.
.

Le triomphe de la vérité

.

La Fopa en audience chez l’ancien médiateur de la République: Les sages conseils du prof. Tévoédjrè à Gilbert Dakè Djokess


Après l’Évêque de Porto-Novo, la semaine écoulée, une délégation de la Fondation œcuménique pour la paix en Afrique (Fopa), conduite par son président, Gilbert Dakè Djokess s’est rendue, ce mardi 30 mai 2017, au domicile de l’ancien Médiateur de la République, le professeur Albert Tévoédjrè à Porto-Novo. Le double but de la visite, c’est de recevoir des conseils de lui et de présenter la vision de la Fondation.

Le président de la Fondation œcuménique pour la paix en Afrique (FOPA), Gilbert DakèDjokess, considère le professeur Albert Tévoédjrè comme une source intarissable à laquelle il faut venir boire. « Nous demandons au Seigneur de donner longue vie à notre papa, pour qu’il continue de nous conseiller et de guider nos pas. Nous ne pouvons rien faire sans venir recevoir de lui, des conseils. C’est ce que nous venons de faire et nous sommes bien satisfaits de ses conseils », a déclaré Gilbert DakèDjokess, à sa sortie d’audience. Outre les conseils reçus, Gilbert DakèDjokess a également insisté sur un sujet qu’il dit aussi préoccupant pour le professeur Albert Tévoédjrè. Il s’agit de la non prise en compte, comme cela se doit, du volet social dans la gouvernance actuelle du Bénin.  « Notre papa et moi sommes tombés d’accord sur l’urgence pour le président de la République d’agir sur le volet social dans la gestion actuelle faite de notre pays. Car pour nous, la paix sans le pain est fortement menacée, et nous ne souhaitons pas des situations ingérables pour notre pays », a fait savoir Gilbert Dakè, avant d’inviter tous les Béninois à  s’unir pour prier pour le Chef de l’Etat et son gouvernement afin qu’ils soient mieux inspirés dans la conduite des affaires du pays pour le bonheur des populations.  « Nous sommes à votre entière disposition », a promis le professeur Albert Tévoédjrè qui a imploré Dieu afin qu’il bénisse la Fondation pour mieux accomplir  sa mission. « Nous sommes à votre disposition absolue. Pour que nous puissions faire tout ce que nous pouvons faire ensemble afin que la paix signifie aussi, recul de la misère. Car, nos religions,  qu’elles soient musulmane, chrétienne ou   traditionnelle,  doivent d’abord faire en sorte que l’homme soit debout,  vivant, en bonne santé et bien  éclairé. Il faut que l’action concrétise le dialogue. Et pour que cela soit ainsi, je  vous invite à prier  ensemble  avec moi pour  une meilleure diffusion des idées que vous portez », a conclu le professeur Albert Tévoédjrè.

Donatien GBAGUIDI

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *