.
.

.

Suite aux audits sur la Sonapra et l’ Onasa: Le gouvernement annonce la transmission de tous les documents à la justice


Le conseil des ministres du mercredi dernier a apporté plus de précision sur la gestion des résultats des audits commandités par le gouvernement dans la filière coton de 2013 à 2016 et au niveau de de l’Onasa. A en croire le compte rendu du garde des sceaux, ministre de la justice, au conseil des ministres, les dossiers relatifs aux résultats des audits des Campagnes cotonnières ci-dessus-citées pour lesquelles des malversations ont été constatées ainsi que le dossier concernant les Fonds mis à la disposition de l’ONASA au titre des années 2012 à 2015 ont été transmis au Procureur de la République.Le Conseil des Ministres, en prenant acte de la procédure, a instruit le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation, aux fins de veiller à ce que tous les documents relatifs à ces affaires, notamment les actes réglementaires pris pour nommer les membres des commissions ayant participé à la gestion de ces dossiers, soient transmis à la justice. En effet, cette démarche du gouvernement dénote de l’orthodoxie de lutte contre la corruption. Par cette décision, le gouvernement confirme sa volonté de voir clair dans ce dossier de prévarications supposées au détriment de l’Etat. C’est en cela même que se justifie la décision du gouvernement de transmettre à la justice tous les actes réglementaires portant nominations de diverses personnes dans des fonctions qui leur ont permis de poser des actes. Ceci, afin que sur des bases objectives, la justice se fasse sa religion, décide de qui est innocent et de qui est coupable. Pour confirmer que seule la justice est capable d’innocenter les gens sur la base des éléments d’appréciation qui lui ont été transmis par le gouvernement. Par ailleurs, contrairement à ce que certains peuvent penser, le président Talon et son gouvernement ne sont nullement dans une démarche de chantage envers qui que ce soit et c’est justement pour cette raison que le dossier a été confié à la justice afin que le droit soit dit pour le bonheur du peuple béninois qui croupit depuis des années sous le coup de la prévarication des deniers publics. Les organisations de lutte contre la corruption, ainsi que les populations, doivent en réalité saluer cet acte posé par le gouvernement et qui est la preuve de sa détermination à en découdre avec les prévaricateurs et autres délinquants à col blanc.

Yannick SOMALON




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *