.
.

.

4ème congrès ordinaire de la COSI-Bénin: Noël Chadaré décroche un second mandat de 5 ans


Noel Chadaré succède à lui mêmeEt de deux !, pour le secrétaire général sortant de la Confédération des syndicats indépendants du Bénin (Cosi-Bénin), Noël Chadaré. Il vient de bénéficier à nouveau de la confiance de ses camarades. Par un plébiscite sans appel, le candidat à sa propre succession conduira encore les rênes de la confédération pour les cinq prochaines années. C’était au terme du 4ème congrès ordinaire électif de son organisation syndicale qui s’est tenu du 17 au 19 avril 2017 à la Bourse du Travail. « Je remercie les congressistes qui m’ont renouvelé leur confiance. Je promets qu’ils ne seront pas une fois encore déçu comme au cours du mandat passé », a-déclaré le secrétaire général réélu, Noël Chadaré. Aussitôt élu, il a rassuré de ce que les perspectives sont heureuses et prometteuses pour les cinq années à venir, malgré la morosité ambiante qui frappe la plupart des organisations dans le monde. Il a rassuré de ce qu’à la Cosi-Bénin, les cinq prochaines années se présentent sous de bons auspices. Car, l’organisation s’apprête à franchir un nouveau cap sur le chemin de son inexorable ascension. Une ascension qui selon lui, passera par un ultime défi. Il s’agit de celui de ‘’l’autofinancement’’. Plaçant donc son mandat sous le signe de l’autofinancement de la Cosi-Bénin,  Chadaré a appelé les fédérations et les membres de ce nouveau bureau, à faire de ce défi, le fil d’Ariane des cinq prochaines années afin de permettre à  l’organisation de se donner les moyens de concrétiser sa vision. En dehors de ce défi, la nouvelle équipe entend renforcer la lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs.

Un congrès soucieux de l’emploi des jeunes

« Problématique de l’emploi des jeunes au Bénin : Rôle et responsabilités des organisations syndicales dans la gouvernance politique, économique et sociale pour un travail décent ». C’est sur ce thème central qu’a porté le congrès ordinaire. La cérémonie d’ouverture a été l’occasion pour le secrétaire général sortant, Noël Chadaré, de rappeler le gouvernement à l’ordre sur certaines mesures qu’il qualifie de liberticide. Il a entre autres dénoncé, les deux lois votées en procédure d’urgence par les députés  sur le régime d’emploi des collaborateurs et celle d’embauche. Pour lui, ce sont deux lois qui viennent mettre en difficulté le marché de l’emploi au Bénin. « L’Etat vient renforcer les pouvoirs de l’employeur, en lui donnant les coudées franches pour faire de l’employé, un homme taillable et corvéable à merci ». A cela, s’ajoutent les crises dans le secteur de l’éducation et la création de nouvelles taxes, à l’instar de la Taxe sur les véhicules à moteur, mettant une pression fiscale sur les béninois sans augmenter les salaires. Au sujet des doléances, la ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys a appelé les organisations syndicales à accompagner le Programme d’actions du gouvernement (Pag), gage de création d’emplois   pour un travail décent en République du Bénin.

Des partenaires satisfaits du leadership de Chadaré

Le premier partenaire ayant renouvelé son soutien à la Cosi-Bénin est la CNV Internationaal, son partenaire financier et technique. Par la voix de sa représentante, Esther Droppers, ce partenaire a témoigné de son engagement à encore accompagner les actions de l’équipe de Noël Chadaré durant les cinq prochaines années. La Fondation Friedrich Ebert n’est pas restée du reste. Son Représentant résident, Rudolf Traub, pense que l’autonomie organisationnelle de la Cosi-Bénin  en particulier, et des organisations syndicales en général, mérite d’être saluée au Bénin. En outre, au nom de l’exécutif, la ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys a salué le respect des textes en vigueur ayant conduit à ce congrès, et mieux, le bilan élogieux réalisé par le secrétaire général Chadaré. Pour sa part, le représentant de la CSI Afrique, Kwasi Adu-Amankwaih a appelé la Cosi-Bénin, à travailler pour une solidarité et une justice sociale. A leur suite, cinq organisations syndicales à savoir la Csa-Bénin de Anselme Amoussou, la Cgtb de Moudassirou Bachabi, l’Unstb de Emmanuel Zounon, la Cspib de Christophe Dovonon, la Csub de Christophe Houessionon, ont, par la voix de leur porte-parole, encouragé leur camarade de la Cosi-Bénin, membre du « G6 », créé, à poursuivre la lutte pour la sauvegarde des intérêts des travailleurs. Au nom de la Cstb, Kassa Mampo a invité le congrès à prendre des motions contre les deux lois votées contre les travailleurs.  Des propos soutenus par le secrétaire général honoraire de la Csa-Bénin, Dieudonné Lokossou, venu soutenir un camarade syndicaliste. Notons que sous le premier mandat de Noël Chadaré, la Cosi-Bénin est passée de 39 syndicats de base en 2012,  à 120  syndicales en 2017.

Emmanuel GBETO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *