Mise en œuvre des concepts « Rupture » et « Nouveau départ »: Le FARRE offre les clés du succès à Patrice Talon

FarreLe parti Forum africain pour la restauration, la réconciliation et l’émergence (FARRE) a procédé le dimanche 24 avril 2016 au Codiam de Cotonou, à la restitution des résultats du forum organisé du 15 au 17 avril 2016 à Parakou. C’était à l’occasion d’une conférence publique au cours de laquelle il a enregistré les contributions des participants devant permettre la  participation  du FARRE  à la gestion active du pouvoir à travers des propositions.

La conférence de ce dimanche a été l’occasion pour le secrétaire général du FARRE, le professeur Léon Bani Bio Bigou, de préciser le contexte du forum organisé par son parti. Il s’agit, selon lui, pour le FARRE, de contribuer, en alliance avec d’autres forces politiques, à la gestion active du pouvoir avec le nouveau régime, tout en veillant à l’ancrage du parti sur tout le territoire national et particulièrement dans les milieux d’influence.  A cet effet, sa présentation a porté sur trois (03) grands axes. Il s’agit, en premier, des résultats atteints dans la clarification opérationnelle de 22 concepts tels que « la rupture, le nouveau départ, le citoyen, la recevabilité, la démocratie, l’homme politique, le nationalisme, la République, la patrie, le parti politique…. ». La seconde partie de son intervention a exposé les résultats enregistrés dans les types  de « rupture » et de « nouveau départ ». A ce niveau, le conférencier a relevé 10 sortes de rupture, où il a mis l’accent sur le système du « multipartisme sauvage ». Il pense que le Bénin doit y renoncer pour aller vers le regroupement et la création des partis politiques sur la base de l’idéologie, de la politique et non de la région ou de l’ethnie. « Il faut évoluer vers un « Pluralisme de maturité » au sein duquel les partis politiques pourront véritablement promouvoir la démocratie du développement durable basée sur les réalités internes au pays et au continent », a-t-il proposé. Au regard de l’effectif des partis politiques au Bénin qui est de 235 partis politiques déclarés au Ministère de l’intérieur à la date du 12 avril 2016, le FARRE  appelle donc à une rupture dans la création de partis politiques, ceci par rapport à la compréhension du « multipartisme ».

Lien entre « Rupture » et « Nouveau départ »
Dans la 3ème partie de son développement, le secrétaire général du FARRE, le professeur Léon Bani Bio Bigou a parlé des résultats atteints au niveau de la réflexion sur les rapports entre « Rupture » et « Nouveau départ ». Pour le conférencier, le concept de la « Rupture » laisse supposer l’arrêt d’un processus, d’un phénomène pour les ajustements ou des abandons, selon le cas.  Après cette définition, il a établi son lien indissoluble avec celui du « Nouveau départ ». A l’en croire, la « rupture » telle que définie et comprise dans les faits sociaux, politiques et économiques, aux sens figuré et abstrait, on doit retenir que chaque rupture est suivie des faits concrets de changement, d’orientation ou de correction dans le processus  d’évolution d’un groupe, d’une société, d’un Etat… Ce début de mutation peut être,  selon lui, qualifié de « nouveau départ » par rapport à l’ « ancien » qui court jusque-là. Il conclut que « rupture rime avec nouveau départ » dans une longue et inexorable marche du genre humain qui le porte du néant jusqu’à l’infini. Par ailleurs, en attendant donc la finalisation de la plaquette qui sera présentée au président Patrice Talon, le FARRE  pense que « la renaissance des valeurs politiques au Bénin doit être une réalité qui conditionne le renforcement de la démocratie. Il souhaite et propose au gouvernement de mettre dans chaque bureau de l’administration publique, en gros plan, l’article 37 qui dispose : « Les biens publics sont sacrés et inviolables. Tout citoyen doit les respecter scrupuleusement et les protéger. Tout acte de sabotage, de vandalisme, de corruption, de détournement, de dilapidation ou d’enrichissement illicite est réprimé dans les conditions prévues par la loi ». Précisons que plusieurs personnalités politiques, dignitaires religieux et universitaires ont répondu présentes à cette conférence publique du FARRE. On peut citer, entre autres, les anciens ministres Ali Houdou, Karim Rafiatou, l’honorable Victor Dagon, les professeurs, Bienvenu Antonio, Alphonse Gaglozoun….

Emmanuel GBETO

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>