.
.

.

Escalade de menaces sur la scène internationale: L’OMC craint une guerre commerciale


Le Directeur général de l’OMC et les participants du séminaire de Genève

Nous ne sommes pas encore dans une guerre commerciale, mais nous n’en sommes pas loin. Le discours prononcé, ce lundi 23 avril 2018 par le Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), laisse entrevoir les inquiétudes de l’institution quant à l’éventualité d’un conflit qui, selon lui, pourrait être préjudiciable à tout le commerce international. S’exprimant à Genève, siège de l’OMC, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture d’un séminaire organisé en faveur d’une quinzaine de journalistes francophones africains, Roberto Azevedo a laissé entendre que selon les chiffres publiés par son institution il y a quelques semaines, en 2017, le commerce a augmenté de 4,7%. « Il s’agit là du taux d’expansion le plus rapide que nous ayons enregistré depuis 2011, quand l’économie mondiale sortait de la crise financière », a-t-il dit. Mais il a ajouté que selon les prévisions de l’OMC, le commerce de marchandises augmentera de 4,4% en 2018, et pourrait se situer à 4,0% en 2019. « Toutefois, avertit l’ancien ministre brésilien des affaires étrangères, des risques majeurs subsistent. « Ils pourraient facilement compromettre toute reprise du commerce, notamment les tensions observées entre certains partenaires commerciaux », dit-il. Il s’agit là d’un avertissement très clair à l’égard des Etats-Unis, de la Chine et de l’Union Européenne dont les relations commerciales pourraient bien entrer dans une nouvelle ère de méfiance et de protectionnisme à partir de la semaine prochaine. « Une rupture des relations commerciales entre des acteurs majeurs aurait de graves conséquences pour nous tous… Les pays pauvres seraient ceux qui auraient le plus à perdre », avertit Roberto Azevedo. « Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter une nouvelle escalade », dit-il. Le séminaire de Genève est une initiative de l’OMC et de la Fondation Friedrich Ebert (FES) qui entendent initier les journalistes francophones africains aux enjeux du commerce international. A l’occasion de la cérémonie d’ouverture, le représentant résident de la FES à Genève, Hubert René Schilinger, rappelant que ce séminaire est en place depuis une quinzaine d’années, a noté qu’il permet aux journalistes francophones africains d’être initiés aux thèmes et au fonctionnement de l’OMC qui sont, à bien des égards, cruciaux pour les Etats africains.

Des effets probables

Le président américain Donald Trump a promis une augmentation des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium dès le 1er mai prochain, notamment en provenance de l’Union Européenne et de la Chine. Toutefois, ces deux régions ont promis une réaction qui pourrait faire entrer le monde dans une guerre commerciale. Selon certains observateurs avertis, en cas de guerre commerciale, le commerce international pourrait se réduire de 60%, avec des effets directs sur la croissance économique dans le monde. Et une éventuelle remise en cause des règles de l’OMC pourrait créer une loi de la jungle propice au repli sur le protectionnisme dans chaque pays ou région.

Olivier ALLOCHEME, envoyé spécial à Genève

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *