.
.

Le triomphe de la vérité

.

Ouverture de la Rentrée judiciaire 2017-2018 : Patrice Talon s’engage à renforcer le pouvoir judiciaire à travers la réforme constitutionnelle


La rentrée judiciaire à la Cour Suprême pour le compte de l’année 2017-2018 a eu lieu hier, jeudi 26 Octobre 2017, au siège de l’institution à Porto-Novo. La cérémonie solennelle inaugurale de cette grande assemblée a été présidée par le Chef de l’Etat, Patrice Talon, en sa qualité de Président du Conseil supérieur de la magistrature.

« L’obligation de réserve du Magistrat ». C’est le thème retenu pour cette nouvelle rentrée judiciaire qui a connu la présence du Président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, de plusieurs personnalités politico administratives, des autorités religieuses, notables, des Membres et Présidents de hautes juridictions sous régionales et africaines, des Présidents de la Cour d’Appel des USA et du Conseil d’Etat de France. Dans son intervention, le Chef de l’Etat, Patrice Talon a rappelé le rôle de la haute juridiction dans le processus de consolidation de l’Etat de droit dans notre commune patrie, le Bénin. Il est aussi revenu sur sa volonté de renforcer le pouvoir judiciaire à travers la réforme constitutionnelle initiée par son gouvernement. Par ailleurs, le Président Patrice Talon s’est réjoui des avancées notables enregistrées et des diligences effectuées dans la production des avis motivés et avis juridiques sollicités par son gouvernement. Pour lui, bien de choses justifient le droit de réserve du Magistrat, comme le recommande le thème de la rentrée judiciaire. Le chef de l’Etat pense que c’est en raison de la gravité de son office et de la délicatesse de sa charge que le Magistrat est astreint à une obligation de réserve. Pour sa part, le Président Ousmane Batoko, a remercié le Chef de l’Etat pour son attachement à l’Institution judiciaire et au renforcement de l’indépendance du pouvoir judiciaire. Cette tribune était aussi l’occasion pour Ousmane Batoko de faire le bilan de l’année judiciaire écoulée. Le Président de la Cour Suprême a levé un coin de voile sur l’œuvre accomplie. Ainsi, 92 arrêts ont été rendus par la Chambre judiciaire en dépit de son action décisive dans la gestion du lourd contentieux électoral des municipales, communales et locales, 129 arrêts par la Chambre Administrative en contentieux ordinaire. Il n’a pas occulté les implications du thème de cette rentrée judiciaire qui, selon ses explications, permet au Magistrat de par la mission qui est la sienne dans la cité, de s’astreindre à des obligations auxquelles il ne saurait se soustraire sous peine de parjure. Comme le veut la tradition, le thème de cette rentrée judiciaire a fait successivement l’objet d’un exposé de la part du représentant du bâtonnier de l’ordre des Avocats, Me Luiz Victor Angelo puis de réquisitions par le Procureur général près la Cour suprême, Nicolas Assogba.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *