.
.

Le triomphe de la vérité

.

Accident du 30 juin dernier: Les populations s’indignent contre la non-réparation du pont de Porto-Novo


accident de bus à Goutti (Adjohoun)

accident de bus à Goutti (Adjohoun)

Les populations de la capitale béninoise, face au retard que prennent les travaux de réparation des dommages enregistrés lors de l’accident du 30 juin dernier sur le pont de Porto- Novo, n’ont pu retenir leur colère. A l’occasion d’un vox populi, elles ont désapprouvé le silence des autorités et déclaré que leur vie est permanemment en danger sur ce pont. Mais, approché, le chef service des travaux publics à la direction départementale des travaux publics Ouémé/Plateau, Albert Kankpè Godonou s’explique. A l’en croire l’entreprise devant effectuer les travaux est déjà connue et celle-ci dispose de quinze jours pour achever lesdites réparations.

Lire ici le cri d’alarme des populations et les explications de la direction départementale

Augustin Agossou, conducteur de Zém à Porto- Novo
« Avec ce que nous voyons sur le pont, notre vie est toujours en danger »

La situation sur le pont n’est pas encore ce qu’elle devait être après l’accident de la fois dernière. Cela fait plus de deux semaines que le sinistre s’est produit. Des présidents d’autres pays ont exprimé leur compassion au président Boni Yayi. Mais, jusque-là, on n’a pas véritablement réparé les dommages. Ce n’est pas bon et cela nous inquiète. Avec ce que nous voyons sur le pont, notre vie est toujours en danger. Je voudrais demander au maire Moukaram Océni de mettre la pression sur les autorités du Ministère des travaux publics et des transports pour que les réparations soient faites ».

Désir Camille Togbé, Elève-professeur à l’ENS de Porto- Novo
« Que les autorités n’attendent pas nos supplications avant de venir remplacer et solidifier les gardes-fous »

Deux semaines après l’accident, le constat est le même. Le pont n’est pas encore réparé. C’est dommage pour notre pays. Des drames du genre ne nous édifient pas ! Que les autorités n’attendent pas nos supplications avant de venir remplacer et solidifier les gardes-fou. Est-ce que c’est un seul pont ou du moins une seule voie qui va rallier une capitale politique ? Pourquoi ne pas penser à la construction d’un autre pont ?

Gildas Aguessy, professeur d’Anglais
« Il est impensable que jusqu’à ce jour, les dommages enregistrés sur ce pont ne soient pas réparés »
C’est la preuve de l’inconscience et de l’irresponsabilité dont font preuve les autorités de ce pays. Il est impensable que jusqu’à ce jour, les dommages enregistrés sur ce pont ne soient pas réparés. Les autorités auraient mieux fait de réparer la partie endommagée dans les soixante douze-heures qui ont suivi l’accident.

Jean Abikou, conducteur de Zém à Porto- Novo
« Je voudrais dire aux responsables qui doivent normalement faire le travail d’avoir pitié de nous les populations »
Je n’ai pas compris pourquoi la partie du pont endommagé n’a pas été réparée jusque-là. Ce n’est pas du tout bien. Car, nous sommes dans cette situation exposés au danger. Je voudrais dire aux responsables qui doivent normalement faire le travail d’avoir pitié des populations.

Mario Padonou, Opérateur de saisie
« Je rappelle même que des ministres du gouvernement étaient sur les lieux le jour du drame »
Je me demande si nos autorités ne voient pas ce qui se passe à l’extérieur. Chaque semaine, elles ne font que des tournées alors que les besoins des populations sont là. Par rapport au pont, je pense que nos dirigeants se moquent de nous. Sinon, comment on peut comprendre qu’après un accident du genre, le pont est resté tel. Je rappelle même que des ministres du gouvernement étaient venus sur les lieux le jour du drame. Qu’ont-ils fait depuis ce jour ? C’est dommage et c’est déplorable !

Kylian Déguénon, Couturier
« Que nos dirigeants fassent leur travail »
On attend, on attend et on va toujours attendre. C’est ça notre caractéristique. Le ministre avait dit qu’il réfléchit. Donc on attend peut-être un autre accident avant de réagir. Que nos dirigeants fassent leur travail et à temps.

Les explications d’Albert Kankpè Godonou pour apaiser les populations très remontées
Je pense que le drame a eu lieu le dimanche 30 juin passé. Le ministre des travaux publics et des transports a donné des instructions fermes pour que les travaux de réparations soient faits. Il nous a demandé de constituer des tâcherons qui peuvent exécuter les travaux. Ce qui a été fait. Depuis le lundi passé, le tâcheron qui a été retenu est allé sur le terrain pour enlever la section dédommagée. Donc les travaux de réparation sont en cours. On lui a donné 15 jours pour les achever. Si vous allez sur le pont, des balises ont été mises là pour sécuriser les usagers en attendant que les travaux ne démarrent. Je demande aux usagers de la route d’être prudents, d’éviter les dépassements sur les ponts.

Propos recueillis Esckil AGBO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *