.
.

Le triomphe de la vérité

.

Accusé dans une affaire de démolition abusive: Le maire Mathias Gbèdan condamné à 10 mois d’emprisonnement avec sursis


Le Tribunal de première instance de Porto-Novo vient de condamner le maire de Sèmè-Podji, Mathias Gbédan à 10 mois d’emprisonnement avec sursis et à deux millions F CFA de dommages et intérêts dans une affaire de démolition abusive d’une bâtisse appartenant à un citoyen de sa commune, répondant au nom de Moussa Toukourou. S’il n’a pas été jeté en prison comme son collègue d’Adjohoun, Gérard Adounsiba, le maire Gbèdan, se retrouve toutefois dans un pétrin judiciaire le privant de ses droits civiques pour le temps que dure sa condamnation. Il n’est pas le seul élu communal de Sèmè-Podji à être condamné par le Tribunal de première instance de première classe de Porto-Novo. Le chef d’arrondissement d’Epkê, Aristide Hounkpatin, dans la même affaire, écope aussi d’une peine de 5 mois d’emprisonnement avec sursis et de 2 millions de FCFA de dommages et intérêts au plaignant.
Selon des sources judiciaires, l’affaire remonterait à 2012 lors des travaux de lotissement où le maire Mathias Gbèdan aurait ordonné la démolition d’une bâtisse appartenant au plaignant parce qu’elle se retrouverait sur un domaine d’utilité publique. Le sieur Toukourou Moussa se sentant lésé parce qu’en possession d’un titre foncier a saisi la justice qui a instruit l’affaire. Ce dossier a trainé et connu beaucoup de reports en raison de l’absence répétée aux audiences du principal mis en cause, Mathias Gbèdan. Le maire Gbèdan et le CA Hounkpatin disposent tous les deux de 15 jours pour faire appel.
Il reste qu’au cas où cette condamnation deviendrait définitive, le maire Mathias Gbèdan et son complice ne pourront plus jouir de leurs droits d’électeurs ou se porter candidats aux prochaines élections locales et communales pour lesquelles, ils déploient davantage d’énergie. Le nouveau Code électoral est clair sur cette question. Il dispose en son article 10 que « Ne peuvent être électeurs les étrangers, les individus condamnés pour crime, les individus condamnés à une peine d’emprisonnement avec ou sans sursis d’une durée égale ou supérieure à trois (03) mois, assortie ou non d’amende pour vol, escroquerie, abus de confiance, détournement de deniers publics, faux et usage de faux, corruption et trafic d’influence ou attentat aux bonnes mœurs ou tous autres faits prévus par les dispositions des lois pénales et constitutifs de délit, les individus qui sont en état de contumace, les faillis non réhabilités dont la faillite a été déclarée, soit par des tribunaux de droit commun, soit par des jugements rendus à l’étranger, mais exécutoires au Bénin, les individus privés du droit d’élire ou d’être éligibles par décision de justice. »

Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *