.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tentative d’escroquerie dans la fourniture d’intrants agricoles: La société AgroChina porte plainte au tribunal et à la BEF


De lourds soupçons pèsent sur certains cadres du ministère des finances ainsi que d’autres responsables à propos d’une tentative d’escroquerie dont la société AgroChina se dit être victime. Ils sont, en effet, soupçonnés  d’avoir manigancé pour détourner dans une autre banque le paiement des frais liés à l’achat d’intrants coton commandés par l’Etat béninois à la société AgroChina International Trade Co. Ltd. basée à Shanghai en Chine. Pour tirer la situation au clair, AgroChina a porté plainte fin mai 2013 au Tribunal de première instance et de première classe de Cotonou et à la Brigade Economique et Financière (BEF). Les preuves que nous avons contredisent clairement ceux qui soutiennent le contraire (voir ci-contre).
Des doutes épais
« Plainte contre X pour faux et usage de faux, tentative d’escroquerie et abus de confiance ». C’est l’objet de la plainte adressée par la société AgroChina qui estime avoir subi « d’énormes préjudices » au regard de la manœuvre décrite dans la plainte adressée au Parquet. En effet, AgroChina avait reçu une commande ferme de l’Etat pour importer des intrants agricoles (herbicides et fongicides) à travers la SONAPRA, pour un montant de 6.720.500 dollars US. AgroChina avait déjà démarré la procédure de livraison de la cargaison depuis la Chine lorsqu’une mystérieuse lettre adressée à sa banque le 15 avril 2013 modifie les termes du paiement tels que contenus dans l’accord initial avec l’Etat béninois. De même, sans que la SONAPRA en soit informée, une facture Proforma au nom de la société AgroChina est envoyée à la Banque et à Diamond Bank-Bénin. Non seulement cette facture n’est pas signée, mais en plus, le montant de la commande a été modifié. Les responsables de Diamond Bank-Bénin affirment avoir été instruits par le ministère des finances. Mais qui donc a tout manigancé ? La question reste posée. D’autres doutes subsistent quant à cette ténébreuse affaire : Qui a eu en main la lettre de crédit d’AgroChina avant le 11 avril jusqu’à introduire une modification le 12 avril alors même que AgroChina même ne l’avait pas encore reçue ? Qui a eu l’intention d’envoyer ladite lettre ? Qui donc a déposé la correspondance frauduleuse ?
Ce sont des questions demeurées sans réponse aujourd’hui. D’autres pans de ce dossier scabreux lèveront un coin de voile sur les auteurs de cette manœuvre extraordinaire ourdie par des cadres peu scrupuleux.

Lire la plainte de la société AgroChinaPlainte contre X représentant Agro China

Plainte suite1

Plainte fin

Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *