.
.

.

3ème congrès ordinaire de l’ANCB: Bataille des maires pour la présidence de l’ANCB


ANCBL’Association nationale des communes du Bénin (ANCB) tient son 3ème congrès ordinaire prévu pour durer du 18 au 19 novembre 2015. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée, hier, mercredi 18 novembre 2015 au Palais des Congrès de Cotonou devant les acteurs de la décentralisation, députés à l’Assemblée nationale, et les Partenaires techniques et financiers (PTF). L’objectif est de renouveler l’actuel bureau dirigé par l’ancien maire de la municipalité de Parakou, Soulé Alagbé.

« Je vous  invite à éviter la passion et à faire prévaloir le consensus dans l’intérêt supérieur des collectivités béninoises et par ricochet des populations à la base ». C’est en ces termes que le président sortant de l’Association nationale des communes du Bénin (ANCB), Soulé Alagbé, a exhorté ses collègues à travailler pour la mise en place d’un nouveau bureau aussi efficace que celui qu’il a dirigé. En sa qualité de président du comité d’organisation, il a présenté le contexte du congrès. A en croire, Soulé Alagbé, les assises seront l’occasion du bilan d’un mandat spécial en terme de durée avec la présentation des différents rapports.  En attendant les travaux, il a rappelé les acquis  en matière de renforcement du plaidoyer de l’ANCB, de services rendus aux communes et d’ancrage de décentralisation, malgré les difficultés. En réalité, l’ANCB a été confrontée à des difficultés d’ordre financier récurrentes caractérisées par l’insuffisance des ressources face aux nombreuses sollicitations de communes, sans oublier les incompréhensions issues du 2ème congrès de 2008. Faisant fi des acquis au plan national, le président sortant s’est réjoui qu’à l’international, l’association assume depuis 2012, la première vice-présidence du Conseil des collectivités territoriales de l’Uemoa. En outre, elle vient de voir son mandat de membre du Conseil mondial de cités et gouvernements locaux unis renouvelé et a, par la même occasion, été désigné représentant de l’Afrique de l’Ouest au sein de la commission électorale pour l’élection des membres du Conseil des gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA) au sommet AFRICITE en décembre prochain à Johannesburg. A ce titre, il a dit sa reconnaissance au chef de l’Etat, Boni Yayi, pour sa sollicitude envers les communes béninoises et au développement local.

Des défis attendus
Avant l’intervention du président sortant, c’est le maire de la municipalité de Cotonou qui a, dans son mot de bienvenue, évoqué quelques défis auxquels le nouveau bureau devra penser. Pour Léhady Soglo, les dernières élections communales et municipales ont montré la nécessité pour les collectivités décentralisées du Bénin, de se réorganiser et d’œuvrer à établir entre elles l’esprit de solidarité et de créativité dont elles ont besoin pour faire face aux défis du développement à la base.  Pour ce faire, il a appelé l’ANCB, la structure faitière de l’ensemble des communes et municipalités du Bénin, à jouer son rôle majeur dans la mise en œuvre des aspirations des populations locales à divers niveaux. Au cours, des 48 heures d’échanges, les participants devront, selon lui, redessiner l’avenir de l’association, en lui assignant de nouvelles tâches, dans le respect de sa mission principale qui, en réalité, vise à contribuer  au développement local. Mieux, Léhady Soglo souhaite  que ce congrès soit également l’occasion de redéfinir de nouvelles stratégies en vue de la poursuite des échanges avec l’Etat central sur les épineuses questions relatives au transfert de compétences et l’autonomisation effective des collectivités locales, en matière financière et administrative. Il s’agira aussi de jeter les bases de son action dans le cadre du développement durable et des changements climatiques, des thématiques d’actualité pour lesquelles les collectivités locales ont été appelées à jouer un rôle de premier plan.

Brassage entre nouveaux et anciens élus
En procédant à l’ouverture des travaux, la ministre en charge de la décentralisation, Véronique Brun Hachémè a dit l’intérêt de ce congrès pour la décentralisation, quelques jours après l’installation des conseils municipaux, communaux et locaux de la 3ème mandature. Cela constitue à ses yeux, une précieuse occasion de brassage entre les anciens et nouveaux dirigeants communaux, scellant ainsi le pacte d’un nouveau départ pour leur association faîtière. A cet effet, elle a salué les efforts de l’ANCB, au cours des 12 dernières années, dans le renforcement du processus de décentralisation au Bénin. « L’importance et l’utilité de cette association ne sont donc plus à démontrer », a précisé la ministre. Face à la mission principale qui réunit les acteurs de la décentralisation, c’est-à-dire, le renouvellement des instances dirigeantes de l’association, Véronique Brun Hachémè a invité les élus à éviter de faire revivre les événements de 2008, conséquences des contradictions internes engendrées par la mise en place du bureau exécutif national de l’ANCB. «  Je voudrais inviter à faire prévaloir les principes d’une démocratie directe et républicaine », a-t-elle martelé.  Le chef de file des PTF n’a pas occulté de renouveler le soutien des partenaires à l’ANCB.

Bousculade à la présidence de l’ANCB
Les maires réunis pour le 3ème congrès ordinaire de l’ANCB doivent impérativement renouveler ce jeudi le bureau exécutif de leur association et mettre fin à la vacance des postes depuis le départ des anciens maires de Parakou, d’Abomey-Calavi, de Sèmé-Kpodji et autres. Ce conclave, selon des sources concordantes, fait l’objet de beaucoup de tractations politiques qui font apparaitre une bousculade au poste de président de l’organisation. Selon des sources bien introduites, beaucoup de maires ont de véritables ambitions pour diriger l’ANCB pour, disent-ils, refonder l’association afin de lui donner un souffle nouveau de sorte que plusieurs candidatures sérieuses sont sur la table au moment où nous sommes sous presse. Au nombre de ces candidatures, figure celle du maire de Cotonou, celle de son homologue de Porto-Novo et également l’ambition affichée du maire de Ouidah. D’autres candidatures de maires de la mouvance présidentielle sont également annoncées. Et d’après l’allure des tractations, le président de la RB qui pourrait bénéficier du soutien d’une bonne partie de ses collègues risque de prendre de l’avance sur ses challengers qui sont décidés à déployer les stratégies politiques diverses pour gagner la bataille de la présidence de l’ANCB.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *