.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration du Président de l’Ong Alcrer depuis son retour de Paris: Martin Assogba demande chef de l’Etat de clarifier les 10 millions FCFA qu’il lui a donnés


photo alcrer 1Le président de l’Ong Alcrer a fait sa première sortie médiatique hier  depuis son retour de Paris, où il est allé subir des soins suite à son agression, courant décembre 2013. Il a relaté avec précision à l’appui, toutes les étapes suivies dans sa prise en charge, tant au Bénin qu’en France. S’il dit  pardonner à ceux qui ont voulu lui ôter la vie, il précise qu’il n’est pas de son pouvoir d’arrêter ou de faire arrêter l’enquête en cours parce qu’il s’agit d’une tentative d’assassinat, à le croire. Mais Martin Assogba n’a pas manqué non plus de dire la vérité sur la somme de 10 millions de FCFA que le Chef de l’Etat, Boni Yayi lui aurait donnée. Il affirme l’avoir effectivement reçue, mais se refuse, à ce jour, de l’utiliser tant qu’on ne lui clarifie pas sa nature. « Etait-ce un don à titre personnel du Dr Boni Yayi ? Est-ce le témoignage de la solidarité nationale à mon égard dans ces moments de difficultés ? Je n’en ai pas encore une idée claire. J’invite donc instamment les émissaires du gouvernement venus me remettre cet argent d’éclairer l’opinion publique sur la nature de ce don aux fins de lever tout équivoque au sujet de cette somme d’argent qui demeure, à ce jour encore, intacte », a déclaré Martin Assogba. Lire ci-après l’intégralité de ses propos liminaires à cette conférence de presse.

Lire l’intégralité de sa déclaration  à la presse

En ce moment où le seigneur me fait grâce de me retrouver encore vivant devant vous, je tiens d’entrée de jeu à vous dire infiniment merci, à vous et à toutes les personnalités et invités présents en ces lieux pour avoir répondu massivement à mon invitation. C’est pour moi un témoignage éloquent de votre amour du prochain et de votre amitié à mon égard dans le combat commun que nous menons depuis plusieurs années pour le développement de notre chère patrie le Bénin.

Comme vous pouvez le constater, je me porte bien après l’épreuve que j’ai traversée. Après la tentative d’assassinat dont j’ai été victime dans la nuit du lundi 09 décembre alors que je rentrais comme à l’accoutumée à mon domicile à Ouèdo, je voudrais rassurer tout le peuple béninois que je suis aujourd’hui en bonne santé et prêt à continuer de porter, à ma modeste échelle, sa voix et ses aspirations. Je puis dire que je suis revenu de très loin grâce à vos prières mais aussi au savoir-faire et à la disponibilité dont j’ai pu bénéficier de la part des médecins de l’hôpital de Zone d’Abomey-Calavi à la clinique Pitié-Salpétrière de Paris en passant par le CNHU où tout a été mis en œuvre pour que je sois devant vous aujourd’hui. Je leur exprime ici mon infinie reconnaissance.

En guise de preuve de l’exceptionnelle chance que j’ai eue de m’en sortir presque indemne et d’être en si bon état de santé aujourd’hui, les médecins m’ont dit à Paris : « monsieur, vous êtes atteint à des endroits très sensibles. Si nous cherchons à vous opérer, vos quatre membres seront paralysés ». C’est d’ailleurs faute de ces opérations qu’en ce moment même où je m’adresse à vous, deux des huit balles que j’ai reçues sont encore dans mon corps en attendant qu’au fil des mois ou des années, l’effet des médicaments conduise à leur éjection.

En ce moment précis, ma pensée pleine de reconnaissance va à l’endroit vous tous, femmes et hommes, jeunes et vieux de toutes les contrées de notre pays, de mes collègues membres d’organisations de la Société civile, des syndicalistes, des présidents d’institutions de la République, des honorables députés, des partenaires techniques et financiers de notre pays dont les appels téléphoniques, les messages et les prières de toutes sortes ont été pour moi une source de réconfort dans ces moments difficiles. A travers ces témoignages de soutien, vous m’avez démontré qu’en dépit des apparences, le peuple béninois n’a pas encore perdu les valeurs d’amour du prochain, de solidarité, de compassion que lui ont léguées en héritage nos devanciers.

C’est aussi le lieu pour moi de témoigner ma profonde gratitude aux membres du gouvernement avec à leur tête le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi qui a fait preuve à l’endroit de ma modeste personne d’une attention particulière. Cette attention s’est traduite par la présence à mon chevet de plusieurs ministres et surtout par sa décision de me faire évacuer en France pour des soins plus appropriés à mon état de santé. Je dois, peut-être aussi, la vie à cette sollicitude. Au nom de ma famille, des membres de l’organisation que je dirige et en mon nom personnel, je lui dis à nouveau merci.

 

Distingués invités,

Chers amis journalistes

Le combat que je mène depuis plusieurs années, ensemble avec vous, est aussi celui de la promotion de la transparence et de la reddition des comptes. Je ne saurai donc me soustraire à ces principes cardinaux qui sont indispensables pour le développement de notre pays. C’est pourquoi, je m’impose le devoir de dire au peuple béninois la nature et l’étendue du soutien dont j’ai pu bénéficier depuis mon agression de la part du gouvernement de notre pays.

En effet, quelques heures seulement après mon agression, j’ai eu l’agréable surprise de recevoir la visite, dans les locaux de l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi, du ministre Valentin Djènontin venu me porter le message de compassion du Chef de l’Etat qui se trouvait ce lundi 09 décembre 2013 en Afrique du sud. C’est au cours de cette visite qu’il a appelé le Chef de l’Etat qui tenait à me faire personnellement part de sa compassion. Transféré le 10 décembre 2013 de l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi au CNHU Hubert Maga, j’ai encore reçu la visite de plusieurs ministres avec à leur tête le ministre d’Etat, qui m’ont fait part de la décision du gouvernement et de son chef de procéder à mon évacuation sanitaire vers la France en raison des risques que présentait mon état de santé.

Cette évacuation inattendue jusque-là, entraînait ipso facto un certain nombre de dépenses à prévoir. En plus des soins médicaux que l’hôpital d’accueil a évalué à 17.000 euros, il fallait donc faire face à l’hébergement, à la restauration, au transport etc. qui devraient coûter 5.160 euros selon les estimations qu’ont eu à faire les services de l’hôpital parisien pour trente jours.

De mon lit de malade, je n’avais aucune idée précise de la manière dont ces dépenses étaient prévues pour être supportées.

C’est pendant les préparatifs de cette évacuation que j’ai été informée par mon épouse de la remise d’une somme de dix millions de francs CFA par la délégation gouvernementale venue à mon chevet au CNHU en guise de contribution du Président de la République à la prise de mes frais médicaux.

En dépit de cette sollicitude du gouvernement, j’ai interdit à ma famille d’utiliser cet argent jusqu’à ce que je sois convaincu qu’il n’est pas en porte-à-faux avec les principes que je m’évertue à promouvoir et à défendre au sein de nos populations. Etait-ce un don à titre personnel du Dr Boni Yayi ? Est-ce le témoignage de la solidarité nationale à mon égard dans ces moments de difficultés ? Je n’en ai pas encore eu une idée claire jusqu’à ce jour. J’invite donc instamment les émissaires du gouvernement venus me remettre cet argent à clarifier l’opinion publique sur la nature de ce don aux fins de lever toute équivoque au sujet de cette somme d’argent qui demeure jusqu’à ce jour encore intacte.

Comme vous pouvez l’imaginer, une fois évacué sur Paris, j’ai donc dû mobiliser des ressources propres et compter sur les contributions financières que m’ont apporté certains compatriotes en guise de soutien dans l’épreuve, pour faire face aux dépenses liées à l’achat des médicaments, de nourriture qui avaient déjà été évaluées supra.

Il convient de faire observer que mon séjour en France était prévu pour durer un mois soit 30 jours. Mais, au finish, il a été prolongé de trente jours supplémentaires pour la poursuite des soins. Ainsi, mon épouse et moi-même avions dû faire 60 jours, soit trente jours supplémentaires ; ce qui nous a contraints du coup à multiplier par deux – chacun en ce qui le concerne-les dépenses initialement prévues.

Face à la polémique née des informations tendancieuses rapportées par certains organes de presse, je demeure donc imperturbable. Je n’ai jamais marchandé mes principes et ne le ferai jamais.

Mesdames et Messieurs,

Chers amis journalistes,

Si cette occasion me permet de donner des nouvelles de mon état de santé à  l’opinion publique, elle est aussi, à mes yeux, une tribune indiquée pour rassurer tous mes compatriotes de mon engagement résolu ainsi que celui de tous les animateurs de l’ONG ALCRER de continuer le combat en faveur de l’enracinement de la démocratie dans notre pays. Nous clamons haut et fort, ici et maintenant, que ni la peur ni l’intimidation encore moins les menaces et autres attaques ne sont et ne seront assez efficaces pour freiner ou remettre en cause notre dévouement et notre engagement pour la cause de notre pays. Nous continuerons de façon résolue à jouer la partition qui est la nôtre dans la marche de notre chère patrie vers plus de libertés, de démocratie, d’Etat de droit et de prospérité.

Comme vous le savez, une instruction policière a été ouverte au sujet de l’agression dont j’ai été victime. A ce jour, je n’ai aucune idée de l’évolution de l’enquête mise en branle par le Procureur de la République. Mon intime conviction est cependant que la justice de mon pays fait son travail selon ses moyens et ses méthodes.

C’est le lieu pour moi de dire du haut de cette tribune – et cela d’un cœur sincèreque je pardonne à ceux qui ont voulu m’ôter la vie. Toutefois, il n’est pas de mon pouvoir d’arrêter ou de faire arrêter l’enquête en cours parce qu’il s’agit d’une tentative d’assassinat.

D’ailleurs, en tant qu’ardent défenseur de l’Etat de droit dans notre pays, c’est-à-dire un pays dans lequel les lois sont effectivement appliquées et la justice rendue, je ne saurai constituer une entrave au travail de la justice. J’exige donc que toute la lumière soit faite dans cette affaire afin que nous soyons tous édifiés sur les mobiles, les auteurs et éventuellement les commanditaires de cet acte crapuleux. L’aboutissement de cette affaire permettra de mettre un terme au cycle infernal des affaires non élucidées et permettra de redorer le blason de notre Justice.

Pour finir, je formule le vœu de voir encore les relations entre vous, acteurs des médias et l’ONG ALCRER continuer à se consolider afin que nos efforts conjugués parviennent à sortir notre pays -le Bénin- de l’emprise de la misère, de la corruption, de l’analphabétisme, de l’embrigadement des libertés fondamentales des citoyens ainsi que des nombreux autres maux auxquels notre pays se trouve encore confronté.

Que Dieu protège le Bénin !

Je vous remercie

Réalisation : Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *