.
.

Le triomphe de la vérité

.

Participation de l’Ancb aux travaux du Conseil des Collectivités Territoriales de l’UEMOA en Côte d’Ivoire: Luc Atrokpo fait un vibrant plaidoyer pour le financement des communes


luc atrokpoLe Conseil des Collectivités Territoriales de l’Union Economique et Monétaire Ouest africaine (Cct/Uemoa) s’est réuni du 12 au 14 mai 2016 à Grand-Bassam en Côte d’Ivoire. L’objectif de cette rencontre sous régionale était de faire le point sur la mise en œuvre des chantiers de développement territorial dans l’espace Uemoa.

Le financement des collectivités locales était l’une des préoccupations phares au cœur des échanges qu’ont eus dans la ville de Grand Bassam en Côte d’Ivoire, les élus communaux et municipaux.
Officiellement ouverte par le ministre ivoirien de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, cette réunion a connu la participation des délégations des pays membres de l’espace Uemoa. Le Bénin était représenté par Barnabé Dassigli, ministre de la Décentralisation, Luc Sètondji Atrokpo, président de l’Association Nationale des communes du Bénin et les maires de Porto-Novo, Toviklin, Toffo et autres maires représentant chacun des départements du pays.
Les élus ont, dans un livre blanc qui retrace leurs divers besoins en termes d’appuis pour l’avancée du processus de la décentralisation, souhaité que leurs gouvernements respectifs consacrent au moins 20 % du budget national aux défis locaux. Ils ont fait du ministre Hamed Bakayoko, leur porte-parole auprès du président Alassane Ouatara, président de la Conférence des Chefs d’Etats de l’espace UEMOA pour que cette cause combien importante soit entendue.
Au cours de la rencontre que les élus présents à Grand-Bassam ont eue avec le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, au cabinet de celui-ci en marge des travaux, le souhait pour un meilleur financement des communes est le même. Le président de la Cct/Uemoa et maire de la commune ivoirienne de Treichville, Albert F. Amichia, Luc Atrokpo et leurs collègues en charge des collectivités locales ont exposé au premier ministre l’insuffisance des moyens face à l’ampleur des sollicitations dont les élus sont l’objet.
Aussi, ont-ils souhaité la mutation du Cct/Uemoa d’organe consultatif à un organe exécutif. Les participants aux assises de Grand Bassam ont tenu la rencontre dans la ville pour exprimer au peuple ivoirien leur compassion pour l’attaque terroriste intervenue dans cette cité le 13 mars 2016.
De facto, les élus se sont engagés à prendre une part active dans les stratégies de lutte contre le terrorisme. Les préoccupations des élus seront étudiées au Mali, au prochain sommet des chefs d’Etat membres de l’espace Uemoa.

Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *