.
.

.

Appréciation des écritures manuscrites par la Police technique et scientifique: ARTECAO offre des outils aux policiers et gendarmes béninois


Photo de famille des participants à la formation sur l’Appréciation des écritures manuscrites

« Appréciation de l’écriture manuscrite et la signature ». C’est sur cette thématique qu’a porté la formation offerte à 18 policiers et gendarmes béninois. Ayant duré du lundi 13 au vendredi 17 Novembre 2017, elle rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet français d’Appui au renforcement de la police technique en Afrique de l’Ouest (ARTECAO). Ayant duré une semaine, la formation en Police technique et scientifique (PTS) qui a pris fin le vendredi 17 Novembre 2017, a été une réalité grâce au financement accordé par l’Union européenne (UE). A la cérémonie de remise d’attestations aux stagiaires à la Direction centrale de la police judiciaire à Agblangandan (Cotonou), lieu du déroulement de la formation, le formateur a partagé avec l’assemblée et les autorités béninoises, l’intérêt de la thématique. A en croire, Stéphane FOUCAUD, spécialiste en écriture manuscrite à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie en France depuis 25 ans, il a été questionné d’initier les futurs spécialistes à apprécier une variation ou une différence en écriture afin d’identifier une tiers personne dans un acte. La finalité selon lui, est de montrer aux 18 stagiaires, qu’il est possible d’attribuer à une tiers personne ou d’exclure le fait qu’une personne écrit un document. « On les a aussi amenés à faire la différence en écriture manuscrite et la graphologie », précise le formateur. Se prononçant sur le déroulé de la formation, le formateur se dit fier des stagiaires qu’il a encadrés. « Dès aujourd’hui, il vous appartient de faire fructifier les produits de nos échanges. Pour cela, je n’ai pas de doute. J’ai confiance en vous et en vos compétences. Vous êtes des spécialistes engagés. », a-t-il conseillé, avant de saluer les autorités béninoises pour la qualité des conditions logistiques mises à disposition de la formation. Mais les stagiaires verront en lui, un formateur rompu et expérimenté, à ne pas décevoir. Au nom de ses collègues, le brigadier de paix, Yves BONOU s’est réjoui de ce qu’il leur a été inculqué tous les germes de la matière enseignée. « Nous avons découvert un formateur complet, passionné qui a la fougue de sa matière » avoue le porte-parole des stagiaire, Yves BONOU. Pour sa part, le Directeur national de la PTS, Emmanuel TONOUKOUEN a salué le coordonnateur régional du projet ARTECAO, Emmanuel PRAT et le formateur Stéphane FOUCAUD pour avoir mis le matériel technique nécessaire pour motiver, capter et emporter les stagiaires. C’est dans ce cadre qu’il a appelé les stagiaires à rester disposer à accompagner en retour la Nation. Au nom de la hiérarchie policière, Commissaire Urbain LALOU, s’est dit réconforté par l’attitude des stagiaires et leur intérêt pour la PTS. « Je suis rassuré parce qu’en écoutant votre porte-parole je suis réconforté. Je dirai à la hiérarchie que nous avons de bons techniciens qui peuvent aider la PTS béninoise en matière de recherche », a-t-il martelé. Rappelons que la dernière formation a porté sur la balistique. Elle est l’étude de tout ce qui concerne les armes, les munitions, la connaissance générale, l’utilisation qui en ait fait, et tout ce qui en résulte. Elle permet aux forces de sécurité de vite détecter les traces des crimes, une fois les armes ou munitions de crime retrouvées sur les lieux. Une autre formation démarre, ce jour sur une autre thématique.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *