Réactions de 3 ministres sur la suspension des activités des associations d’étudiants: Le régime Talon refuse de reculer et se justifie

Joseph DJOGBENOU  EP« Le gouvernement considère que chacun a des raisons d’être préoccupé. Mais il ne lui appartient pas de porter atteinte à la liberté publique, dont nous sommes le produit le plus éminent. Mais c’est que, plus généralement, dans nos universités, il y a des responsables étudiants qui ont des gardes de corps, des aides de camp, des états-majors. Ils ont l’esprit de pensée et des modes d’action de milice. Cela est inacceptable », a condamné hier, le ministre de la justice, Joseph Djogbénou, au cours d’une conférence de presse à Novotel, consacrée à la décision d’interdiction des activités des associations estudiantines dans les universités publiques. Une décision qui défraye la chronique depuis peu. « Ce décret ne dissout pas les organisations estudiantines. En aurions nous même la volonté que nous n’aurions pas le pouvoir », a-t-il aussi affirmé.
La ministre de l’enseignement supérieur, Odile Atanasso, également présente à cette rencontre avec les médias, a pour sa part, rapporté que les trois associations estudiantines qui existent, à savoir l’Uneb, la Fneb et l’Unseb, se font la guerre entre elles de façon permanente. Certaines se serviraient même des manchettes et des couteaux, à la croire. Des « zones non franchissables » ont été érigées sur le campus d’Abomey-Calavi par ces dernières qui disposeraient par ailleurs des groupes entrainés par des militaires et des paramilitaires, selon la ministre Atanasso. «Nous devons comprendre la décision prise. L’heure est grave. Nous avons envie d’avoir un campus apaisé » a-t-elle dit.
« Notre pays est un pays de démocratie. Les libertés d’associations seront donc garanties à tous les citoyens. La décision qui est prise vise à mettre fin aux violences qui sont perpétrées sur le campus et qui sont l’œuvre de milices parfois même inconnues des militants des associations estudiantines », a dénoncé quant à lui, le ministre des sports, Oswald Homéky, qui indique que la nouvelle option envisagée est d’en arriver à avoir pour l’ensemble des universités publiques du Bénin, une et une seule association faîtière ». Il précisera toutefois que cette réorganisation ne sera pas conduite par le gouvernement, mais se fera avec les étudiants. « C’était nous, qui nous battions pour cette liberté, et ce n’est pas parce que nous sommes au gouvernement aujourd’hui que nous allons l’oublier », a-t-il souligné.
Selon le gouvernement, des conditions précises de l’exercice d’association universitaire seront redéfinies dans les jours à venir.

Christian Tchanou

Be Sociable, Share!

One comment on “Réactions de 3 ministres sur la suspension des activités des associations d’étudiants: Le régime Talon refuse de reculer et se justifie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>