.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration du Président Macron lors de la visite du Chef d’Etat béninois à Paris: « La France soutient fortement les réformes courageuses du Président Patrice Talon »


Les Présidents Français et béninois lors des échanges

Le Président de la République du Bénin, Patrice Talon est en visite officielle en France depuis ce dimanche 04 mars 2018. Il a été reçu en audience par son homologue français, Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, dans la soirée de ce lundi 05 mars 2018, pour un entretien tête-à-tête. Au terme des échanges, les deux personnalités ont saisi l’occasion d’un point de presse pour livrer le contenu de leur entretien.

Dans son intervention au pupitre, le Président de la République Française, Emmanuel Macron, a reconnu l’importance des projets de réformes courageuses mises en œuvre par le Président Patrice Talon pour relancer la politique intérieure et la croissance économique de son pays, qualifié de « pays stable », « démocratique » et « ami de la France ». Il reconnait qu’ « engager des réformes, c’est bousculer des acteurs installés dans l’inefficacité collective ». Des réformes sur différents secteurs d’activités qu’il considère comme indispensables dans la lutte contre la corruption et qui vont dans la bonne et même direction que la France. Prenant ensuite la parole, le Président Patrice Talon a exprimé sa gratitude à son homologue français pour la qualité de la coopération entre les deux pays. Il a ensuite réaffirmé que la France reste toujours un partenaire privilégié du Bénin en matière de projets de développement. Le Chef de l’Etat béninois est ensuite revenu sur la question névralgique des réformes dont la pertinence a été reconnue et saluée par son hôte. A ce sujet, Patrice Talon ne s’est pas fait prier pour reconnaître que son équipe gouvernementale a entrepris des réformes courageuses. Des réformes qui, parfois, l’ont rendu impopulaire. « Le Bénin a fait ce choix parce que c’est la seule voie de sortie possible. C’est un peu difficile. Il y a des remous, des tensions, et c’est bien le signe que nous sommes dans l’action. Il n’y a nulle part au monde où on veut abandonner les mauvaises habitudes, on veut changer les paradigmes et cela se passe sans remous avec l’applaudissement de tout le monde. Si c’était le cas, ça veut dire que nous ne sommes pas sur le bon chemin », fait-il comprendre.

L’adhésion de la France au PAG
Ce rendez-vous a été l’occasion pour les deux Chefs d’Etat, Talon et Macron, d’aborder plusieurs sujets notamment toutes les pistes de coopération possibles pour redynamiser le partenariat entre le Bénin et la France. A l’issue de l’entretien entre les deux hommes, il a été dégagé pour le Bénin cinq (05) priorités. La première est relative au projet de construction du Centre Hospitalier Universitaire d’Abomey-Calavi. Ce projet a reçu une assurance-crédit de 175 millions d’euro de la France via la Banque Publique d’Investissement, et qui vise à être un hôpital de référence en Afrique, pour venir mettre fin aux évacuations sanitaires qui constituent un gouffre financier pour le Bénin, en dépit des réformes engagées pour maîtriser les dépenses liées à ce volet. La seconde est une Convention de financement sur le Projet d’ Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVIC), d’un coût total de 58 millions d’euros soit 50 millions en prêt et 8 millions en subvention, signée avec l’Agence Française de Développement (AFD). Elle est destinée à la ville de Cotonou, accompagnée de trois autres villes qui vont devoir s’adapter aux normes des villes durables. Comme troisième priorité, la France désire financer le projet touristique « réinventer la cité lacustre de Ganvié » encore appelé « Venise de l’Afrique », estimé à un coût total de 43 millions d’euros soit 40 millions en prêt et 3 millions en subvention et obtenue auprès de l’Agence Française de Développement (AFD). L’offre touristique permettra au Bénin de bénéficier du savoir-faire de la France, notamment dans les projets de formations en hôtellerie et restauration et de l’appui des structures de grande renommée comme le Club Med. La France s’engage aussi au renforcement de la formation et de l’éducation. L’intervention de plusieurs établissements français de renom visent à appuyer la Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir (CIIS) encore appelé Sèmè-City. L’offre culturelle qui concerne le souhait du président Français exprimé lors de sa récente visite à Ouagadougou, pour le retour temporaire ou définitif des œuvres qui représentent la mémoire du Bénin, objets de trafic divers et qui séjournent en France depuis l’époque coloniale. Une commission est à pied d’œuvre pour faire des propositions de retour. Les travaux de cette commission sont attendus pour novembre 2018 au plus tard. La visite officielle du président du Bénin à son homologue Français a accouché de quatre partenariats économiques et de la restitution de nos biens patrimoniaux. Il s’agit de 17,5 millions d’euros pour la construction d’un centre hospitalier de référence à Abomey-Calavi, 58 millions d’euros pour le développement d’une ville durable en faveur du climat, 43 millions d’euros pour le réaménagement de la cité de BANGUE et enfin, un partenariat financier signé avec l’AFD dans le domaine de l’éducation et de la formation. En marge de cette conférence de presse conjointe, et dans la même soirée deux accords ont été signés, entre le Gouvernement du Bénin à travers le Ministre des Finances et de l’Economie, Monsieur Romuald Wadagni et le Président Directeur Général de l’Agence Française de Développement, Monsieur Rémy Rioux.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *