement (Bad), à Abidjan. Plateforme de dialogue entre la société civile et la Banque africaine de développement, cette rencontre porte sur la problématique de l’industrialisation, thème qui sera également abordé lors des Assemblées annuelles 2018 de la banque à Busan (Corée) et a pour objectif d’approfondir le partenariat avec les Organisations de la société civile pour le développement de l’Afrique.

La BAD est définitivement convaincue que la société civile demeure un partenaire privilégié pour la réalisation des cinq grandes priorités de la Banque Africaine de Développement. Car, leur engagement et leur participation concrets peuvent être un atout important. C’est pourquoi elle travaille à impliquer les Osc dans sa stratégie d’impacter positivement le développement de l’Afrique. C’est la raison d’être du forum de la société civile que la nouvelle administration de la banque a initié et qui est à sa deuxième édition, selon la directrice de l’égalité du genre, des femmes et de la société civile, madame Vanessa Moungar. Et pour y arriver, selon elle, la banque est déterminée à approfondir le partenariat avec les Osc pour le développement de l’Afrique, qui a connu une très forte croissance, ces dernières années.
Estimant que les problèmes de l’Afrique vont parfois au-delà des considérations économiques, le Chef économiste et vice-président de la gouvernance économique et de gestion de la Banque africaine de développement (Bad), Célestin Monga, a, au début du forum, relevé ce lundi 7 mai à Abidjan, qu’il y a fondamentalement quatre déficits qui freinent le développement du continent africain ainsi que son industrialisation. Au nombre de ces déficits, il y a, en premier lieu, l’estime de soi. Secondo, le déficit de curiosité intellectuelle (apprentissage de la connaissance). Tertio, le déficit de leadership et enfin le déficit de la culture de résolution de conflits.
Mais pour parvenir au développement, il est utile d’innover. C’est pourquoi la BAD, en réunissant plus de 200 acteurs actifs des Osc, a un ardent désir d’intégrer l’engagement de la société civile dans ses opérations, a souligné Célestin Monga. Pour ce faire, la Bad va revoir la manière de travailler avec les Osc en allant au-delà des projets de la banque, qui ne pourra pas à elle seule résoudre tous les problèmes du continent.
Le Chef économiste et vice-président de la gouvernance économique et de gestion de la Banque africaine de développement (Bad), Célestin Monga a, par ailleurs, appelé les Organisations de la société civiles (Osc) à réfléchir sur les projets pertinents pour l’appui aux Pme-Pmi, notamment en termes de passation de marchés publics. Le vice-président de la Bad a aussi souhaité une connexion des Pme aux zones économiques spécifiques.
En raison de ce que de nombreux investisseurs, pensant que l’Afrique est pauvre, préfèrent investir dans d’autres régions, parce que le retour sur investissement (Rsi) n’est pas profitable, le vice-président de la gouvernance économiste et de gestion de la Bad, propose de réduire les risques des retours sur investissements, Rsi, de sorte à donner confiance aux investisseurs. Pour ce faire, il pense que le problème de la transparence est nécessaire pour l’industrialisation. C’est à ce prix que les Osc et les bénéficiaires de projets peuvent avoir toutes les informations dont ils ont besoin.
C’est en présence des représentants du gouvernement, des organisations de la société civile de toute l’Afrique, des Ong, ainsi que la haute direction de la Bad, qu’a lieu, au siège de la Banque africaine de développement (Bad), du 7 au 9 mai, l’édition 2018 du forum sur la société civile. Une édition que la banque a initiée dans le cadre de son mandat pour la société civile. C’est la division de la société civile de l’institution à travers le département genre, femmes et société civile qui a lancé, en 2017, une série de consultations avec les OSC ainsi que des consultations internes avec le personnel de la Banque.
L’un des principaux résultats de ces consultations a été la décision conjointe de modifier le format des forums de la société civile de la Banque. Le Forum a lieu pendant trois jours, lors des assemblées annuelles de la Banque et est consacré aux priorités de la société civile en Afrique.

Gérard AGOGNON (depuis Abidjan)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *