.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mobilisation de l’opposition contre la gouvernance Talon: Azannaï fait cavalier seul et boycotte Ajavon pour la 2ème fois


Il était très attendu à la déclaration de Djeffa, mais n’y était pas. Or tout convenait à sa participation, parce qu’il s’est agi des grandes retrouvailles des personnalités politiques et autres qui rivalisent d’ardeur dans une opposition en montée contre le régime Talon. Candide Azannaï, ancien ministre et député, ancien allié de Yayi, puis de Talon, était l’oiseau rare vainement recherché à la messe des opposants du samedi 14 avril dernier, dite en présence d’importantes personnalités dont Boni Yayi, Nicéphore Soglo, Sébastien Ajavon, Albert Tévoèdjrè et autres. Le président du parti Restaurer L’Espoir aurait été là qu’on dirait que la boucle était bouclée. Lui qui a très tôt lancé une « opposition nette et claire » à ce même Patrice Talon qu’il a contribué à porter au pouvoir et a travaillé à ses côtés pendant plusieurs mois au stratégique poste de ministre de défense, avant de claquer la porte.
Si ce philosophe de formation, rompu à la besogne politique depuis de longues années, partage aujourd’hui la même lutte politique que Soglo, Yayi et Ajavon, il ne semble visiblement pas motivé à jouer dans la même équipe qu’eux. Les raisons pourraient s’identifier dans ses farouches combats antérieurs contre ces mêmes hommes et toutes les dénonciations qu’il avait faites à leur encontre. S’afficher aujourd’hui publiquement aux côtés d’un Nicéphore Soglo qu’il a voué aux gémonies pendant de longues années ou encore d’un Boni Yayi à qui il a livré un combat politique sans merci tout le long de ses deux mandats, pourrait se révéler comme un exercice difficile à Candide Azannaï, constamment en quête d’une crédibilité sans faille sur l’échiquier politique national.
Mais l’absence de Candide Azannai à Djeffa, samedi dernier, n’était pas une grande surprise pour beaucoup de gens, pour n’avoir pas vu l’homme apparaître à beaucoup d’autres randonnées précédentes des opposants de Talon, comme le dernier congrès des FCBE à Parakou, ou encore, le congrès constitutif du parti de Sébastien Ajavon, USL, toujours à Djeffa. Azannaï joue sans doute une carte différente, bien qu’étant opposant attitré à Talon. Il se refuse certainement de se mêler à la foule et préfère faire cavalier seul pour mieux s’exhiber et porter loin sa voix. Ses déclarations successives depuis son divorce avec Talon ne sont pas pour autant moins tapageuses. En révélant à l’occasion d’une récente rencontre avec les femmes de son parti, ce qu’il qualifie du « plan secret » du pouvoir en place pour les prochaines élections, allusion au Ravip, Cour constitutionnelle et autres, Candide Azannai sort des cartouches dévastatrices contre son ex mentor, qui n’égalent pas certainement la messe de « requiem » de la Rupture dite à Djeffa.
Reste à savoir si, en faisant cavalier seul il ne se fera pas oublier dans le tintamarre uniforme qui s’annonce du côté du trio Yayi-Soglo-Ajavon contre Talon.

Christian TCHANOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page