.
.

.

Modeste Toboula à propos de sa gestion à la préfecture de Cotonou: « Nous ne faisons pas d’abus de pouvoir, nous ne suivons que les textes »


Invité sur l’émission hebdomadaire ‘’Ma part de Vérité’’ de Golfe Tv Africa, ce dimanche 18 juin 2017, le préfet du département du Littoral, Modeste Toboula a expliqué le bien fondé de ses récentes sorties dans la ville de Cotonou. Tout en évoquant les prérogatives que lui confèrent les textes, l’homme a affirmé la défaillance de la mairie de Cotonou face à un certain nombre de responsabilités et insisté sur sa détermination à conduire la politique du gouvernement dans son département.

« La préfecture n’est pas un bourreau pour la mairie, nous sommes des partenaires et nous devons travailler en complémentarité », a affirmé le préfet du département du littoral au début de l’entretien. A l’en croire, ses récentes sorties dans la ville de Cotonou pour les opérations de ramassage des ordures n’est pas un abus de pouvoir mais une prise de responsabilité, car estime-t-il, « la mairie de Cotonou a été défaillante en matière de gestion des ordures dans la ville ». « Quelle que soit la situation, la mairie de Cotonou ne peut pas ne pas assurer le ramassage des ordures durant quatre semaines et laisser les déchets joncher les grands artères de la ville », se désole le préfet. Dans ses explications, l’ancien syndicaliste du ministère de l’urbanisme a fait comprendre que la loi lui confère dans la gestion de la tutelle, trois options à savoir : l’approbation, l’annulation et la substitution. Raison de plus qu’à des moments donnés, devant la défaillance de la mairie de Cotonou, le préfet se substitue pour donner des injonctions et conduire des opérations pour le bien-être des populations. « En matière de police administrative, la mise en demeure n’est pas nécessaire et cela n’est pas un abus de pouvoir. Nous ne suivons que les textes », affirme le préfet Modeste Toboula. Abordant la gestion financière à la mairie de Cotonou, l’invité a exprimé son désarroi sur le fait que c’est le directeur de cabinet du maire qui est le président de la commission des marchés publics à la mairie, contrairement aux textes qui régissent la décentralisation. L’invité estime que le gouvernement est libre cependant de sursoir aux contrats de prestations de services afin de mettre en place une stratégie collective de gestion pour les communes du grand Nokoué. Nommé à la préfecture de Cotonou le 28 juin 2016, le préfet Modeste Toboula a abordé brièvement le bilan de ses un an de gestion à la tête du département. Il a reconnu que tout n’a pas été rose et promet tout mettre en œuvre afin que les réformes engagées aillent à leur terme avec des résultats probants pour le bien-être des populations.

Yannick SOMALON




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *