.
.

Le triomphe de la vérité

.

Afrique/Journée FIFA du mois de mars: Le Bénin absent, la nomination du nouveau sélectionneur s’impose !


Ecureuils face au Nzalang national au stade Mathieu Kérékou

La plupart des sélections africaines ont profité des dates FIFA de ce mois de mars pour programmer des matchs amicaux dans les jours qui viennent. A moins de 3 mois du Mondial 2018, les qualifiés africains (Egypte, Maroc, Nigéria, Sénégal, Tunisie) en profiteront pour poursuivre leurs réglages avant l’ultime série d’amicaux fin mai-début juin. Pour les autres, il s’agira de préparer les éliminatoires de la CAN 2019 qui reprennent en septembre prochain. Et dans ce lot, on y trouve aucune programmation de la sélection béninoise qui, pourtant comme le Togo, la Gambie et autres, a besoin de mettre ses joueurs en jambes avant la reprise des éliminatoires. Mais, à y voir de près, on se rend compte que c’est normal qu’aucune sélection n’ait jeté son dévolu sur les Ecureuils pour une quelconque négociation de rencontre. Puisque, cela fait déjà trois mois que le nid des Ecureuils est sans un patron. En effet, depuis la fin du contrat du sélectionneur Oumar Tchomogo et son non-renouvellement par les autorités en charge du football, aucun autre n’a encore retenu l’attention au point d’être nommé pour conduire les Ecureuils. En d’autres termes, les Ecureuils du Bénin sont sans encadrement technique. Ce qui explique l’absence du Bénin à ce rendez-vous offert par la FIFA à toutes les sélections du monde pour disposer de leurs joueurs qui évoluent dans des championnats en Europe, de pouvoir jauger leur cohésion en sélection et surtout de tester de nouveaux joueurs détectés.

Le Bénin va en souffrir

Jusqu’à la fin du contrat de l’encadrement technique que dirigeait Oumar Tchomogo, la sélection béninoise était sollicitée par les grands comme le Maroc, l’Egypte, le Ghana, le Gabon, le Congo pour ne citer que ceux-là. C’est la preuve que la sélection béninoise a pris une allure de nation respectée. Or, cela n’a pas été facile pour le pays de renouer avec ces dates FIFA, chaque fois qu’elles sont programmées. Car, après 2010 et le passage à vide de la sélection nationale, il a fallu attendre 2015, avec l’arrivée de Oumar Tchomogo pour que les Ecureuils présentent un bien meilleur visage avant que des nations ne s’intéressent à la sélection béninoise pour accepter faire avec elle, des matches amicaux. Et cette nouvelle situation qui, pour des pays sérieux, perdure déjà, peut conduire encore ramener  le Bénin à son point de départ qui ne lui était pas favorable. Il faut alors que les dirigeants (les membres de la FBF et/ou les cadres du ministère en charge des sports) fassent diligence pour donner au Bénin un sélectionneur. Cela permettra aux Ecureuils de pouvoir profiter au moins des prochaines dates FIFA prévues pour le mois de mai et début juin.

 

Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *