.
.

.

Convention Etat-Communes du grand Nokoué: Le maire de Cotonou émet des réserves, un collectif de conseillers se démarque et adhère au PAG de Talon


Membre du collectif des 31 conseillers municipaux de la ville de Cotonou, ayant déclaré leur soutien au programme d’action du gouvernement, Isaac Aïvodji, 3ème adjoint au maire de Cotonou  et Parfait Découn, conseiller communal, étaient l’invité de l’émission ‘’ Ma part de vérité’’ de ce dimanche 14 mai 2017,  sur Golfe TV Africa. Il était question pour les deux invités, d’avancer les raisons de leur soutien au PAG et de déplorer la lenteur du maire de la ville de Cotonou à signer la convention Etat-Commune pour la réalisation des projets du grand Nokoué. Ils ont,  après analyse, ils ont fait des critiques sévères sur la gestion du maire de la ville de Cotonou.

La dernière sortie médiatique du maire Léhady Soglo pour porter des réserves sur le partenariat Etat-Commune n’est pas du goût de certains conseillers de la ville de Cotonou. Et pour exprimer leur mécontentement face à  cet acte du maire, 31 conseillers municipaux sur le 49 que compte la municipalité de Cotonou ont  apporté leur soutien au programme d’action du gouvernement à travers lequel la ville de Cotonou bénéficie de quatre projets d’envergure. Pour Isaac Aïvodji, 3ème adjoint au maire de Cotonou  et Parfait Découn, conseiller communal, représentant le collectif  des 31conseillers, le maire de Cotonou  n’est pas dans une posture de négociation mais dans  une posture de résistance. « Le maire Léhady Soglo n’aime pas les populations de Cotonou. Si non, face à ces projets soutenus par le gouvernement, il ne doit pas mettre de réserve et retarder la signature de cette convention », a expliqué le conseiller  Parfait Découn. « Le gouvernement sait comment fonctionnent les administrations locales. Et c’est encore le gouvernement qui va chercher le financement et proposer la façon dont les projets seront exécutés. Ce qui est tout à fait normal », a approuvé le 3ème adjoint au maire de Cotonou, Isaac Aïvodji qui comprend pas et supporte mal la réticence du maire à signer cette convention à l’instar de ses paires des autres communes du grand Nokoué.  A en croire ces conseillers, le maire de Cotonou n’a pas réunis son conseil pour discuter de la convention Etat-Commune, depuis la tenue de la rencontre entre le chef de l’Etat et  les conseils communaux du grand Nokoué. Ainsi, tout  en dénonçant ce fait, ces conseillers  exigent du maire, la signature rapide de la Convention Etat-Commune qui prévoit la reconstruction des marchés secondaires de la ville, l’asphaltage des artères de la ville, la gestion efficace des ordures ménagères et la résolution définitive du problème de l’inondation dans la ville.

La gestion du maire Léhady critiquée

L’une des raisons avancées par les conseillers municipaux de Cotonou à soutenir le PAG et exiger la signature de la convention Etat-Commune, est la gestion qui se fait à la mairie de Cotonou. A en croire leurs analyses, la mairie de Cotonou a d’énormes  problèmes dans le domaine du foncier. « Les réserves administratives sont bradées et la raison avancée  par le maire est le compte rendu d’une session qui a autorisé la vente des parcelles libres dans la ville. Mais parcelles libres ne signifient pas réserves administratives », a clarifié le conseiller Isaac Aïvodji. Parlant de la gestion financière, le conseiller Parfait Découn, en sa qualité de comptable gestionnaire financier, a démontré document à l’appui, qu’il y a beaucoup à redire sur la gestion financière de la mairie de Cotonou. « Vous allez constater qu’il n’y a des problèmes de suivi, qu’il y a des situations préoccupantes dans l’exécution des marchés. », a clamé le conseiller qui a, de façon minutieuse, décortiqué le compte administratif de la mairie de Cotonou. Les primes à la mairie de Cotonou constituent un autre dossier, selon les invités de l’émission. Toutefois, il est important de retenir des démonstrations faites par les deux conseillers, qu’ils sont de grandes réserves sur la gestion des finances à la mairie de Cotonou.

Des Conseillers Municipaux disent « Oui » au PAG

Dans une déclaration commune, des conseillers municipaux de Cotonou dont la liste intégrale n’est toujours pas disponible, apportent leur soutien au Programme d’Action du Gouvernement (PAG) du Président Talon. Constitués en collectif dénommé « Collectif des Conseillers de la Ville de Cotonou soutenant le Programme d’Action du Gouvernement », ils disent « Oui »  pour un Cotonou propre, assaini et mieux construit à travers le PAG. Ces conseillers conduits par le 3ème adjoint au maire de Cotonou, Isaac Aïvodji, ont, au cours de leur sortie, exigé du maire de Cotonou, la signature de la convention Etat-Commune pour la réalisation des projets du grand Nokoué. Dans  leur déclaration,  ces conseillers municipaux ont expliqué que la signature de cette convention permettra au gouvernement à travers son programme d’action, d’investir dans la réalisation des projets structurants. Au nombre de ces projets, ils ont évoqué la reconstruction des marchés secondaires de la ville, l’asphaltage des artères de la ville, la gestion efficace des ordures ménagères et la résolution définitive du problème de l’inondation dans la ville, capitale économique du Bénin. Il n’est pas aisé de constater que ces conseillers, apportant leur soutien au PAG, fustigent de façon voilée la gestion de la première autorité communale de Cotonou. Il est à croire que ce collectif,  au-delà d’être un groupe de pression, peut aller loin dans un  probable déclenchement d’une procédure de destitution du Maire Léhady Soglo qui, selon certains, constitue un obstacle pour la mise en œuvre du PAG à Cotonou.  Même s’il est encore difficile de le savoir, la mise en place de ce collectif dont l’effectif tend à dépasser la majorité des conseillers municipaux   laisse la porte ouverte à toutes les éventualités.

Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *