.
.

Le triomphe de la vérité

.

Violation du code de déontologie et de l’éthique dans les médias: L’ODEM appelle à la responsabilité des organes de presse


L’Observatoire de déontologie et de l’éthique dans les médias (ODEM) présidé par Guy-Constant Ehoumi, est monté au créneau pour dénoncer l’image projetée par certains acteurs des médias qui affichent « une violation permanente de la déontologie du métier et tend à ancrer dans la tête de certains concitoyens que la presse béninoise perd ses pédales.. ». C’était au détour d’une conférence de presse tenue ce mercredi 14 février 2018 à la Maison des Médias.

Des titres ronflants à la Une, dont les contenus ne tiennent pas la route. Des commentaires injurieux de certains journalistes qui ne maîtrisent souvent pas les sujets. La publication d’un article dans plusieurs journaux et signés de différentes personnes. Des journalistes de certaines radios et télévisions qui confondent leur rôle de commentateur à celui de défenseur des courants politiques en lieu et place de contradicteurs. Des commentaires cousus de propos diffamatoires où des journalistes s’érigent en donneurs de leçons et prennent largement la place des investigations documentées. Un ensemble de faits qui permet au public de constater que les informations sont payées, achetées et ne relèvent d’aucun professionnalisme. C’est le constat amer fait par l’ODEM qui se sent interpellé et décide de remettre les pendules à l’heure. A entendre son président, Guy-Constant Ehoumi, le rôle essentiel des médias est d’informer, d’éduquer et de distraire. Ce travail exige des professionnels des médias et des organes et entreprises de presse, le professionnalisme. Ceci est traduit, entre autres, par l’article 2 du code de déontologie qui dispose que « le journaliste publie uniquement les informations dont l’origine, la véracité et l’exactitude sont établies. Le moindre doute l’oblige à s’abstenir ou à émettre les réserves nécessaires dans les formes professionnelles requises.. ». Il rappelle aussi aux journalistes leur devoir de se conformer à l’article 5 du code de déontologie qui l’invite « à ne céder à aucune pression et n’accepter de directive rédactionnelle que des responsables de la rédaction. Il s’interdit de tout chantage par la publication ou la non publication d’une information contre rémunération ». « Ce qui se passe aujourd’hui n’honore guère la presse et il faut que les violeurs des règles, les marchands ou commerçants tapis dans notre milieu et qui s’écartent des textes fondamentaux rentrent immédiatement dans les rangs », averti Guy-Constant Ehoumi, qui convie enfin les journalistes à faire preuve de professionnalisme pour une meilleure image de la presse béninoise.

Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page