.
.

.

Retour du PVI et affaire Ajavon au port: La douane soutient le PVI et dénonce Cajaf-COMON


DG douane, Charles Sacca entouré de ses collaborateurs lors du point de presseDeux faits agitent depuis quelque temps l’actualité nationale et internationale. Il s’agit de l’affaire relative à la levée de plombs de container de l’opérateur économique, Sébastien Ajavon et la mise en œuvre prochainement du Programme de Vérification des Importations (PVI). Sur ces questions, le Directeur général des Douanes et Droits Indirects, Charles Sacca a effectué une sortie médiatique. C’était dans l’après-midi de ce mercredi 19 Avril 2017 où, entouré de ses collaborateurs, il a apporté des clarifications  pour situer l’opinion publique et mettre fin aux rumeurs qui desservent l’image des douaniers béninois. Sur le premier sujet relatif au PVI, le directeur général des douanes, Charles Sacca a balisé le terrain en rappelant à la presse, l’implication de tous les  acteurs portuaires dans sa mise en œuvre, contrairement aux rumeurs distillées dans l’opinion publique. Mais les agitations des détracteurs du régime n’ont pas empêché le gouvernement de la rupture de  travailler à l’amélioration du programme  pour la réussite de la nouvelle formule du PVI. C’est ce qui explique, poursuit-il, le soutien de la douane à la réforme.Au nombre des détracteurs, le Directeur du bureau particulier de la douane, Abdou Raoufou Malèhossou a dénoncé quatre (04) catégories d’acteurs qui s’opposent au Programme. Il s’agit notamment des faussaires de factures fictives dans Zongo, ceux   qui font des déversements fictifs, ceux qui ne veulent pas des scanners et les importateurs des produits de grande consommation. C’est à ce titre qu’il a partagé avec la presse, les innovations du PVI. Par la même occasion, le point de presse a relevé que les importations de produits de grande consommation seront dédouanées sur les anciennes bases. En guise  d’exemple, il a indiqué que le wax hollandais, la  volaille et autres produits seront taxés sur les anciennes bases. Désormais, le scanner sera de retour dans les opérations. Par ailleurs, il a rappelé que « Bénin Contrôl » ne vient pas remplacer les activités de la Segub.

Changement de plombs de container de cocaïne, un montage ?

L’affaire des 17,278 kg de cocaïne qui a éclaboussé le Bénin et la sous-région, en novembre 2016, continue de faire couler d’encre et de salive. C’est dans ce cadre que le Chef brigade port, Marcellin Laourou a saisi l’occasion pour donner la position de la douane béninoise depuis que  l’affaire  a commencé par agiter l’opinion nationale et internationale. A en croire ce disciple de Saint Mathieu, « il n’y a jamais eu substitution de plombs ». Il poursuit en précisant que « c’est le même plomb qui est arrivé avec le container de drogue qui a été présenté. Il n’y a jamais eu de changement de plomb. Plusieurs fois Cajaf-Comon a écrit pour dénoncer des changements de plomb. Et habituellement, le constat est fait ensemble avec la Douane. Cajaf-Comon prend ensuite toujours son container. Même le 24 février 2017, Cajaf-Comon a dénoncé le changement ou rupture de plomb. Mais ils en ont pris possession. Alors que dans l’affaire de cocaïne, ils ont pris prétexte du changement de plombs pour se défendre ». Il rassure que personne ne peut manipuler une marchandise sans l’autorisation de la douane. Après donc un rappel des faits, il a invité les acteurs de la société manutentionnaire à un débat contradictoire pour dire avec exactitude les numéros des plombs en question, sans quoi, la direction générale de la douane se permettra désormais d’assigner toute personne qui jetterait de discrédit sur la douane béninoise.

Emmanuel GBETO




One thought on “Retour du PVI et affaire Ajavon au port: La douane soutient le PVI et dénonce Cajaf-COMON

  1. KPATCHA Cocou Richard

    Vous faites un bon travail, mais maintenant il faut aller s’investiguer pour qu’on voit clair. Dans tous les cas, quand un pouvoir change de nom et de main, les propos des gens changent.. Qui avait formulé pvi, 1ère génération ? Pourquoi les douaniers n’étaient pas associés ? Ça nous étonne aujourd’hui qu’au nom des intérêts égoïstes, on ne sait plus qui disent la vérité. Attention à tous ceux qui prennent ce pays comme la palmeraie de leurs parents.S’ils n’ont payé à leur vivant, leurs enfants vont rembourser la dette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *