.
.

.

Match Bénin-Mali 1-1: Les supporters apprécient l’explication et restent confiants pour la suite


Edyson Komi epLes Ecureuils pouvaient mieux faire. C’est ce qu’il convient de retenir des différentes interventions à l’issue du match Bénin-Mali comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Can 2017. Pour ce match qui s’est soldé par un score de parité (1-1), les amoureux du cuir rond béninois n’ont pas aimé les nombreuses occasions de buts gâchées par l’attaque des Ecureuils. Ils souhaitent que des réglages soient apportés à ce niveau et croient que la sélection nationale a des choses à faire valoir lors de ses prochaines sorties. Mais, entre temps, il faut que la famille du football soit réconciliée.

Firmin Akplogan, président du centre de formation Divinité suprême: « Nos garçons n’ont pas eu la réussite nécessaire »
« Ce match était largement à notre portée. Les Maliens ne pouvaient que jouer comme ils l’ont fait. Il nous appartenait de concrétiser nos occasions, parce que nous en avons vraiment eu dans ce match. Mais dommage, nos garçons n’ont pas eu la réussite nécessaire. Je suis donc un peu déçu, mais le résultat est plus ou moins satisfaisant. Car, un nul vaut toujours mieux qu’une défaite sur ses propres installations. Ce n’est pas encore la fin du monde. Dans 6 à 7 semaines, nous allons rencontrer le Burkina Faso. Pour ne pas avoir les mêmes ratés, nous devons amener notre sélection à travailler pour que là où il y a eu des failles, des faiblesses, nous puissions les corriger.  Il sera pareil pour l’organisation, puisque forcément ce résultat  est la conséquence d’une des faiblesses, des failles laissées et exploitées par les adversaires. Cela va nous permettre d’avoir la victoire. Pour finir, je veux saluer le public qui d’abord a fait massivement le déplacement et ensuite, dans une discipline digne, a supporté son équipe. Aussi, je veux inviter la famille du football à chercher à panser les plaies issues de la crise, parce qu’il y en a encore. Afin que l’organisation de notre football soit rénovée avec en ligne de mire la formation à la base. Car, vous ne restez pas sans savoir que sans une bonne organisation et une bonne formation de nos enfants, rien de bon ne peut se réaliser. »

Colonel Koutonin Rigobert, président d’Akanké Fc de Tchetti: « Nous devons tout faire pour réunifier la famille du football »
« Chaque match présente sa physionomie. Et celui qu’on vient de voir aussi a eu la sienne. L’essentiel pour nous était de gagner le match. Mais ce n’est pas le cas. Les joueurs on fait ce qu’ils peuvent. Mais, ils ont manqué de réalisme. Je peux dire qu’il nous a manqué de la chance pour prendre les devants des opérations puisque nous nous sommes procurés suffisamment d’occasions qui n’ont pas été concrétisées. Donc, pour moi, vu que pour un match de football on tient compte de tous les paramètres, je dirai que nous avons manqué de réussite. Le jeu présenté par nos joueurs n’est pas mauvais. Ils ont démontré de très belles phases de jeu. Mais malheureusement, ils ont péché dans le dernier geste. La seule occasion que les Maliens ont eue, ils l’ont concrétisée pendant que nous, nous en avons vendangé à foison. C’est dommage. Mais la situation est telle que nous devons la comprendre comme cela. C’est pourquoi je dis nous devons tout faire pour que la réunification de la famille du football soit effective. Car, la division aussi n’arrange pas les choses. Il faut alors que les prochaines rencontres soient préparées dans tous les sens ».

Edyson Komi, Sg Energie Fc: «Ces maladresses sont le fruit de la mauvaise organisation autour de l’équipe nationale »
« Je pense que nous n’avons pas été réalistes. S’il y a une équipe qui s’est procuré le plus d’occasions, je crois que c’est les Ecureuils. Mais, ils les ont vendangées.  Or, dans le football, c’est le résultat qui compte. Et dans notre cas précis, il était important de s’imposer. C’est vrai que je n’ai pas tous les paramètres d’évaluation du match, mais Rudy n’a été que l’ombre de lui-même. Le jeu du Bénin n’est pas construit sur les centres et hier il n’y en a pas eu beaucoup pour lui permettre de se mettre en évidence. Mais notons simplement que toutes ces maladresses constatées sont le fruit de l’impréparation, l’improvisation et de la mauvaise organisation autour de l’équipe nationale. Si la FIFA a institué des journées pour des matchs amicaux, ce n’est pas pour la forme. Elles permettent justement de régler ces questions d’efficacité tout au moins, car sur le plan du jeu, l’équipe s’est très bien comportée. Maintenant, au-delà de tout, nous sommes dans un pays avec certaines réalités, la communion des acteurs aussi a peut être manqué. C’est pourquoi, je pense que si l’on réfléchit vraiment à cette jeunesse et au développement du foot, on doit inviter les protagonistes à poser la balle à terre et cesser de voir en tout le monde le mauvais. Ils sont tous, autant qu’ils sont, responsables de cette situation. Mettons de côté nos intérêts personnels et égoïstes et pensons réellement au foot. On a tout simplement aujourd’hui l’impression de faire du surplace comme s’il n’y a aucun plan de sortie de crise, malgré le rapport CRO. Je voudrais féliciter tous les joueurs et le coach pour leur esprit patriotique. Bravo au jeune Kiki qui a fait un excellent match. Pour le reste on savait. »

Propos recueillis par Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *