.
.

Le triomphe de la vérité

.

Révision de la constitution : Adrien Houngbédji donne un carton rouge au Chef de l’Etat


  12 Me Adrien Houngbédji et son parti, le PRD, sont contre la révision de la constitution. C’est l’essentiel à retenir du discours du leader des tchoco tchoco à l’occasion de l’ouverture de l’université de vacance de ce parti, le samedi 07 septembre dernier, à Djeffa, dans la commune de Sèmè – Kpodji.
« Carton rouge ». C’est la sanction qu’a annoncé, à l’ouverture de l’université de vacance du Prd, Me Adrien Houngbédji, au président de la république, le docteur Thomas Boni Yayi. Ceci pas pour l’expulser de la tête du pays, mais pour dire non à la révision de la constitution du 11 décembre 1990. C’est donc la formule choisie par le parti à arc – en – ciel pour désapprouver le désir effréné du gouvernement de réviser la constitution. Pour Me Adrien Houngbédji, il s’agit d’une révision opportuniste. Il s’est indigné contre les actions du gouvernement occasionnant un climat de tension dans le pays. Le gouvernement du docteur Boni Yayi, déclare-t-il, fait preuve de diversion, de provocation et d’intimidation. De la lutte ciblée contre l’essence kpayo aux réformes dans le coton en passant par les concours de recrutement dans la fonction publique et les multiples marches de protestation interdites, Me Adrien Houngbédji semble n’occulter aucun sujet brûlant. Il n’a pas du tout fait de cadeau au président de la république et à son équipe. La présence des ministres Valentin Djènontin de la justice, Fatouma Djibril de l’agriculture et celui chargé des relations avec les institutions représentant le chef de l’Etat, n’a point ébranlé son ardeur à tirer à boulet rouge sur le gouvernement. A l’entame de ce discours, lequel a pris l’allure d’un texte satirique, l’ancien candidat unique de l’Union fait la Nation (UN) a eu des propos courtois à l’endroit des gouvernants avant de commencer à déverser sa colère. Les ‘’ clash’’ du président des tchoco tchoco à Boni Yayi étaient si forts et ont excité les populations venues soutenir le parti à se mettre dans la danse. D’ailleurs, elles étaient toutes munies de leur carton rouge qu’elles soulevaient sans répit pour manifester leur mécontentement quant à la gestion du pays. « On nous refuse de faire des marches de protestation. Mais, par Me Adrien Houngbédji, nous avons trouvé un moyen de dire non à cette révision-là », a clamé un militant carton rouge en main. Ainsi, ce discours historique du PRD apparaît comme la délivrance d’un peuple dont la liberté d’expression est prise en otage depuis des décennies.

Esckil AGBO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *