.
.

.

An 1 de Homeky à la tête du ministère des Sports: Le football toujours sans lendemain au Bénin


benin_oswald_homekyL’élection du président Patrice Talon et l’avènement du tout super jeune, Oswald Homeky, grand amoureux du football, à la tête du ministère des Sports,  donnaient une lueur d’espoir aux nombreux fans du football béninois. Pour certains, ce changement de régime mettrait un terme au désordre qui avait  cours à la fédération béninoise de football. Mais après un an, et ce, malgré les implications personnelles du ministre et du chef de l’Etat, Patrice Talon, rien n’a concrètement changé. La famille du football est toujours divisée.

Le règlement de la crise qui secoue la famille du football béninois est un des grands chantiers qui attendaient le nouveau ministre des sports, Oswald Homeky. Mais après un an d’exercice, force est de constater que la situation n’a pas connu un changement majeur. Certes, les acteurs ont baissé d’ardeur et une certaine accalmie se note  à travers la presse, mais les germes de la division sont toujours visibles et le ballon ne roule toujours pas. Pourtant, dès son arrivée à la tête de ce département ministériel, l’homme avait posé des actes qui auguraient d’une fin heureuse de cette crise qui a ruiné la vie de tant d’amoureux de cette discipline sportive. Pour preuve, les multiples rencontres que le ministre a eues avec les différents protagonistes de cette  crise, n’y ont rien apporté. L’aboutissement en a été  la signature d’un protocole d’accord, le 23 décembre 2016, devant le chef de l’État, Patrice Talon. Mais depuis cette signature, aucun acte majeur n’a plus été posé. La fédération dotée d’un comité transitoire de 21 membres et qui devra exercer pour 18mois, n’arrive pas à fonctionner réellement. Ceci, parce que certains membres dudit comité, selon les informations, estiment qu’il faut que le ministre les installe officiellement. Ce qui n’est pas du goût des autres qui s’y opposent. Alors, aucune activité footballistique ne se déroule dans le pays. Il n’y a pas de championnats, ce qui  témoigne de la mauvaise santé du football béninois. Oswald Homeky a certes eu la volonté, mais la mauvaise foi et la ténacité des acteurs n’ont pas facilité les choses. Et depuis un an, les trois camps que le protocole d’accord a eu le mérite de recadrer en ce qui concerne leurs interventions, se muent dans une méfiance voilée, mettant du coup à mal l’ambition du ministre Homeky de finir définitivement avec cette situation, afin de lancer le programme que lui et son cabinet ont concocté pour booster la discipline durant les prochaines années.

Des actions qui créditent la gestion de Homeky

La crise du football n’étant pas résolue, la gestion du ministre Homeky se retrouve mise à mal. Car, pour beaucoup de béninois, c’est le sport roi qui donne une visibilité aux actions engagées par le ministère. C’est ce que nous explique Éric Domingo, responsable au niveau de la ligue atlantique -littoral du basket-ball. «Après son arrivée, le ministre des sports a promis mettre tous les sports à la même enseigne. Nous, au niveau du basket-ball, nous avons constaté cela puisque le ministre n’a pas cessé de répondre favorablement à nos doléances. Mais, vu qu’au niveau du football, ça ne va pas, personne ne remarque cet effort du ministre», a t il confié. En dehors des appuis aux basketteurs, le ministre a également apporté son soutien aux handballeurs, volleyeurs, aux athlètes de Wushu, du Taekwondo, de Karaté, de l’Athlétisme, de l’Escrime, de Tennis, de Boxe, de Maracana, de Pétanque à travers la remise des subventions. Pour couronner tout cela, le ministre a initié un gala des sportifs dont la première édition, parrainée par la star du football africain et Mondial, le camerounais Samuel Eto’o Fils, a eu lieu le samedi 25 mars dernier. Gala au cours duquel de grands noms du sport béninois ont été célébrés afin de créer l’émulation au sein d’autres disciplines  sportives.

Ils ont dit

Sosthène Seflimi, Chroniqueur sportif
«Homeky, en un an, demeure une belle promesse faite à la jeunesse et au secteur du sport »
Oswald Homeky, pendant plusieurs mois, a donné l’impression d’être désœuvré, de tourner en rond parce que le Chef du gouvernement a décidé de se donner tout le temps dont il a besoin pour se doter d’un programme d’action réglé comme du papier à musique. Pendant ce temps, le Ministre des sports, pour s’occuper, a dû travailler au règlement de la crise à la Fédération Béninoise de Football. Il y a mis tellement du Cœur et de l’énergie, risquant même de passer pour le «Ministre de la crise». Finalement, il a pu aboutir à l’élaboration d’un protocole d’accord signépar les partis en conflit. Mais l’absence d’un chronogramme lié au Protocole d’accord et le non fonctionnement du Comité exécutif transitoire à la FBF, plusieurs mois après sa constitution,sont des insuffisances à relever. Aussi, le silence du ministre en  ce qui concerne la gestion du cas Tchomogo, révèle-t- il certaines légèretés dans le management d’Oswald Homeky. Les ordres et les contre-ordres relatifs à l’autorisation du déroulement des matches du Tournoi dit de «mise en jambes» ont fini par convaincre l’opinion publique de ce que le Ministre baigne dans une sorte de compromission dans le dossier de la FBF. Visiblement, il ne fait pas ce qu’il veut et il ne veut pas ce qu’il fait. D’où viennent les handicaps qu’il affronte? Cependant, au delà des ratés observés dans l’approche de la gestion de la crise à la Fédération Béninoise de Football et de ses effets pervers, Oswald Homeky continue de jouir auprès de l’opinion publique d’une bonne image, celle d’un jeune ambitieux et probe. Mais, ce qui importe, reste sa capacité à  exécuter l’ambitieux programme concocté par le Chef du Gouvernement pour le secteur du sport. Comme vous le voyez, Oswald Homeky, en un an, demeure une belle promesse faite à la jeunesse et au secteur du sport. Nous continuons à attendre de voir.

Eric Domigo, responsable à la ligue Atlantique- Littoral de basketball
« Homeky doit cesser de subir et taper du point sur la table»
Dès sa prise de fonction, le ministre, dans sa vision, a dit qu’il va mettre toutes les disciplines à la même enseigne.  Et je crois que depuis un certain temps, nous avons commencé par ressentir cela au niveau du basketball. Il accorde une attention particulière à cette discipline. On est mieux suivi et toutes nos doléances, même si elles ne sont pas toutes satisfaites, elles sont prises en compte. Parlant de son bilan, après douze mois, je pense qu’on ne peut pas tout de suite lui demander des résultats. Ce qui se passe et qu’on ressent, c’est qu’il y a une restructuration au niveau des disciplines. On note qu’il y a un sérieux travail qui se fait. Mais là où il est plus attendu actuellement, c’est du côté du football. Vous ne restez pas sans savoir que le problème du football est très crucial et tient beaucoup à cœur les béninois. Depuis un certain temps, on est plus qualifié à la CAN, le championnat est arrêté. Rien ne bouge. Voilà autant de problèmes qu’il faut régler. Et dans ce sens, le ministre a réussi à faire signer un protocole aux protagonistes. On se demande si ledit protocole sera  respecté. Franchement, je n’y crois pas encore. Et à ce niveau, je pense que le ministre a encore du pain sous la planche. Avec sa fougue, il devrait faire plus bouger les choses. C’est vrai, il a pu ramener les dirigeants qui ne se parlaient pas à la table de négociation. Ca ne suffit pas. Il faut qu’il tape du point sur la table. On sait qu’il est quelqu’un qui n’a pas peur de prendre des décisions ; même celles qui font mal. Et c’est ce à quoi nous l’invitons. Il faudrait qu’il ne subisse plus, qu’il fasse un rappel à l’ordre à ceux là qui font que  rien ne bouge. Mais il a besoin qu’on l’accompagne.

Frédrich Agbèdè, fan du football béninois
« Le ministre doit demander aux 6 membres ajoutés aux 15 de rallier les rangs »
«Il est trop tôt pour qualifier la gestion du ministre Oswald Homeky. En un an, il a essayé de faire ce qu’il peut à la tête du ministère du sport. Il a tout fait pour que les acteurs du football se réconcilient. Mais, ce n’est pas fini. Ce serait fini quand le championnat va démarrer. Et cela dépend de lui. Le chef de l’Etat a dit qu’il est prêt à accompagner les gens quand ils vont former leur fédération. Mais, le ministre semble ne pas être prêt lui de son côté. Depuis la signature du protocole d’accord, on remarque que les 6 membres qui ont été ajoutés aux 15 pour faire un bureau exécutif de 21 membres, sont restés toujours à l’écart. Alors, il faut que le ministre les interpelle. Il faut qu’il leur dise de rallier les rangs. C’est qu’il leur dise qu’il ne veut plus entendre qu’ils ont manqué les réunions que le président Anjorin convoque. Puisque c’est lui qui a été retenu pour président le comité. Je pense que s’il agit ainsi, tout va rentrer dans l’ordre. Les gens doivent s’asseoir et discuter. Et çà, seul le ministre peut aider à avoir çà. S’il règle çà, il faut qu’il fasse encore l’effort d’amener ces mêmes acteurs devant le chef de l’Etat pour qu’il puisse mettre les moyens financiers nécessaires pour que le championnat démarre. Parce que c’est ce que nous autres supporters, fans du football attendons. »

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *