.
.

Le triomphe de la vérité

.

Appui au renforcement de la police technique et scientifique au Bénin: Policiers et gendarmes formés sur la dactyloscopie


Les stagiaires, formateurs et autorités en photo de famille

La dactyloscopie  est un ensemble de techniques à mettre en œuvre pour  identifier des personnes à partie des empreintes digitales. Et c’est sur cette thématique qu’ont été formés 18 policiers et gendarmes béninois. Sur financement de l’Union Européenne, cette formation inscrite dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui au renforcement de la police technique en Afrique de l’Ouest (ARTECAO), a duré du 16 au 27 octobre 2017. La formation  s’est déroulée dans les locaux de la Direction centrale de la police judiciaire à Agblangandan (Cotonou). Au terme de la formation conduite par des experts du service régional d’identité judiciaire de Paris, elle a connu son épilogue le vendredi 27 Octobre 2017 par une cérémonie de remise d’attestations au terme de la formation. A cet effet, la formatrice qui est la responsable de la plateforme du Fichier automatisé des empreintes  digitales (FAED) à Paris, Commandant Isabelle CAZZATO a partagé avec les participants, l’objectif de la formation sur cette thématique. A en croire la cheffe du FAED de Paris, il est question de permettre de bien identifier les empreintes de traces et ne pas confondre des empreintes ressemblants. Assistée du brigadier Guillaume ARNAUD du service régional d’identité judiciaire de Paris, elle a saisi l’occasion pour saluer la participation active des stagiaires qui selon elle, détiennent déjà des pré-requis non négligeables. Pour le représentant de l’attaché de sécurité intérieur de l’Ambassade de  France, Colonel Philipe GANCHE, cette formation vient comme une pierre supplémentaire que la France met dans l’édifice de la PTS au Bénin. « Vous êtes des interlocuteurs privilégiés. Mettez à profit tout ce que vous avez acquis durant ces deux semaines. Soyez des ambassadeurs auprès de vos camarades, de vos chefs afin que ce projet puisse se développer au-delà des sessions de formation » a conseillé le Colonel Philipe GANCHE. Au nom des stagiaires,  le commissaire de police, Césaire GOUDOTE a souhaité des séances de recyclage et de mise à niveau, car « les stagiaires que nous sommes avons été initiés à la dactyloscopie et il nous manque les recyclages » a-t-il indiqué au organisateurs. Des propos qui ne sont pas tombés dans les oreilles de sourd. C’est ainsi qu’au nom de la hiérarchie policière et de la gendarmerie,  le Directeur central de la police judiciaire, Urbain LALOU a rassuré de porter la doléance auprès des autorités les mieux placées. Toutefois, il a prodigué quelques conseils aux bénéficiaires. « Pour la suite, vous devez être le relai des formateurs ».  A cet  effet, il s’est dit  heureux que ce soit au moment du processus de la fusion entre la police et la gendarmerie avec la PTS, que la France offre ces formations d’appui au renforcement de la police technique et scientifique au Bénin. Pour finir, le coordonnateur régional du projet Artecao, Emmanuel PRAT est revenu sur l’intérêt du projet Artecao. La prochaine formation qui démarre ce lundi 30 octobre 2017, portera sur la balistique pour permettre au personnel déjà spécialisé en PTS, de mieux appréhender l’univers des armes  découvrir sur une scène de crimes ou chez des particuliers. C’est un moyen de lutte contre la criminalité au quotidien.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *