.
.

Le triomphe de la vérité

.

Nouvel exécutif: Un gouvernement très politique


Boni Yayi1La liste des membres du nouveau gouvernement est connue. Au total, treize entrées (Sranon, Houéssou, Sossouhounto, Assogba, Ali Yérima, DOSSOU, Bio Worou, AZARIA, etc ) sont enregistrées contre treize départs (Koupaki, Dègla, Kogui N’Douro, Kora Zaki, Madougou et Kotty, etc.) Parmi ceux qui sont restés, quatre ont changé de portefeuille (Sounton, Edou, Djènontin et Amadou Djibril). Le seul ministre d’Etat, c’est François Abiola hissé au rang de deuxième personnalité de l’exécutif. Le ministre se voit octroyé un rang auquel personne ne pouvait s’attendre. Neuf ministres ont été maintenus à leurs postes (Abimbola, Kindé Gazard, Kassa, Gbian, Djemba, N’Dah, Abiola, Bako et de Souza). Au total, treize membres de l’ancienne équipe sont revenus dans la nouvelle.
C’est un véritable raz-de-marée avec des départs inattendus. Au chapitre de ces cas bizarres, on peut citer Benoît Dègla, ministre de l’intérieur qui cède sa place au Préfet de l’Ouémé-Plateau, François Houessou. Il en est de même pour Sabaï Katè qui semblait bénéficier de la confiance du Chef de l’Etat mais qui cède son fauteuil à Fatouma Amadou Djibril, parfait novice dans le secteur agricole. Il fait, sans doute, les frais des contre-performances du coton, ces dernières années. L’épineuse question de la répartition  des intrants restée problématique dans certaines communes productrices de coton ne doit pas être étrangère au désaveu que lui a servi le Chef de l’Etat.

Un savant dosage régionaliste
On peut retenir que, dans bon nombre de cas, le président de la république a opéré des choix stratégiques tenant compte des ancrages régionaux. Mais, cette répartition régionale s’est faite dans le souci de calmer les susceptibilités identitaires. Ainsi, en enlevant Sabaï Katè (originaire de Banikoara), Boni Yayi a placé un autre fils de la commune, Bio Worou, ambassadeur du Bénin au Maroc. En enlevant Reckya Madougou, originaire de Parakou, il a placé Ali Yérima, originaire de la même ville et de surcroit Préfet du Borgou-Alibori. En enlevant Lambert Kotty, originaire de Ouinhi, en région Agonlin, il a placé son adversaire politique, Aké Natondé originaire de Covè, dans la même région Agonlin. Il en est de même pour Dègla (originaire de Ouèssè dans les Collines) remplacé par Komi Koutché et Merie Laurence Sranon respectivement originaires de Bantè et de Thio (Glazoué) dans le même département.

Peu de technocrates
Ce gouvernement n’est pas une équipe de technocrates. Quelques-uns sont à leurs postes. Il s’agit, par exemple, de François Abiola, Marcel de Souza, Jonas Gbian, François Houessou, Isidore Gnonlonfoun, Kindé Gazard et Antonin Dossou, et peut-être aussi Françoise Assogba. Pour le reste, on retiendra le départ retentissant du premier ministre, Pascal Irénée Koupaki. En place au gouvernement depuis 2006, il a été presque totalement éclipsé par l’omniprésence du président de la république sur tous les fronts. La présence de la RB à travers Christian Sossouhounto montre l’ancrage de ce parti dans la mouvance. L’attelage RB-FCBE a encore de beaux jours devant lui. Il est évident qu’avec ce remaniement, le Chef de l’Etat, qui cherchait une large majorité autour de la révision de la constitution, n’a pu, cependant, disposer du soutien du PRD.

La liste du nouveau gouvernement de Boni Yayi

Sans titre-1Sans titre-2

Olivier ALLOCHEME   

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *