.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lancement par les Chefs d’Etat du Bénin et du Niger de la reconstruction de la route ferroviaire: Bolloré s’engage à réussir l’OCBN


Les travaux de construction du chemin de fer sur le tronçon  Cotonou-Parakou-Niamey sont  entrés dans leur phase opérationnelle. Le lancement officiel a eu lieu les 7 et 8 avril derniers, respectivement à Niamey au Niger et à Parakou au Bénin.

Au cours d’une visite qu’il a effectuée à Cotonou, le président de la république du Niger, Mahamadou Issifou  et son homologue béninois, Boni Yayi, ont, en compagnie du PDG du Groupe Bolloré, Vincent Bolloré, convenu du démarrage officiel  de l’important chantier ferroviaire sous-régional ouest africain par l’axe prioritaire Cotonou-Niamey. L’objectif du projet est d’assurer la connexion des capitales Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan par les rails sur un linéaire de 2500 Km. Sur ses 1700 km de lignes qui restent à construire, 1000 sont situés sur les territoires béninois et nigérien. Il s’agit, en fait, de rétablir la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou construite depuis 1936, puis d’entreprendre la construction d’une nouvelle qui va relier Parakou et la capitale nigérienne, Niamey, afin de sortir l’OCBN de son coma profond.  Rappelons que le 7 novembre 2013 à Cotonou, les Etats béninois et  nigérien, puis le Groupe Bolloré avaient signé un mémorandum d’entente sur la réalisation de l’ouvrage. Selon ce document, la réalisation et l’exploitation du chemin de fer Cotonou-Niamey seront assurées par une multinationale. Elle sera dotée d’un capital social de 70 milliards de francs CFA dont 10% du capital de la société pour chacun des deux Etats, 20% reviendront à leur secteur privé respectif et 40% pour le partenaire stratégique, en l’occurrence, le Groupe Bolloré. La mise en place d’une telle infrastructure découle de la volonté du Groupe Bolloré d’accompagner l’Etat béninois dans la résolution de certaines difficultés auxquelles il est confronté. La réalisation dudit projet augure, par ailleurs, de nouvelles perspectives pour l’économie des deux Etats et de la sous-région, notamment, en ce qui concerne  l’exportation de la production agricole, du bétail et des ressources minières de même que l’importation.  Le Groupe Bolloré a déjà, à son actif, la gestion de la ligne de chemin de fer Abidjan-Ouagadougou, à travers la compagnie Sitarail.

Teddy GANDIGBE

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *