.
.

Le triomphe de la vérité

.

Démarrage du Ravip sur l’ensemble du territoire national: Talon, Toboula et Djogbénou sonnent la mobilisation générale


Patrice Talon en face d’un agent recenseur enregistrant ses empreintes digitales

Quelques heures après le lancement officiel du recensement administratif initial à vocation d’identification de la population par le ministre de la justice Joseph Djogbénou et le Préfet du littoral, Modeste Toboula, le Chef de l’Etat, le président Patrice Talon s’est fait enregistrer en fin de soirée ce mercredi 1er Novembre 2017.En compagnie de son épouse, la première dame Claudine Talon, le chef de l’Etat a été accueilli au centre de recensement de l’école urbaine centre de Cotonou par le préfet Modeste Toboula. Il a fait le geste citoyen en signe d’exemple avant de lancer un appel de mobilisation autour du Ravip au peuple béninois. En effet, pour la planification du développement équilibré du territoire, pour l’obtention de divers actes administratifs, pour le bénéfice de services sociaux de base, pour la modernisation et la fiabilité de notre état civil, lerecensement administratif initial à vocation d’identification de la population(Ravip) est d’une importance capitale. C’est en raison de cela que le chef de l’Etat et son gouvernement l’ont initié à travers une loi et y a mis les moyens pour sa mise en œuvre. Dans le centre où le chef de l’Etat s’est fait enrôler, quelques citoyens ont également fait le déplacement pour le même exercice, surtout parce qu’ils sont convaincu du caractère essentiel de cet outil. Pour Narcisse Ahouangan, rencontré dans un bureau de recensement, « il est nécessaire que nous participions à cette grande avancée en nous faisant recenser. Un tel outil nous sera d’une grande utilité ». A l’instar de Narcisse, la plupart des personnes interrogées dans ce cadre ont estimé que, « recevoir une carte unique à la fin de l’opération simplifiera la vie de beaucoup de béninois ». Et c’est à juste titre que, le chef de l’Etat lui-même en se faisant enrôler a donné l’exemple au peuple béninois. Il a invité les autorités à divers niveaux et surtout les élus locaux à jouer leur partition pour la réussite de l’opération.

Toboula et Djogbénou sonnent la grande mobilisation

Le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) est rentré dans sa phase opérationnelle depuis le mercredi 1er novembre 2017. Le lancement officiel a eu lieu au Centre de Perfectionnement du Personnel des Entreprises (CPPE) dans le 4ème arrondissement de Cotonou sous la houlette du garde des sceaux, ministre de la justice, Joseph Djogbénou, président de la commission de supervision du Ravip et du préfet du département du littoral, Modeste Toboula. Assisté de quelques membres du gouvernement dont le ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys, celui de l’intérieur Sacca Lafia, celui de la décentralisation Barnabé Dassigli, et des députés à l’Assemblée Nationale, le ministre Joseph Djogbénou s’est fait enrôler en dix minutes dans le centre de lancement du Ravip. «Dix minutes parce que nous sommes tout au début. Il y a certainement des ratés mais dans les jours à venir, je pense que l’enregistrement d’une personne prendra moins de temps que ce que nous avons fait ce matin. Ce qui est évident, c’est que le calcul a été fait et chaque bureau de recensement est appelé à enregistrer au minimum 60 personnes en une journée », a précisé le garde des sceaux. Dans son intervention, il est revenu sur les avantages de cette opération et invité le peuple béninois à se mobiliser pour la réussite du Ravip. A sa suitele député Gérard Gbénonchi présent sur les lieux de lancement a expliqué que la présence des parlementaires aux côté du gouvernement n’est pas le signe que le Ravip revêt d’un caractère politique ou électoral. « Vous savez que le Ravip est régi par une loi proposé au parlement qui a étudié et voté. Alors pour la mise en œuvre des dispositions de cette loi, la commission de supervision du Ravip comporte non seulement des membres du gouvernement mais également des représentants du parlement. Et, c’est à ce titre que nous sommes là ce matin pour assister au lancement et jouer notre rôle de mobilisation », a laissé entendre l’honorable Gbénonchi. Tout comme lui, son collègue Patrice Nobimè Agbodranfo, chargé de la mobilisation dans le Littoral précise. « La mobilisation a commencé depuis quelques jours et ce n’est pas aujourd’hui qu’elle va s’arrêter. Nous allons continuer à sensibiliser les populations sur l’importance de ce recensement, nous allons les inviter à se faire enrôler durant toute la période que durera le recensement. C’est ça notre rôle », a ajouté le député du parti Restaurer l’espoir de Candide Azannaï. Pour le préfet du Littoral Modeste Toboula, le gouvernement a pris ses responsabilités en faisant de la planification du développement équilibré du territoire une priorité. « Pour l’obtention de divers actes administratifs, pour le bénéfice de services sociaux de base, pour la modernisation et la fiabilité de notre état civil, le recensement administratif initial à vocation d’identification de la population (Ravip) est la clé. Il est ouvert à tous les béninois vivants sur le territoire national ainsi qu’aux étrangers. A la fin, chacun aura un numéro identifiant unique par lequel il peut avoir tous les actes administratifs et faire beaucoup de choses avec sa carte unique », a précisé le préfet. Modeste Toboula a pour finir invité les populations à sortir faire le geste d’enrôlement pour se simplifier la vie.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *