.
.

Le triomphe de la vérité

.

Message de la Présidente de l’UDBN à l’occasion de la fête du 08 mars, ce jour: Le vibrant appel de Claudine Prudencio aux femmes du Bénin


L’honorable Claudine Afiavi Prudencio

L’honorable Claudine Afiavi Prudencio veut davantage travailler à l’autonomisation des femmes et à l’épanouissement des jeunes. C’est un défi majeur qu’elle se lance pour l’année 2018. Son plaidoyer pour un mieux être de femmes béninoises et africaines est assez évocateur. Dans cet entretien, la présidente du parti Union pour le Développement du Bénin Nouveau ( UDBN) donne également des précisions importantes sur ses combats politiques actuels et à venir, réaffirmant son engagement aux côtés du Président Patrice Talon pour la réussite de son mandat.

L’Evènement Précis : Qu’est-ce qui vous a motivé à embrasser une carrière politique?

Claudine Afiavi Prudencio : Je me suis engagée en politique pour être au cœur des instances de prise de décision et influencer les orientations de politiques publiques en faveur des couches vulnérables de notre société. Je ne suis pas venue à la politique pour m’enrichir, parce que Dieu m’a déjà comblée du minimum. Mon objectif principal est de contribuer à l’édification d’une cité un peu plus juste et équilibrée en faveur des femmes.

Quel regard portez-vous sur la présence des femmes dans l’arène politique au Bénin ?
D’une manière générale, la participation des femmes à la chose politique au Bénin est encore très faible. C’est d’ailleurs pourquoi, récemment, l’Assemblée Nationale du Bénin avec l’appui de l’Union Interparlementaire a organisé un séminaire sur la problématique. J’ai activement pris part à cette activité ensemble avec mes autres consœurs députées pour un impact positif.

Peut-on connaître vos ambitions pour le futur ?

Vous savez, le plus important pour moi, c’est le présent. Seul Dieu détient le souffle et connaît le plan de chacun. Mais comme malgré cette réalité, l’homme doit faire des projections dans le futur, je puis vous dire que mon plus grand défi actuel est de travailler à l’autonomisation des femmes et à l’épanouissement des jeunes. Au plan politique, je prends une part active dans la concrétisation des réformes du Président de la République, Son Excellence Monsieur Patrice Talon, notamment celles du système partisan et de la charte des partis politiques pour une meilleure animation de la vie politique au Bénin.

Quelle appréciation faites-vous de la situation des femmes africaines en proie à des violences incessantes depuis quelques années ?
Dans la plupart des pays africains, les femmes continuent hélas de souffrir le martyr malgré les efforts des Etats africains appuyés par la Communauté Internationale notamment les Nations Unions. Les violences auxquelles sont confrontées les femmes peuvent être d’ordre physique ou psychologique. La situation est particulièrement drastique dans les pays en situation de conflit.

Que préconisez-vous pour aider à une meilleure lutte contre ce phénomène ?
Je pense que pour mettre fin ou si voulez pour amoindrir les violences faites aux femmes, les Etats africains devraient investir dans l’autonomisation des femmes. Il est également nécessaire de leur assurer leurs droits et l’accès à la justice. C’est certainement pour cette raison que pour célébrer l’édition 2018 de la Journée Internationale de la Femme, la Communauté Internationale a choisi le thème thème,« le temps est proche: les activistes ruraux et urbains transforment la vie des femmes. » C’est d’une action concertée et généralisée, venant des villes et des campagnes que viendra l’amélioration du sort des femmes au Bénin et dans le monde.

 

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page