.
.

.

Blocage des activités artistiques et culturelles: Les vérités de Marcel Zounon sur sa direction


Marcel Zounon, le Directeur de l’EnsembleIl est le directeur de l’Ensemble artistique national (EAN). Il s’appelle Marcel Zounon. Dans cette interview qu’il nous a accordée, il donne les raisons qui justifient l’inertie qui s’observe dans l’animation de la vie artistique et culturelle au  Bénin. Et pour ce qui concerne l’Ensemble artistique national (EAN), Marcel Zounon dévoile les activités phares inscrites au Plan de travail annuel  (PTA) de l’institution et rassure les artistes.

 

L’Evénement Précis : Depuis trois mois que nous sommes entrés dans la nouvelle année, on a bien l’impression que les activités artistiques et culturelles ne bougent pas du tout à la Direction de l’Ensemble artistique national. Que se passe-t-il ?

Marcel Zounon :Je pense que l’Ensemble artistique national se porte très bien. Mais avant de revenir à votre question proprement dite, permettez-moi  de parler un peu de l’année 2016. Nous avions, en effet, fait nos projections sur un budget de 80 millions.  Après le correctif budgétaire, ce budget a été réduit à 70 millions de Francs CFA. A l’arrivée, c’est-à-dire au 31 décembre 2016, l’Ensemble artistique national n’a pu mobiliser que 45 millions de nos francs. Ce sont ces 45 millions qui nous ont permis de constituer  la troupe du ballet national, la troupe du théâtre national. Avec la troupe du ballet national, nous avions pu participer aux folkloriades qui ont eu lieu au Mexique avec l’appui du gouvernement de la rupture, sous l’égide de  notre ministre, son Excellence Ange N’koué. Au cours de cette même année, nous avons pu présenter à Natitingou, deux spectacles de ballet, et deux spectacles de théâtre avant de répéter le même exercice à Cotonou. Je rappelle que c’est dans ces 45 millions que nous avons également pu assurer le fonctionnement de la structure ainsi que les primes des agents, les frais de mission, étant donné que l’Ensemble artistique national est désormais autonome. J’ai fait cette rétrospective pour vous montrer que les choses ont été très difficiles pour nous, vu les moyens mobilisés.

Parlons maintenant de l’année 2017 où l’Ensemble artistique national semble timide dans ses activités. Rien ne bouge apparamment. Qu’en dites-vous ?

Je pense que cette remarque que vous faites n’est pas seulement au niveau de l’Ensemble artistique national.  Et cela s’explique aisément. Il en est ainsi parce qu’à la date d’aujourd’hui, les budgets des différentes structures telles que la Direction de l’Ensemble artistique national (Dean) ne sont pas encore validés. A juste titre, le gouvernement a recommandé à ce que tous les budgets qui n’ont pas fait l’objet d’adoption au Conseil des Ministres en 2016 et qui ont été exécutés soient renvoyés au Conseil pour régularisation. Et ce n’est qu’après cette régularisation que les budgets de nos structures seront adoptés afin que les différents plans de travail annuel du Ministère du tourisme et de la culture soient mis en exécution. Il se fait aussi que ces plans de travail annuel (PTA) ont été remodifiés, conformément à la nouvelle vision de gouvernance, qui veut que désormais, rien ne se passe comme avant. Il va donc falloir que ces plans de travail annuel soient validés pour que nos différentes structures soient autorisées à exécuter les activités prévues. C’est ce qui explique le fait que les choses ne bougent pas encore.

Et si on se réfère spécifiquement au Plan de travail annuel de l’Ensemble artistique national que vous dirigez, quelles sont les activités majeures qui y sont prévues pour le compte de l’année 2017 ?

Il y a plusieurs activités qui sont prévues dans notre PTA. La question de la formation  de nos artistes a  une place de choix  dans notre plan de travail de 2017. Et le Conseil d’Administration nous a recommandé, un casting soutenu, pour aller chercher les meilleurs dans les différents départements afin de constituer les différentes troupes dans les domaines de la danse, du théâtre et du Chœur polyphonique. Et en parlant de Chœur polyphonique, ce sera une initiative expérimentale depuis notre avènement.

A part le volet formation, il  est également prévu dans notre PTA, la mise en place de la troupe nationale de théâtre, la mise en place du Ballet national rénové, toutes les questions liées au fonctionnement de la direction.

Toujours dans notre PTA, il y a les rencontres internationales auxquelles l’Ensemble artistique national est sollicité pour la promotion internationale de la structure.  Et cette année, nous sommes attendus dans différents groupes de danses représentant neuf (9) différents pays.  Cette rencontre internationale se passera du 29 juillet au 29 août 2017. Et par rapport à ça, les fiches liées aux termes de référence, au  financement sont en train d’être apprêtées pour être envoyées à l’autorité qui l’avisera en nous donnant ses différentes orientations pour la réussite de notre participation à cette rencontre. Et là-dessus, notre ministre a été catégorique. Il nous a dit qu’il veut un Ensemble artistique fort et puissant, qui relaie effectivement le patrimoine culturel immatériel de notre pays. C’est le moment pour moi de le remercier franchement pour le suivi exceptionnel qu’il est en train de faire par rapport à  ce dossier. Nous, on est engagé à ses côtés pour que notre participation soit une réelle réussite. Et, je dois vous dire aussi   que ce n’est pas que le budget de 70 millions de Francs Cfa de l’Ensemble artistique national qui est reconduit pour l’exécution des activités de la structure, cette année.

Ah bon ? Parlons-en alors !

Au-delà de ces activités prévues dans le PTA, il y a également des  Programmes d’Investissements Publics  (PIP) qui sont également prévus, grâce à la clairvoyance du ministre, son Excellence Ange N’Koué. Ce sont des programmes qui relèvent du Ministère, et que l’Etat finance indépendamment du budget relatif au PTA des structures comme la nôtre.Au niveau de l’Ensemble artistique national, nous avons inscrit quatre (4) projets au titre des PIP. Il y a l’organisation des tournées nationales et internationales pour le Ballet national, la troupe nationale de théâtre et le Chœur polyphonique national. Nous avons également inscrit un second projet intitulé, collecte des rythmes, chants, danses, panégyriques claniques pour enrichir le fond rythmique du Ballet, du théâtre et de la danse. Ceci permettra de redonner vie à ces différentes danses en voie de disparition, de les conserver et de stimuler les structures privées à s’en approprier.  Le 3ème projet est relatif à la transcription de nos danses  suivant des codes universellement reconnus à l’Unesco. Des contacts sont d’ores et déjà pris dans ce sens.Enfin, nous avons inscrit au PIP, le projet  de financement à la création  du Chœur polyphonique, de la danse et du théâtre.

Au regard du retard que l’on observe déjà dans l’adoption du PTA, n’avez-vous pas peur de ne pas pouvoir réaliser tous ces projets ?

Nous n’avons pas du tout peur. Car, il nous a été formellement demandé de préparer tous les documents conceptuels, les termes de référence, les fiches de financement de ces différentes activités énumérées afin que leur mise en service soit autorisée en attendant l’autorisation du budget. Nous n’attendons que le ok pour accélérer les  choses.

 Qu’avez-vous à dire pour rassurer les artistes ?

Pour les artistes, nous leur demandons de se tenir prêts. Car, au moment venu, nous allons lancer le casting, les recueillir sur la base du travail d’un jury indépendant et puis les activités vont effectivement reprendre.Et ce moment ne tardera plus trop à venir. Notre Ministre de tutelle, son Excellence Ange N’Koué y veille d’ailleurs sérieusement.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *