.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec le nouveau président du RESIFAO: Le Professeur Adolphe Kpatchavi annonce les actions phares de son mandat


Le Professeur Adolphe Kpatchavi qui a pris part à la 6ème réunion du RESIFAO, Réseau des Structures et Instituions Nationales en charge de la Francophonie en Afrique de l’Ouest, vient d’être élu président dudit réseau. Heureux de porter haut l’étendard du Bénin, le nouveau président du  RESIFAO évoque ici les raisons  du choix du Bénin,  les grandes orientations, les actions phares qui vont marquer son mandat ainsi que l’impact de ce positionnement sur le Bénin.

L’Evénement Précis: Vous venez d’Abidjan où vous aviez pris part à la 6ème réunion du RESIFAO, Réseau des Structures et Institutions Nationales en charge de la Francophonie en Afrique de l’Ouest. La diplomatie béninoise vient de frapper fort à travers votre brillante élection à la présidence de ce réseau : quelles sont vos impressions ?

Adolphe Kpatchavi: Je voudrais à l’entame de cet entretien rendre un grand hommage au Président de la République du Bénin, son excellence Monsieur Patrice Talon, et à son gouvernement pour l’immense travail diplomatique qui se fait à la tête de notre pays depuis quelques années et qui s’est renforcé ces derniers mois et dont les effets sont aujourd’hui visibles et plus que visibles à l’extérieur et surtout au niveau de la sous région, du moins à travers la coopération avec l’OIF.
Je tiens à exprimer toute mon admiration et toutes mes considérations au Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Bénin, Monsieur Aurélien Agbénonci et à toute son équipe très dynamique – J’en fais partie – pour le travail discret et de fonds qui se fait pour rehausser l’image de notre pays, pour reconstruire et renforcer les relations de  coopération sur le plan sous régional, régional et international.
Ce que j’ai vu, ce que j’ai vécu et ce qui s’est passé à Abidjan, le 2 juin est le fruit de ce travail discret et efficace qui se fait. Comme vous le savez bien, tout positionnement dans les instances internationales, régionales ou sous régionales est l’effet de l’image du pays, image quotidienne construite par les actions diplomatiques et de coopération. C’est de cette manière que je pourrais résumer la brillante élection par consensus du Bénin à travers ma modeste personne à la tête ou la présidence du RESIFAO, Réseau des Structures et Instituions Nationales en charge de la Francophonie en Afrique de l’Ouest.

Votre élection ne s’est pas, pour autant, passée comme une lettre à la poste. Il a dû y avoir un immense  travail préparatoire ?
En tant que Secrétaire Général de la Commission Nationale Permanente du Bénin, Correspondant National de l’OIF, mes sentiments au cours de cette réunion qui s’est tenue à Abidjan du 1er au 2 juin entre les 12 pays de l’espace francophone ouest africain, sont des sentiments de grande satisfaction et de fierté. J’étais fier, très fier d’être béninois. Je suis très heureux de constater que le travail que nous faisons, mes collaborateurs et moi à la Commission Nationale permanente de la Francophonie, toutes les initiatives que nous prenions aussi bien en ce qui concerne l’organisation de la Journée Internationale de la Francophonie, la préparation et la participation aux différentes réunions statutaires, les actions sur le terrain, le suivi des projets de l’OIF sont très suivies et très appréciées et même capitalisées au niveau de la sous région malgré nos modestes ressources.
Tout positionnement dans ces instances relève d’une stratégie de visibilité. Le positionnement rend visible le pays positionné. Le Bénin sera plus visible au sein des 12 pays de l’espace francophone. Mieux, le positionnement permet aussi d’avoir des informations utiles sur les opportunités qui existent et dont on peut profiter au sein de l’espace francophone en temps réel ; le positionnement permet d’être présent dans les milieux où les décisions se prennent et aussi d’être parmi ceux qui décident, il est évident qu’il y a un gain pour le pays. Je voudrais remercier mes chers collègues Correspondants Nationaux pour la confiance et le soutien. Je dis également un grand merci au Directeur du BRAO OIF, notre compatriote Eric Adja qui vient de prendre, il ya juste un mois, ce poste. Ce qui fait la fierté  du Bénin.

Pourquoi a-t-on institué des Réseaux des Structures et Institutions en charge de la Francophonie (RESIF) ?
La vision de l’OIF depuis une dizaine d’années, c’est de régionaliser ses actions sur le terrain, d’assurer l’intégration de ces actions à travers les Bureaux régionaux dont les bras techniques sont les commissions Nationales de la Francophonie, encore appelées Correspondants Nationaux (CN). D’où la création des Réseaux structures et institutions en charge de la Francophonie (RESIF). Dans tout l’espace francophone, il existe cinq RESIF. En Afrique de l’Ouest, ce réseau est dénommé RESIFAO.
Le RESIFAO est composé de 12 pays ouest africains francophones : le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte – d’Ivoire, le Ghana, la République de Guinée, la Guinée Biseau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Togo. Dix pays sur douze étaient présents avec leurs correspondants nationaux représentant  des Commissions Nationales de la Francophonie. Les deux pays absents sont la Guinée Biseau et le Cap Vert.
Le Bénin fait partie des 12 pays de l’Afrique de l’Ouest qui ont créé depuis 2008, ce cadre de concertation et de travail dont le but est de porter la vision de l’OIF, de contribuer à la mise en œuvre efficace et efficiente de ses actions dans les quatre domaines que couvre sa mission : promotion de la langue française et de la diversité culturelle, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme, de la coopération au service du développement.
Dans la programmation 2015 – 2022, le siège de l’OIF à Paris et surtout les bureaux régionaux ont besoin de s’appuyer sur les structures nationales ou les Correspondants Nationaux qui sont sur le terrain.

Quel était l’enjeu de la réunion d’Abidjan ?
Depuis 2013, c’est la Côte – d’Ivoire qui  a assuré la présidence et le Bénin la Vice – Présidence de ce réseau. J’ai beaucoup aidé et travaillé avec la présidente pour apprendre. J’ai pris beaucoup d’initiatives ici au Bénin que j’ai intégrées à la feuille de route du réseau depuis quatre ans. Vous avez vu ce que la Côte-d’Ivoire  en tant que président du réseau a eu comme projets, comme rencontres, comme initiatives. Le plus important de ces projets, c’est les Jeux de la Francophonie, actuellement en pleine préparation et qui se dérouleront en juillet prochain sur la terre ivoirienne. Imaginez toutes les retombées de ces projets et actions sur le pays. J’ai pensé qu’on pouvait emboîter le pas à ce grand pays voisin.
L’enjeu de la 6ème réunion élective pour le Bénin était de prendre la présidence du réseau afin d’être au cœur de la mise en œuvre des différentes actions phares de l’OIF en Afrique de l’Ouest, ces deux prochaines années. Mieux, ce positionnement du Bénin à la présidence de ce réseau permettra de bénéficier des projets de l’OIF pouvant contribuer à la mise en œuvre du Programme d’action du Gouvernement (PAG).
Le 2 juin 2017, le bilan des deux ans de mandat a été fait. Ensuite, les participants conformément aux textes du réseau ont procédé à l’élection des membres du bureau. Le Bénin a été élu par consensus comme Président, le Mali, le premier vice- Président et le Ghana, deuxième vice -Président pour une période de deux ans.

Comment expliquez-vous le choix du Bénin ?
Le choix du Bénin est dû à la confiance et à la crédibilité dont il   jouit au niveau sous régional à cause de sa stabilité politique, à cause du succès de son processus de transition démocratique qui est considéré comme un modèle en Afrique et dans tous les pays de l’espace francophone, à cause du rôle très important que joue le Bénin au niveau des instances de l’OIF comme la Conférence des Ministres Francophones de la Jeunesse et des Sports (la CONFEJES) – le Bénin est le Président de la Conférence des Ministres Francophones de l’Education (la COFEMEN), des initiatives phares portées au niveau international comme le Projet de Promotion de la langue Française (PROLAF) par la Commission Nationale qui depuis quatre ans a assuré la vice- présidence du réseau.

Quelles sont les grandes orientations et les actions phares de votre mandat ?
Les nouvelles orientations du réseau consistent à harmoniser les projets et les actions sur le terrain, à capitaliser et à promouvoir les bonnes pratiques, à impacter les politiques de développement ou les programmes d’actions des gouvernements, particulièrement dans les domaines de l’emploi et entreprenariat de jeunes et des femmes à travers la stratégie économique et de la jeunesse.
Ainsi, la feuille de route du nouveau bureau portera sur les points suivants :
– Actualiser les textes du RESIFAO;
– Renforcer les projets fédérateurs du réseau, notamment la plateforme d’échanges et de diffusion des bonnes pratiques en Afrique de l’Ouest (VIVIFAO), le Projet de Promotion de la langue française (PROLAF) ;
– Assurer la capitalisation et une meilleure circulation de l’information entre les membres;
– Contribuer à l’élaboration du plan quadriennal 2019 – 2022;
– Développement des projets innovants pouvant impacter les politiques et les programmes de développement de nos pays, notamment dans les domaines de l’emploi et entreprenariat de jeunes et des femmes à travers la stratégie économique et de la jeunesse.
Quel est l’impact de ce positionnement sur le Bénin ?
On pourrait envisager l’impact de ce positionnement sur plusieurs plans :
– Ce positionnement fera la visibilité du Bénin dans les instances sous régionales de l’OIF et dans tous les pays de l’espace francophone avec des retombées politiques, économiques et sociales;
– Le Bénin, de par cette position, devient le premier interlocuteur du Bureau Régional Afrique de l’Ouest de OIF BRAO – OIF et du siège de l’OIF à Paris pour la mise en œuvre de sa programmation 2015 – 2022 ; mieux, il devient le modèle en matière de bonnes pratiques pour les autres pays ;
– Le Bénin sera consulté et impliqué dans l’élaboration de la programmation quadriennale 2019 – 2022 au niveau sous régional ;
– Le Bénin sera impliqué dans le choix et dans l’organisation de toutes les grandes rencontres et de toutes les actions phares de l’OIF au niveau de la sous région.
– Enfin, le Bénin sera au cœur des initiatives dans les domaines de l’emploi et entreprenariat de jeunes et des femmes à travers la stratégie économique et de la jeunesse.
Au total, ce positionnement du Bénin à la présidence de ce réseau permettra de bénéficier des projets de l’OIF pouvant contribuer à la mise en œuvre du Programme d’action du Gouvernement (PAG).

Entretien réalisé par Gérard AGOGNON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *