.
.

.

Conseil confédéral de la CSA-Bénin: Le projet de budget exercice 2017 validé à l’unanimité


Conseil fédéral CSA BéninApprécier et voter le projet de budget exercice 2017 puis achever l’étude et l’adoption du règlement intérieur de la confédération conformément aux recommandations du 6ème  congrès ordinaire tenu en décembre 2016. C’est cette tâche que s’est assigné le Bureau Exécutif national de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin) que dirige, le secrétaire général, Anselme Amoussou. Comme une lettre à la poste, le projet est passé pour les douze premiers mois d’exercice. C’était lors du conseil confédéral qui s’est déroulé, le vendredi 31 Mars 2017 à la Bourse du Travail. A l’ouverture des travaux, le secrétaire général, Anselme Amoussou a partagé avec ses camarades, les conseillers et conseillères, le contenu du document de planification stratégique qui permet à la confédération, de se doter d’un plan quinquennal de travail. Il s’agit selon lui, d’un outil qui permettra  d’éviter de faire d’une gestion empirique de la confédération pour aller vers une gestion transparente et participative avec une boussole. L’avantage de cette boussole contribuera, indique-t-il, à l’éclairage de l’action syndicale en même temps qu’elle facilite le suivi-évaluation par les différentes composantes de l’organisation faîtière. « Ce plan a défini la vision, l’idéal de la confédération, puis a identifié les axes prioritaires d’actions avant de retenir les actes susceptibles de nous conduire à l’atteinte des résultats », a-t-il précisé.

Des couleurs d’un bras de fer contre le pouvoir
Les assises du conseil confédéral s’ouvrant dans un contexte socio politique marqué par une succession de réformes engagées ou annoncées par le gouvernement, ont été l’occasion pour le secrétaire général, de marquer son amertume face à certains actes du pouvoir  portant des menaces graves sur les acquis des travailleurs et sur les libertés démocratiques. Les propositions de lois qui sont passées à l’assemblée comme  des lettres à la poste et qui constituent, à ses yeux, des agressions contre les travailleurs et travailleuses. « Si elles sont promulguées et mises en application, nous prenons le risque d’avoir une fonction publique à double vitesse où les mercenaires feront la loi, seront grassement payés et occuperont tous les postes sous le prétexte que les agents de l’Etat seraient irrémédiablement incompétents », a fait remarquer le numéro 1 de la CSA-Bénin. La stratégie syndicale en cours, vise, selon lui, à travailler pour des arguments objectifs pouvant  faciliter une capacité de mobilisation dans ce bras de fer qui s’annonce contre le gouvernement sur ces chantiers-là. « Les réformes doivent se faire en concertation constante avec les forces sociales dans une approche participative. C’est absolument notre rôle en tant que acteurs de changement social », a exigé Anselme Amoussou. En clair, les signaux donnés par les gouvernants ne sont pas rassurants quant à leur volonté de s’inscrire dans la droite ligne de la signature de la charte sur le dialogue social signée en toute responsabilité et qui devrait contribuer à l’amélioration du climat social, gage d’un développement harmonieux.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *