.
.

.

Célébration du 11 mai à l’UAC: Peu de fumée, moins de désordre, les étudiants honorent Bob Marley !


Le chanteur emblématique jamaïcain, Bob Marley, décédé le 11 mai 1981 a été célébré, une fois de plus,  par l’Ensemble artistique  et culturel des étudiants (EACE), ce 11 mai 2017 à l’Université d’Abomey-Calavi. Un 36ème anniversaire de décès de l’artiste célébré, pas comme d’habitude.

00 Heure 30 minutes. Les choristes de l’Ensemble artistique et culturel de l’Université d’Abomey-Calavi (EACE/UAC) prennent possession de leur micro et s’installent sur le podium. Habillés en mère et père Jah, ils ajustent leur micro et testent leur voix. Pendant ce temps, les batteurs, issus du même groupe, s’offrent quelques minutes d’essayage de leurs instruments musicaux. Tout ceci devant une impressionnante mobilisation de jeunes, venus de toute part, pour vivre l’événement. Une mobilisation qui échappe à tout désordre, et qui porte un cachet spécial à l’organisation de cette année, assurée par Euloge Tossou, directeur de l’EACE/UAC. Une organisation qui part d’abord de l’accueil des spectateurs. A motos, en véhicules ou à pieds, le spectateur devra d’abord se soumettre aux consignes des agents de sécurité postés  à quelques encablures du terrain de basket-ball où se déroulent les manifestations. Des agents de sécurité, qui sont aussi des étudiants, formés dans la Police universitaire, mais qui font preuve de courtoisie et de professionnalisme dans l’accueil des spectateurs, contrairement aux années précédentes.
Sur les lieux de la célébration, le concert live a démarré avec une participation active du public. Une participation active, cette fois-ci saine, donc sans influence de chanvre indien ou autres stupéfiants qui inondent les spectateurs de fumée. A 1heure 30 minutes, les spectateurs, qui, en  plein air, s’offraient quelques instants de rafraîchissement  chez les tenancières de bar retenues pour la circonstance, ont rejoint la foule. Là, l’adrénaline est montée d’un cran. Puis, la foule des danseurs qui accompagnent les interprètes de Bob Marley, Lucky Dubé,   Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly  qui se succèdent sur la scène, grossit davantage. Ça chante, ça danse, ça gesticule et ça rend le spectacle plus plaisant et agréable à voir. Et comme si les échos de ce concert live  se répandent sur les villes d’Abomey-Calavi et de Cotonou, d’autres spectateurs, n’hésitent plus à rallier la foule déjà très immense.  Et là, la nuit n’a pas pu se terminer sans la fumée. Quelques cigarettes, chanvres indiens, vers 3 heures du matin, ont été alors grillés. Mais ici, tout s’est passé dans la mesure. Un fumeur approché dans la nuit, corps inondé de sueur, conséquence des pas de danse qu’il exécute sans arrêt sous les notes  musicales du reggae, voit inimaginable de passer une nuit du 11 mai sans la fumée. « J’ai observé que les gens dansent, mais vont ailleurs pour fumer avant de revenir. Moi, je ne crois pas qu’on peut célébrer Bob Marley sans fumer une seule cigarette. C’est pourquoi j’ai décidé de fumer cette baguette que vous voyez », s’est-il justifié, tout en nous défendant de révéler son nom. Et des gens comme lui,  il y en a beaucoup également lorsqu’on pousse sa curiosité en se rendant au cœur des endroits ténébreux   du campus, à quelques encablures du lieu du concert. On se rend bien compte que ça fume et ça boit. Mais tout ceci, bien loin des spectateurs venus savourer l’historique date du 11 mai qui continue de démontrer que Bob Marley est vraiment une légende interplanétaire. Lui qui est né le 6 février 1945, et décédé le 11 mai 1981 à Miami, aux Etats-Unis.

Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *