.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lancement du projet « Bénin Taxi »: Les 50 premiers véhicules en circulation, le gouvernement tient son pari


Abdoulaye Bio Tchané montant dans l’un des taxis/Ph:DR

Plus besoin de se tracasser pour assurer une sortie en toute sécurité dans la ville de Cotonou et ses environs. Et pour cause, la présence de véhicules de nouvelle génération, mobiles, rapides, sûrs et fiables. Les 50 premiers véhicules du projet « Bénin Taxi » sont depuis ce lundi 3 juillet 2017, mis au service des populations. Ce sont les membres du gouvernement fortement mobilisés pour assister à la cérémonie de lancement du joyau, qui ont été les tous premiers passagers de ces taxis. En prélude à ce geste d’encouragement aux artisans conducteurs qui s’est tenu au stade de l’amitié Mathieu Kérékou, le Directeur du Centre de partenariat et d’expertise pour le développement durable (Ceped), Assan Seibou, a témoigné toute sa gratitude au Président de la République, Patrice Talon, et au Ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, pour la confiance faite au Ceped en lui confiant le pilotage du projet Bénin Taxi. Ces véhicules modernes qualifiés d’intelligents, annonce-t-il, sont dotés de matériels informatiques de dernière génération qui permettent de les localiser par les tracking, d’un géolocalisateur et bientôt, d’une tablette et d »une connexion wifi. Il a aussi remercié le gouvernement pour son appui au Ceped dans l’obtention d’un prêt afin de commander les 300 taxis et recruter 300 artisans dont la plupart exercent le métier de chauffeur. Ces derniers, continue-t-il, devront travailler pour rembourser la valeur du véhicule et ses services d’accompagnement. Il a rassuré l’assistance de la mise en place d’un système de supervision de ce projet. Un opérateur privé a été mandaté pour appuyer l’encadrement des artisans mais aussi l’assistance des artisans dans la gestion de leur véhicule. Outre ces mesures, Assan Seibou fait mettre le doigt sur quelques difficultés liées à la bonne gestion de ce projet. Il s’agit de la non maitrise de l’outil informatique par les artisans conducteurs, et aussi, de la non proximité de leur domicile par rapport à la ville de Cotonou, sur lesquels il convie l’attention du gouvernement.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *