.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pour sauver la campagne agricole 2013-2014 au Bénin: Le gouvernement se tourne vers le Mali pour faire tomber la pluie


Conseil Extraordinaire des ministres du Lundi 19 Août 2013

Boni Yayi1Le Conseil des Ministres s’est réuni en séance extraordinaire le lundi 19 août 2013 sous la présidence effective du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.
Au cours de la séance, le Conseil des Ministres a examiné plusieurs dossiers notamment une communication conjointe du Ministre de l’Environnement, chargé des Changements Climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières et du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche relative à une mission d’échanges au Mali sur l’ensemencement des nuages pour favoriser les précipitations en vue de sauver la campagne agricole 2013-2014 au Bénin.
A ce jour, l’agriculture béninoise reste encore tributaire du régime pluviométrique qui, sous l’effet des changements climatiques, subit de profondes modifications avec  pour effet pervers la rareté des précipitations.
En effet, depuis quelques années, la pluviométrie s’est considérablement réduite dans notre pays, passant de cent vingt-huit (128) jours de pluies par an en 1960 à quatre-vingts(80) jours en 2010. La mauvaise répartition spatio-temporelledes précipitations, leur retard et parfois leur arrêt précoce sont des phénomènes qui perturbent le producteur dans son agenda et compromettent le rendement agricole.
En réponse à ces perturbations pluviométriques, le Bénin, à l’instar des pays voisins comme le Sénégal, le Mali, le BurkinaFaso et d’autres, a pris d’importantes mesures à savoir :
– l’organisation, depuis quelques semaines sur toute l’étendue du territoire national, de séances de prières par nos confessions religieuses;
– la mise en œuvre du programme ″dix millions d’âmes, dix millions d’arbres″ en cours ;
– l’ensemencement des nuages pour favoriser les précipitations en vue de sauver la campagne agricole 2013-2014 au Bénin.
Dans le cadre de cette dernière mesure adoptée ce jour, le Conseil a décidé  de dépêcher une mission au Mali. Cette mission vise à échanger avec les différents acteurs de ce pays ami,ayant une expérience avérée en la matière, lafaisabilité d’une telle opération au Bénin.
Le Conseil a également approuvé une communication du Ministre de l’Economie et des Finances relative à une mission que devra effectuer une délégation béninoise auprès de la Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (SIFC) dans le cadre des formalités pour la mise en place du financement relatif  à l’acquisition d’intrants pour vivriers agricoles au titre de la campagne 2013-2014.
Le Conseil a approuvé cette communication et a décidé de la prise de mesures adéquates pour anticiper sur les besoins en intrants agricoles pour les prochaines campagnes.
Le Comité interministériel chargé de la gestion de la campagne agricole a été conséquemment instruit à l’effet d’une évaluation des quantités d’intrants et des produits de traitement phytosanitaire indispensables pour la campagne 2014-2015à intégrer dans les schémas de financement en négociation avec la Banque Islamique de Développement.
Aussi, au lieu de la mise en place d’un schéma de financement pour la seule campagne agricole 2013-2014, le Conseil des Ministres a instruit les structures concernées de faire uneprogrammation et une commande d’intrants s’étalant sur les deux campagnes à venir. Les intrants nécessaires pour ces deux campagnes devront être disponibles dès le mois de septembre 2013 en vue d’éviter des ruptures de stock et d’envisager désormais les campagnes agricoles avec plus de maîtrise des facteurs de production et de sérénité.
Il est bien entendu que l’Etat sera dorénavant aux côtés des acteurs privés pour une gouvernance transparente  et bénéfique des campagnes agricoles dans notre pays.
Le Conseil des Ministres a enfin approuvé un compte rendu conjoint du Ministre du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective et du Ministre de l’Economie et des Finances sur les contrats et le démarrage effectif des missions par les Cabinets retenus pour l’audit complet de gestion de neuf (9) sociétés d’Etat.
Dans ce cadre, des instructions ont été données au Ministre de l’Economie et des Finances pour prendre en charge  les honoraires desdits cabinets  en termes d’avances faites par le trésor public aux entreprises concernées. Ces dernières devront prendre des dispositions nécessaires pour rembourser dans les meilleurs délais lesdites avances au trésor public.

Fait à Cotonou le 19 août 2013

Le Secrétaire Général du Gouvernement,

Eugène DOSSOUMOU

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *