.
.

Le triomphe de la vérité

.

8ème Conférence mondiale sur le cajou à ACCRA: Le CoNEC-Bénin veut faire du cajou, un levier de croissance économique


Accra, la capitale du Ghana a abrité du 16 au 19 septembre 2013, la8ème conférence annuelle de l’Allianceafricaine du cajou (ACA). Après la 7èmerencontre qui s’est tenue auBénin en 2012, plus de 300 producteurs, transformateurs, commerçants, explorateurs, prestataires de services, équipementiers du monde entier, ont répondu présents à ce nouveau rendez-vous d’affaires.Au cours des quatre jours d’échanges, les participants ont bénéficié de richescommunications sur des thèmes tels que, « ACA, le défi de la durabilité », « les opportunités d’investissement et expériences le long de la chaîne de valeur du cajou », « le marché du cajou et les dernières tendances de la transformation », « l’expérience de la transformation des sous-produits », « les initiatives internationales sur la durabilité du cajou », « la filière anacarde au Bénin : un climat favorable pour saisir des opportunités d’affaires ».…

Des opportunités d’affaires

« La filière anacarde au Bénin : un climat favorable pour saisir des opportunités d’affaires ». Ainsi s’intitule le thème sur lequel a porté la communication du président du Conseil national des exportateurs de cajou du Bénin (CoNEC-Bénin), Guillaume Razack Ishola Kinninnon. Dans sa présentation, le président directeur général de la Société SWCM SA a procédé à une présentation du Bénin et de ses ressources agricoles, du caractère stable et attractif du pays à travers laSociété d’Exploitation du Guichet Unique du Bénin (SEGUB), le Conseil présidentiel de l’investissement (CIP), l’Agence Béninoise de Promotion des Echanges Commerciaux (ABePEC), le Groupe SWCM SA et biens d’autres sociétés exportatrices de l’anacarde.Cette présentation a été faite sous le regard du directeur de l’Initiative du cajou africain (ICA), Peter Keller, de sa directrice exécutive, Rita Weidinger , du Président de l’Autorité de régulation du coton et de l’anacarde (ARECA) de la Côte-d’Ivoire, Malamine Sanogo, du directeur de la chaîne de valeur agricole du Burkina-Faso, Ali Diawara et du conseiller technique auprès du ministre des industries et des mines de la Côte-d’Ivoire, Michel Manlan. Le PDG de la de la Société SWCM SA a souligné l’influence qu’exercela gestion efficace de la chaîne logistique à la SEGUB sur laréduction significative des délais d’enlèvement, qui passe désormais de 30 à 5 jours maximum. Dans son intervention, il a noté que le CPI créé en juin 2006 s’active pour la promotion du dialogue entre le secteur public et le secteur privé (national et international) sur les obstacles à la promotion de l’investissement. « Aujourd’hui au Bénin, a-t-il affirmé, le CPI identifie des propositions de solutions et de réformes de manière consensuelle avec le secteur privé et les soumetà l’endroit du gouvernement pour leur mise en œuvre et la levée des blocages qui auront été identifiés ». De même, Razack Ishola Kinninnon se réjouit de ce que le CPI suit de près la mise en œuvre des réformes par les ministères sectoriels en vue del’amélioration de la performance du Bénin dans le rapport Doing Business de la Banque Mondiale sur le climat des affaires au Bénin.

Bientôt la plus grande usine de transformation de noix de cajou à Tchaourou

Pour illustrer les effets positifs des nombreux dispositifs mis en place par le gouvernement pour accompagner les investisseurs et les opérateurs économiques, le DG du groupe SWCM SA a présenté le projet de son groupe qui vabientôt, implanterune usine de transformation des noix de cajou d’une capacité de 12.500 tonnes et sur 5 hectares dans la commune de Tchaourou, dans le département du Borgou. Compagnie commerciale créée en 2005, le groupe SWCM SA est spécialisé dans la fourniture des produits agricoles notamment les noix d’acajou en Asie, en Europe et en Amérique. Au regard des multiples actions de cette société, elle a décroché plusieurs prix, dontle prix « Arc International européen de qualité » dans la catégorie Or, en 2012.

Les dispositifs favorisant la commercialisation du cajou

Dans sa communication, la Présidente de l’ACA au Bénin, Georgette Taraff a pour sa part fait le pointdes progrès de la filière avec les opportunités de la commercialisation et de la transformation des noix dans la sous région et même en dehors. A cet effet, elle aindiqué aux participants et investisseurs,les facilités existantdans les pays producteurs d’anacarde. Selon Georgette Taraff, le code des investisseurs, les zones franches et les points francs existent dans la plupart des pays. Mieux, les partenaires peuvent se réjouir de ce qu’ils peuvent désormais circuler librement à un moment où la production des noix d’anacarde est en plein essor. Aussi, dira-t-elle « il est constaté une volonté des nationaux et des gouvernements à œuvrer à la transformation desnoix ». Cependant, la présidente de l’ACA propose que les pays de la CEDEOA signent un accord sur la librecirculation de la noix de cajou et de ses dérivés afin de renforcer les liens commerciaux. Ce qui permettra aux gouvernements de prioriser la viabilisation des sites de transformation.

Le Bénin, neuvième producteur mondial, troisième africain

Le Bénin est le 9èmeproducteur mondial de cajou et le 3èmeau niveau africain, avec une production de l’ordre de 120 000 tonnes etune superficie emblavée de plus de 200 000 hectares par plus de 200.000 ménages, selon uneétude réalisée parl’initiative de Cajou Africain (iCA, 2012). Ce secteuren pleine croissance à l’inverse de celui du coton contribue pour 8 % aux revenus d’exportation nationale et 24,87 % à celui de l’exportation agricole. Cela a conduit à une prise de conscience des différents acteurs de la filière, notamment au niveau des exportateurs. Ils sont aujourd’hui engagés pour une meilleure harmonisation et coordination de leurs interventions. C’est ce qui a conduit à la naissance du Conseil national des exportateurs de cajou (CoNEC) du Bénin depuis 2012, avec pour vision, de « faire de la filière anacarde, un levier de croissance économique nationale à l’horizon 2015 ».

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *