.
.

Le triomphe de la vérité

.

Approbation du PSDSA et du PNIASAN par le gouvernement: Le RENOVA relève des innovations et expose ses attentes


RENOVA relève les innovations et expose ses attentes

Deux documents importants du secteur de l’agriculture ont été approuvés par le deuxième gouvernement de Patrice Talon. C’était en conseil des ministres du 02 novembre 2017. Et puisque son opérationnalisation implique la touche des acteurs exerçant dans le secteur agricole, le Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable (Renova) s’invite pour sa mise en œuvre. A travers une déclaration rendue publique ce jeudi 09 Novembre 2017 à Togoudo dans la commune d’Abomey-Calavi, le réseau par la voix de son président, Patrice Lagnon Sèwadé a, dans un premier temps, salué l’engagement du gouvernement pour une agriculture durable, avant de relever les innovations que contiennent les deux documents. Des innovations qu’il qualifie de salutaires. Dans la seconde partie de son intervention, le conférencier a partagé avec la presse ses attentes pour l’atteinte des objectifs visés. A cet effet, il a invité les autorités étatiques et des partenaires techniques et financiers (Ptf) à accompagner le Renova dans sa détermination à accompagner les projets de l’Etat pour le développement du secteur agricole. « Le RENOVA se veut être le partenaire de relai pour les différentes interventions de l’Etat, des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) auprès des communautés agricoles à la base », a-t-il laissé entendre.

(Lire la déclaration)

Le premier Conseil des Ministres du deuxième gouvernement du Chef de l’Etat, son Excellence Patrice Talon, en sa séance du 02 novembre 2017 a examiné et validé les nouveaux documents de gouvernance du secteur de l’agriculture au Bénin: le Plan Stratégique de Développement du Secteur Agricole (PSDSA) et le Plan National d’Investissements Agricoles et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN).
L’opérationnalisation de ces plans requiert une forte implication des acteurs à la base. Le Réseau National des ONG actives dans l’Agriculture durable (RENOVA) est une institution faîtière des ONG de l’agriculture, créé pour combler un vide institutionnel qui existait dans ce secteur et accompagner la mise en œuvre du PSDSA. Il était devenu nécessaire pour les ONG qui opèrent dans le même secteur d’activité qu’est l’agriculture, de se mettre ensemble pour une synergie d’actions. C’est alors que le RENOVA se veut être le partenaire de relai pour les différentes interventions de l’Etat, des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) auprès des communautés agricoles à la base.
Le RENOVA a pour mission de créer une synergie d’actions entre les ONG actives dans l’agriculture, de développer une stratégie de communication de diffusion et de partage d’informations, de renforcer la capacité des ONG membres, d’assurer la coordination et la gestion du partenariat entre les ONG membres, les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) , d’ opérationnaliser le plan stratégique au niveau des Agences Territoriales de Développement Agricole (AIDA) et des Directions Départementales de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (DDAEP) et enfin contribuer à la mobilisation des ressources au profit du secteur.
Après l’approbation de ces documents stratégiques du secteur de l’agriculture par le gouvernement du Président Patrice Talon, nous RENOVA, acteur non étatique, voudrons partager avec le public, les acteurs agricoles et membres de notre réseau la position ci-après :

1- La célérité avec laquelle le gouvernement du Président Patrice Talon a adopté les documents de gouvernance du secteur mérite d’être mise en relief. Cette décision vient confirmer l’engagement de l’Etat à accompagner le développement agricole et sa détermination à concrétiser les projets annoncés dans son programme d’actions. Ce leadership est d’autant plus manifeste que le Plan stratégique de relance du secteur agricole (PSRSA) a passé près de cinq ans dans les tiroirs du gouvernement défunt pour être finalement adopté à quelques semaines de la fin de l’échéance prévue pour sa mise en œuvre.

2- Les nouveaux documents apportent des innovations qui rendront plus efficace la gouvernance du secteur. Ainsi, l’horizon de 10 ans retenu pour le PSDSA contre 5 ans pour le PSRSA permet de traverser deux quinquennats sans rupture d’orientations dans le secteur agricole. Mais le PNIASAN opérationnalise le PSDSA pour 5 ans et prend en compte la volonté du Gouvernement affirmée à travers le Volet Agriculture du PAG.

3- 3- Cinq (05) axes stratégiques ont été définis au lieu de neuf (09) précédemment définis par le PSRSA. Ces 5 axes stratégiques sont bien arrimés aux grands défis du secteur agricole que sont productivité agricole, structuration des Chaînes de Valeurs Agricoles (CVA), accès aux marchés, résilience des exploitations agricole, la gouvernance du secteur et les mécanismes de financement).

4- Le costing du PNIASAN prenant en compte les prévisions budgétaires de l’Etat, des PTF et du secteur privé y compris les ONG exploitations agricoles familiales.

5- La définition d’un dispositif de suivi-évaluation qui tient compte des contributions du secteur privé (ONG actives, OP faîtières, société civile, entrepreneurs, etc;) aux performances du secteur agricole. La prise en compte du genre non seulement de façon transversale, mais aussi à travers une composante entière budgétisée.

6- Certaines thématiques préoccupantes et émergentes ont été mieux prises compte avec des actions bien costées (budgétisées) : les questions de post récoltes, la nutrition, l’agriculture intelligente face au climat.
7- Les programmes cadres déclinés du PNIASAN sont déjà prêts et serviront pour l’élaboration des autres documents de programmation.
8- Le cadre programmatique du secteur décrit l’importance et le rôle attendu des acteurs Non Etatiques et les collectivités locales vu les outils d’opérationnalisation du PSDSA/PNIASAN qui leur sont proposés. Ce cadre décrit aussi clairement le mécanisme d’alignement des interventions.
Il nous plait de saisir cette occasion pour partager avec les autorités les attentes du RENOVA pour la réussite de ses objectifs aux côtés du gouvernement.
Pour nous, il est important que les réformes engagées en faveur du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (MAEP) s’accélèrent notamment avec la mise en place des Agences territoriales de développement et leur opérationnalisation. Les partenaires techniques et financiers du secteur doivent honorer leurs engagements de soutien au secteur afin que les projets annoncés soient effectivement mis en œuvre.
L’Etat et les PTF doivent faire de l’implication des acteurs non étatiques, en l’occurrence les ONG actives dans l’agriculture, une exigence de gouvernance, pour la concrétisation du partenariat public-privé (le faire-faire) prôné par le Gouvernement.
Pour la mobilisation des ressources, nous serions heureux d’accompagner le Bénin dans le processus de son intégration dans l’Agenda Scientifique pour l’Agriculture en Afrique (S3A) qui est porté par le Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA).
Ce serait une première de voir le MAEP et ses partenaires techniques appuyer le RENOVA dans le Recensement d’Identification des ONG Nationales-Agricoles (RION-Agriculture) que nous voulons lancer.
Mesdames et Messieurs les journalistes, voici le message que le RENOVA compte porter à votre disposition.
Nos portes vous sont grandement ouvertes pour toutes informations utiles.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *