.
.

.

Promotion de la Culture et du Tourisme: Ange N’Koué dévoile les ambitions du régime Talon


Le Ministre du tourisme et de la culture, Ange N’Koué a été l’invité de l’émission «Le Bénin Révélé» de la télévision nationale, ce mardi 2 mai 2017. Au cours des échanges qui ont duré 1heure 30 minutes, Ange N’Koué a révélé ses ambitions dans les secteurs des arts, de la culture et du tourisme.

Le 1er sujet auquel s’est attaqué le ministre lors de l’entretien est relatif au Fonds des arts et de la culture. Selon les précisions apportées par Ange N’Koué, l’audit général opéré au niveau du Fonds 25 ans après son existence révèle d’importants dysfonctionnements qui nécessitent des réformes. Il en est ainsi parce que selon le ministre, « Le Fonds d’aide à la culture après 25 ans d’existence est aujourd’hui sans impact sur la vie des artistes parce que les critères de base de son attribution ont été dévoyés. Ce fonds est devenu un fonds politique qui ne cherche même plus d’autres financements en dehors de l’Etat », a regretté Ange N’Koué. Et c’est pourquoi il a engagé des réformes qui font grincer les dents dans le rang des acteurs. Il assure que ces réformes permettront désormais à ce que les fonds aillent aux vrais bénéficiaires. « Ce fonds n’ira plus aux individus mais à toutes les communautés grâce à la mise en œuvre de l’Agenda culturel », a promis Ange N’Koué. Et pour ce qui concerne la situation liée au non remboursement des reliquats des acteurs culturels ayant exécuté des projets au titre de l’année 2016, le ministre rassure. « Le président de la République est extrêmement préoccupé par la situation. Nous avons décidé de faire une estimation de la dette, un audit a été diligenté pour savoir ce qu’on doit, l’effectivité de la dette afin de s’assurer que les ressources iront aux vrais bénéficiaires ».

Plus d’aide, mais de l’accompagnement !
Désormais, les promoteurs culturels seront de vrais entrepreneurs culturels. Et pour y arriver, le ministre Ange N’Koué révèle sa réforme liée au Fonds de bonification. Un destiné à les accompagner dans leurs entreprises. Selon les précisions qu’il a données, ce fonds logé au niveau des Banques permet à tout acteur ou promoteur culturel d’accéder aux crédits bancaires sur la base d’un projet dont il bénéficiera de l’appui technique de l’Etat pour le rendre bancable. La bonification aide alors l’artiste à amortir les intérêts.
Pour ce qui concerne l’agenda culturel du Bénin, le ministre rassure que l’année 2017 est celle de sa mise en œuvre effective. On retient, selon les détails qu’il a donnés, que 15 manifestations culturelles sont programmées pour se dérouler simultanément sur toute l’étendue du territoire national, favorisant un élan populaire autour de la chose culturelle et offrant la chance à toutes les communes de révéler leurs talents. Une autre réforme en cours concerne d’ailleurs la détection et la promotion des talents dans les communes, aussi bien les artistes confirmés que les stars en herbe. Au profit des collectivités locales, le programme d’actions du gouvernement prévoit la construction de théâtres de verdure au niveau de chaque département. Quatre théâtres de verdure sont prévus pour être construits cette année. « Nous travaillons aussi sur l’éducation dans la culture. Nous avons déjà fait un travail sur l’élaboration des curricula, nous avons identifié les formateurs et un travail d’harmonisation est en cours. La promotion de la culture sera bientôt une réalité dans nos écoles », promet Ange N’Koué.
Le ministre reste convaincu que pour permettre aux artistes de vivre réellement de leur art, la résurrection et la restructuration du Bureau béninois des droits d’auteurs (Bubedra) est plus qu’un impératif. « Le Bubedra est au creux de la vague. Tout est au point mort. Mais je promets qu’il y aura un relèvement extraordinaire », gage-t-il. A ce propos, il est annoncé du 16 au 19 mai prochain un séminaire des acteurs culturels et des consommateurs (chaines de radios, de télévision, réseaux GSM, tenanciers de bars…). Cette rencontre devra déboucher sur des mesures fortes pour protéger les œuvres des artistes béninois. Le modèle ivoirien de relance des droits d’auteurs séduit le ministre qui confie que les réformes ont permis de passer de 2 milliards à 54 milliards de F CFA de ressources distribuées chaque année aux créateurs en Côte d’Ivoire. Le gouvernement accorde aussi de l’intérêt à la lutte contre la piraterie pour laquelle des ressources importantes sont prévues pour permettre aux artistes de vivre convenablement de leurs œuvres.
Les réformes lancées sont conduites en parfaite intelligence avec les artistes mais aussi en collaboration avec des experts. Il cite en exemple l’implication des banquiers dans le processus de mise en place du Fonds de bonification ou encore les pédagogues sur le projet de détections des talents.

Relancer le secteur touristique
Dans le domaine des patrimoines, le gouvernement s’active pour le rapatriement des biens spoliés sous la colonisation. Ange N’Koué soutient : « Ces biens doivent être ici pour que nos enfants connaissent notre histoire. Leur place n’est pas ailleurs ». Quid de la conservation des œuvres à leur retour ? Il annonce que des études sont déjà en cours dans le cadre de rénovation des musées existants et la construction de deux musées, à Porto-Novo et à Abomey. Il ajoute que le processus d’inscription d’un certain nombre de sites historiques dans le patrimoine mondial de l’humanité est lancé. Des sites historiques comme ceux des combats héroïques seront réhabilités. Le site du combat d’Atchoukpa livré par le Roi Béhanzin pendant l’agression coloniale de 1892 serait actuellement victime de morcellement. L’Etat tient aussi à la formation des guides et des conservateurs pour renforcer leurs capacités dans la promotion de la destination Bénin. Des projets sont en cours d’élaboration en partenariat avec la Chine et l’Allemagne pour renforcer les capacités de guides.
Le gouvernement fait du développement du tourisme, une source de création de richesses et d’emplois. Le Programme d’actions du gouvernement prévoit un investissement global de 685 milliards F CFA. Et déjà, des actions concrètes se pointent à l’horizon avec le lancement du projet de compétitivité et de tourisme transfrontalier (Pctt) doté d’une enveloppe de 25 milliards de F CFA, destinée prioritairement à relancer le tourisme dans la ville de Ouidah. La cité lacustre de Ganvié aura aussi une cuire de jouvence. Le ministre informe que le secteur hôtelier entame son regain de forme avec 74 hôtels créés en 2016 pour environ 600 emplois. En 2017, 1000 emplois sont attendus dans le sous-secteur de l’hôtellerie. Mais le gouvernement travaille sur un programme de mise à niveau des hôtels dont le respect des normes reste aujourd’hui la chose la moins partagée. Un travail d’évaluation des hôtels et de la capacité de réception du Bénin est en cours. Le pays négocie un partenariat avec le Maroc dans le cadre du classement des hôtels. « 2017 est l’année du tourisme interne. Il faut que les Béninois bougent et apprennent à connaitre le Bénin, les cadres, les universitaires, les fonctionnaires, les acteurs du secteur privé », plaide Ange N’Koué qui assure que l’espoir dans le renouveau du tourisme et de la culture est bien permis.

Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *