.
.

Le triomphe de la vérité

.

Etude du budget général de l’Etat, gestion 2018: Le CES alerte sur des possibilités d’évasion et de fraudes fiscales


Donner ses appréciations par rapport au budget général de l’Etat, exercice 2018. C’est l’exercice auquel s’est attelé le Conseil économique et social (Ces), ce mardi 07 novembre 2017, au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Invitée par l’Assemblée nationale via la commission budgétaire puis par le Gouvernement dans le cadre des audiences publiques en prélude à l’étude du projet de loi des finances, gestion 2018, l’institution a dépêché une délégation conduite par son vice-président, M. Dominique Atchawé. A sa sortie, le chef de la délégation a apprécié cette innovation du parlement avant de livrer les conclusions des échanges. « …Nous avons juste donné les grandes lignes, les grandes tendances des avis que le conseil économique et social a émis, par exemple sur l’évasion fiscale et la fraude fiscale dans notre pays. Vous n’êtes pas sans savoir que le commerce se pratique hors de toutes les lois de la république. Les étrangers qui viennent s’installer dans notre pays et qui bradent des milliards au détriment des Béninois commerçants et qui détruisent notre tissu économique. Le résultat est que les institutions financières disent que le Bénin consomme plus qu’il produit et c’est ce déséquilibre budgétaire qui entraine le déficit de notre balance économique, il faut pouvoir le corriger. C’est l’un des avis que le Conseil économique et social est en train d’émettre et que nous venons de partager avec les députés qui ont eu une grande écoute à nos préoccupations », a laissé entendre M. Atchawé. A sa suite, le président de la commission des finances du CES, Pascal Todjinou, s’est dit réconforté par les mots d’encouragement des députés à l’endroit de l’institution. « …Ce qui m’a émerveillé est que les honorables députés ont constaté que nous faisons de bon travail au Conseil économique et social. Je crois que ça nous encourage.», s’est-il réjoui tout en déplorant la courte période dont ils ont disposé pour s’imprégner du document à eux envoyé par l’Assemblée nationale. Il a, pour finir, plaidé pour la relecture de la loi organique du Conseil économique et social afin de permettre à l’institution de dévoiler les résultats de ses travaux à ses mandants et à l’ensemble du peuple béninois.

Germin DJIMIDO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *