.
.

Le triomphe de la vérité

.

Prolifération anarchique des cabinets de soins non autorisés: Flore Nobimè de l’Evènement Précis dénonce un problème de santé publique


(Au milieu), Flore Nobime du quotidien L’Evénement Précis

La floraison sur l’étendue du territoire national des cabinets de soins médicaux non autorisés, constitue un véritable danger pour les populations. A travers une enquête sur les menaces que pourrait constituer ce phénomène dans la commune de Tchaourou, la spécialiste des questions de santé au quotidien L’Evénement Précis, Flore Nobime, révèle plusieurs impacts négatifs sur la vie des populations de la commune et d’autres aspects très inquiétants. Cette enquête rentre dans le cadre du projet « Pour des médias plus professionnels », financé par Osiwa et dirigé par la Maison des Médias. Au cours d’une conférence de presse tenue, ce vendredi 21 juillet 2017 à la Maison des Médias, Flore Nobime explique qu’il existe la loi 97-020 du 17 juin 1997 fixant les conditions de l’exercice en clientèle privée des professions médicales et paramédicales au Bénin. Cette loi a été suivie de six décrets d’application et quelques arrêtés fixant des normes et conditions particulières. Malheureusement, l’application de ces textes censés réglementer le sous-secteur-privé de la santé se heurte à de nombreuses irrégularités. Le sous-secteur est envahi par des personnes non qualifiées qui opèrent en toute quiétude, sous le regard passif de l’Etat, pourtant garant des soins de qualité à sa population. Dans la commune de Tchaourou, explique-t-elle, les cabinets sont exploités par des agents de santé non qualifiés, c’est à dire n’ayant aucun diplôme officiellement reconnu par l’Etat. Elle cite le cas de certains aides-soignants qui pratiquent des accouchements dans les cabinets de cette commune. A cela s’ajoutent aussi d’autres irrégularités notamment, l’usage des médicaments de mauvaise qualité, le manque de plateau technique adéquat pour assurer des soins de santé de qualité, et bien d’autres maux. Malgré ces défaillances observées, la journaliste fait aussi remarquer un autre aspect qui encourage le phénomène. Selon les personnes interrogées dans le cadre de cette enquête, déclare-t-elle, il est noté que l’impunité règne en maître dans cette pratique. Les pressions politiques s’exercent autant sur les médecins que les personnalités politiques du secteur, ainsi que des cas de corruption de certains agents de contrôle pour les empêcher de dénoncer les irrégularités observées. Le lit dressé par le non-respect des normes enregistré dans les cabinets de soins illégaux n’est pas sans conséquence sur la vie des populations. Pour la journaliste, cette situation entraine plusieurs conséquences dont, les décès maternels, les erreurs de diagnostics et de traitements qui se soldent par des séquelles à vie ou la mort.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *