.
.

.

Polémique autour de la rareté des points de presse: Koupaki indéboulonnable du régime Talon


Pascal Irenée Koupaki EpPourquoi Koupaki ne présente plus le point de presse du Conseil des Ministres depuis plus de deux mercredis déjà? Pourquoi ne le voit-on plus devant les médias ? Ces interrogations ont tôt fait de laisser le champ libre à dame rumeur. En effet, depuis la rupture intervenue dans le point de presse du conseil hebdomadaire des ministres et son remplacement par la mise à disposition immédiate par le secrétariat général du gouvernement du compte rendu détaillé des travaux du conseil des ministres, une certaine opinion a tôt fait d’y déceler le signe d’un malaise au sein de l’appareil gouvernemental. Faux. C’est ce qu’on peut retenir, selon les informations concordantes. Selon la même source, il s’agit d’un changement de cap après un an d’exercice du pouvoir par le régime Talon. Un changement de cap qui implique un renouveau dans l’amélioration du travail qui s’accomplit pour mieux satisfaire l’opinion publique nationale et internationale, selon les explications qui nous sont fournies. Cette nouvelle dynamique tire sa source des diverses observations qui ont été faites sur les points de presse hebdomadaires du ministre d’Etat, Pascal Irénée Koupaki, notamment en ce qui concerne le manque de détails noté dans la présentation du point du Conseil des Ministres. Il s’agit surtout des aspects liés aux nominations prononcées et autres décisions importantes sur lesquels le point de presse restait sans détail ou carrément muet. Le souci du gouvernement du nouveau départ est donc de mieux faire, quant à la communication gouvernementale sur le Conseil hebdomadaire des Ministres. Ainsi, plutôt que le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la république, Pascal Koupaki, s’adonne de façon hebdomadaire à l’exercice du point de presse, il ne le fera désormais, qu’en cas de besoin de clarification sur des sujets bien précis. En clair, Pascal Irené Koupaki reste et demeure à ce jour, l’autorité compétente à informer l’opinion publique sur les délibérations du Conseil des Ministres. Selon les mêmes sources en effet, la nouvelle méthode choisie par le gouvernement participe de l’efficacité recherchée pour servir autrement le peuple. Il n’y a donc aucun malaise comme le distille une certaine opinion avide de crise au sein de l’appareil gouvernemental.

Wandji A.    




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *