.
.

.

Point de mission commerciale de la CCIB au Nigéria: Satchivi dans la dynamique d’un nouveau paradigme commercial


Le cabinet de la CCib et l’ambassadeur de Nigéria à table

Le Président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, Jean-Baptiste Satchivi a effectué du 24 au 27 septembre 2017 avec une délégation composée d’une trentaine d’opérateurs économiques et de chefs d’Entreprise béninois opérant dans les divers secteurs, une mission économique au Nigéria. C’est donc dans le cadre du suivi des retombés qu’il a organisé dans la journée du vendredi 06 Octobre 2017, un déjeuner d’échanges pour renforcer les pistes avec le Nigéria. Pour le secrétaire général de la chambre consulaire du Bénin, Jean Yao Tossavi, dans son mot introductif où il a justifié la visite d’affaires, il s’agit d’une mission qui permettra désormais de regarder l’avenir avec beaucoup plus de confiance. A l’en croire, la rencontre n’a autre but que de remémorer tout ce qui s’est passé au Nigéria et de réfléchir à l’après Nigéria afin de savoir comment gérer le suivi pour pouvoir capitaliser et mettre en œuvre les conclusions et les résultats auxquels la mission est parvenus. C’est à ce titre que le Président Satchivi a appelé les opérateurs économiques à aller à l’école du Nigéria dans presque tous les domaines. Car, selon lui, il est un grand pays de 200 millions de consommateurs à côté du Bénin, de par sa taille, ses projections, sa présence dans la sous-région et dans le monde. Au plan commercial, poursuit-il, il est un très bon client. Au plan de développement pour ce qui est numérique, infrastructure, il est très en avance. A sa suite, des témoignages ont été faits par les chefs d’entreprises qui étaient de la mission. Ils auront permis à l’Ambassadeur du Nigéria près le Bénin, Kayodé Oguntuase, de rassurer ces derniers de sa disponibilité à laisser ouvertes les portes du Nigéria au Bénin. « A notre niveau désormais, il n’y a rien que nous puissions faire sans la Ccib. Nous allons continuer de travailler avec la chambre » a-t-il martelé. C’est à ce titre qu’il a saisi l’occasion pour annoncer la foire internationale de Lagos qui aura lieu en novembre 2017. A cette foire, il a invité les chefs d’entreprises béninois à exposer leurs produits et services. « Notre ambassadeur sera en contact avec vous et vous donner toutes les informations possibles afin que nous puissions espérer et permettre aux opérateurs nigérian de voir les opportunités dont dispose le Bénin » a-t-il précisé avant de saluer l’offensive du Président Satchivi qui selon lui est dans son rôle de conquête de partenaires pour le Bénin. « J’ai vu que cette mission sur le Nigéria a été conduite avec succès. Depuis cette visite, j’ai reçu assez d’appels pour apprécier la mission. Nous commençons une nouvelle ère avec le Bénin » a-t-il conclut. Il faut rappeler que dans cette mission, la délégation béninoise a rencontré les Présidents des Chambres de Commerce ainsi que le Gouverneur d’Ogun State et d’Abéokuta. Il a été initié une rencontre Be to Be entre les opérateurs économiques béninois et nigérians d’Abéoccima, d’Ogunccima et de Lagos.

Ils ont dit

Jean-Baptiste Satchivi, Président de la CCIB, chef de la délégation
« Nous avons un vivier d’opportunités à côté et qu’on n’exploite pas vraiment ».
« Il est important de travailler avec le Nigéria. Il est important que nous puissions changer notre paradigme dans nos relations avec le Nigéria. Nous avons un grand pays de 200 millions de consommateurs à notre côté, par sa taille, ses projections, sa présence dans la sous-région et dans le monde. Au plan commercial, il est de très bon client. Au plan de développement pour ce qui est numérique, infrastructure, il est très en avance. Ce que nous avons vu dans notre mission, nous a, beaucoup édifié. Il était question de rencontrer les homologues de chaque Etat pour des B to B. Mon expérience dans cette tournée et ce que j’ai vu, me permettent de dire qu’on ne peut pas être à côté du Nigéria et être pauvre. C’est un pays de prospérité. Ils sont en accélération du développement de leur pays avec la recherche de la qualité. C’est un bien pour nous d’être à côté de ce pays. Il reste à savoir comment nous nous préparons pour nous adapter. Sur quels produits allons-nous commencer la renaissance économique ? Comment mettre les hommes et les femmes ensemble pour changer les choses ? Le premier travail est nous-mêmes. On doit nous sentir nigérians. Nous avons un vivier d’opportunités à côté de nous qu’on n’exploite pas vraiment. On peut aller au développement du numérique avec eux. On peut renforcer la libre circulation des biens et des personnes. On a ce qu’on veut à côté et le Nigéria aussi sait qu’il a ce qu’il veut chez nous. Si nous avons au cours d’une année la somme des nigérians qui viennent en tourisme ici, on n’a pas besoin d’aller à New York, pour répondre aux attentes du PAG dans ce secteur…. »

Ambassadeur du Nigéria près le Bénin, Kayodé Oguntuase
« Le Président de la CCIB est dans son rôle de conquête d’opportunités »
« J’ai vu que cette mission sur le Nigéria a été conduite avec succès. Depuis cette visite, j’ai reçu assez d’appels pour apprécier la mission. J’ai compris que cela a fait écho. Nous commençons une nouvelle ère. C’est pourquoi je veux mettre l’accent sur certains faits. Nous devons travailler ensemble, car le Nigéria est disponible. Nous sommes des frères et devons-nous entraider. J’ai été surpris d’entendre quelqu’un demander si le Président de la CCIB ne se sent pas entrain de faire le travail d’un autre. Je veux dire que le Président est bien dans son rôle. Il ne fait pas le travail d’autres et le Seigneur va continuer de le fortifier. Je sais que nous avons des entraves entre les deux pays et qui ne permettent pas que les échanges se passent librement comme on l’aurait souhaité. Parmi ces entraves, il y a la peur qui est sans fondement. De quoi avons-nous peur entre frères ? Il ne devrait pas y en avoir. Il n’y a pas de différence entre les deux pays. Je suis sûr qu’au fur et à mesure qu’on va continuer à se visiter, la peur va disparaitre. Ce qui reste est la confiance. Car, avant que deux opérateurs économiques ne puissent bien réussir, ils doivent se faire confiance. Je ne doute pas de cette confiance entre la Ccib et les institutions visitées. Il nous reste de rentre disponibles les opportunités des deux pays. Moi, je vous en donne l’assurance en tant qu’ambassadeur du Nigéria au Bénin, nous rendrons disponibles toutes les informations sur le Nigéria…..Pour la libre circulation des biens et des personnes, il y des gens qui continuent de créer des ennuis. Dans ce cadre, les deux pays y réfléchissent. A notre niveau désormais, il n’y a rien que nous puissions faire sans la Ccib. Nous allons continuer à travailler avec la chambre. Je veux utiliser ce canal pour annoncer la foire internationale de Lagos qui aura lieu en novembre 2017 et nous vous invitons. Mon ambassade sera en contact avec vous et vous donner toutes les informations possibles afin que nous puissions espérer et permettre aux opérateurs nigérian de voir les opportunités dont dispose le Bénin ».

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *