.
.

.

Biodiversité: Les acteurs plus déterminés pour la sauvegarde de la faune


Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale de la Biodiversité, commémorée le 22 mai 2017, les acteurs impliqués ont réitéré leur détermination à poursuivre la lutte contre la détérioration de la faune. C’est ainsi qu’ils ont tenu  le vendredi 26 mai 2017 à la Direction Générale des Eaux, Forêts et Chasse (DGEFC), une journée d’échanges. L’objectif est de discuter sur « l’état des lieux de la protection de la faune au Bénin : rôle des différents acteurs ». Conjointement organisée par l’Organisation pour le Développement de la faune et la biodiversité (ODDB ONG), le Forum Biodiversité du Bénin et le Centre d’Etudes, de Recherches et de Formation Forestière (CERF), la rencontre qui a réuni plus d’une cinquantaine de participants a permis d’échanger sur la lutte contre la criminalité faunique et les dangers qui planent sur les espèces menacées. Une communication a marqué l’événement. Il s’agit de l’exposé du Directeur de Nature Tropicale ONG, Coordonnateur du programme AALF-Bénin, Joséa S. Dossou-Bodjrènou. Ayant porté sur le thème :  » Rôle des parties prenantes dans la lutte contre la criminalité faunique », elle a permis au communicateur de faire l’état des lieux de la lutte. A cet effet, il a rappelé la nécessité de protéger la patrimoine faunique. C’est à ce titre qu’il a insisté sur la sauvegarde des espèces au niveau des zones côtières, les forêts sacrées, et les zones marécageuses du sud Bénin de même que dans le grand nord c’est-à-dire les Parcs nationaux que sont la Pendjari et le W. Dans son intervention, le communicateur a souligné aussi la nécessité d’une bonne collaboration entre les divers acteurs pour une réussite de la lutte pour un environnement protégés sain et viable. Il faut noter que plusieurs experts ont apporté leurs contributions à cette formation. Il s’agit entre autres de l’ancien Directeur du Parc Pendjari, du Coordonnateur du Projet PAPE et des responsables de l’ONG ODDB. Par ailleurs, lors de la  » présentation de la loi portant régime de la faune en République du Bénin », les participants ont de nouveau pris connaissance de la loi n°2002-16 du 18 Octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Le voile a été levé sur les espèces que protègent cette loi et les articles qui sanctionnent les coupables. Pour rappel, l’article 153 de cette loi stipule que quiconque détient des animaux sauvages sans le permis requis ; fait circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine, est puni d’une amende de 100 000 à 500 000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans. L’article 154 punit d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Et l’article 166 signale que les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts et restitutions.Il ressort que la protection des espèces urge pour assurer le développement durable de l’environnement.

Emmanuel GBETO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *