.
.

Le triomphe de la vérité

.

Faculté spécial de médecine de Porto-Novo: Les activités académiques officiellement lancées depuis samedi dernier par le ministre Abiola


Le ministre Abiola au milieu des étudiants et enseignants de la nouvelle faculté de médecine

Le ministre Abiola au milieu des étudiants et enseignants de la nouvelle faculté de médecine

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique François AdébayoAbiola, a procédé vendredi dernier 15 Mars 2013, à la Maison des jeunes de Djègan-Kpèvi à Porto-Novo, au lancement officiel des activités académiques de la Faculté de médecine de la ville capitale. C’était en présence des responsables et enseignantsdes universités d’Abomey-Calavi et de Parakou, des membres du cabinet du ministre de l’enseignement supérieur, des autorités administratives et locales, cadres ressortissants, sages et notables de la ville de Porto-Novo. Une occasion pour le ministre François Abiola de rassurer les premiers étudiants de cette faculté et de lancer un appel pressant à l’endroit des autorités administratives et locales ainsi qu’aux populations dePorto-Novo à accompagner la mise en œuvre de ce projet.

La Faculté de médecine de Porto-Novo dont les activités académiques sont ainsi officiellement lancées, est une entité de l’Université d’Abomey-Calavi.Elle sera gérée au cours des deux premières années comme un projet par un Coordonnateur chargé de sa mise en place et nommé par le ministre de l’enseignement supérieur. C’est une faculté à caractère spécial, parce qu’au plan académique, elle opère la jonction entre le système traditionnel et le nouveau système Licence-Master-Doctorat (LMD).Mieux, elle innove avec des activités académiques bilingues et se voudrait gérer des effectifs maîtrisés. Ainsi donc, la première promotion de cette faculté est constituée de vingt étudiants de 6ème année recrutéspar volontariat des Facultés de Médecine de Cotonou et Parakou. Toute fois, dès la rentrée académique 2013-2014, le recrutement se fera sur étude de dossiers.Au plan des ressources académiques, la Faculté de Médecine de Porto-Novo bénéficiera des services des professeurs des facultés de Médecine de Cotonou et de Parakou pour les enseignements théoriques et pratiques. Mieux, le ministre de l’enseignement supérieur a déjà engagé de jeunes Doctorants spécialistes actuellement en stage et qui serviront dans cette faculté dans les prochaines années. Signalons qu’au cours de cette cérémonie de lancement le deuxième adjoint de la ville de Porto-Novo Jean-Baptiste Ahoussinou a au nom du maire empêché, remercié et félicité le ministre François Abiola pour avoir œuvré à la concrétisation et rendre effectif un vieux rêve et cher aux populations de la ville capitale.Il sera soutenu par le président de Task-force, un regroupement des cadres et personnalités de la ville de Porto-Novo, Mathieu Fassinou et le coordonnateur du projet, l’ancien ministre de l’éducation nationale PadonouJijoho qui ont dit toute leur satisfaction etleur joie quant à l’effectivité de cette faculté. Le coordonnateur PadonouJijiho a toute fois exhorté tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre dudit projet àjouer leur partition.

 

Les assurances du ministre Abiola face aux inquiétudes des premiers étudiants de la Faculté

Les premiers étudiants de la Faculté de médecine de Porto-Novo ont profité de cette cérémonie de lancement pour exprimer quelques inquiétudes sur le sort qui leur est réservé dans ce nouveau centre de formation. A travers leur porte-parole, ces derniers se sont interrogés sur le sort queconnaîtra leur diplôme de fin de formation. Aussi se demandent t-ils s’ils ne sont pas des victimes d’une improvisation pour combler un vide qui ne dit pas son nom. Mieux, ils ont demandé au président de la république et au ministre de l’enseignement de rassurer leurs parents quant à leur prise en charge par les hôpitaux qui seront leurs lieux de formation ainsi que leur intégration et insertion dans la ville de Porto-Novo. Le ministre François Abiola a essayé de leur faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’une improvisation, mais plutôt un projet bien mûri et réfléchi dont les préparatifs ont commencé depuis plusieurs années et impliquant tous les acteurs du monde universitaire. Il a profité pour inviter les bonnes volontés, autorités locales, opérateurs économiques ainsi que les porto-Noviens à se joindre à lui pour que survive ce projet.

Hugues E. Patinvoh

Faculté spécial de médecine de Porto-Novo

Les activités académiques officiellement lancées depuis samedi dernier par le ministre Abiola

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique François AdébayoAbiola, a procédé vendredi dernier 15 Mars 2013, à la Maison des jeunes de Djègan-Kpèvi à Porto-Novo, au lancement officiel des activités académiques de la Faculté de médecine de la ville capitale. C’était en présence des responsables et enseignantsdes universités d’Abomey-Calavi et de Parakou, des membres du cabinet du ministre de l’enseignement supérieur, des autorités administratives et locales, cadres ressortissants, sages et notables de la ville de Porto-Novo. Une occasion pour le ministre François Abiola de rassurer les premiers étudiants de cette faculté et de lancer un appel pressant à l’endroit des autorités administratives et locales ainsi qu’aux populations dePorto-Novo à accompagner la mise en œuvre de ce projet.

Hugues E. Patinvoh

La Faculté de médecine de Porto-Novo dont les activités académiques sont ainsi officiellement lancées, est une entité de l’Université d’Abomey-Calavi.Elle sera gérée au cours des deux premières années comme un projet par un Coordonnateur chargé de sa mise en place et nommé par le ministre de l’enseignement supérieur. C’est une faculté à caractère spécial, parce qu’au plan académique, elle opère la jonction entre le système traditionnel et le nouveau système Licence-Master-Doctorat (LMD).Mieux, elle innove avec des activités académiques bilingues et se voudrait gérer des effectifs maîtrisés. Ainsi donc, la première promotion de cette faculté est constituée de vingt étudiants de 6ème année recrutéspar volontariat des Facultés de Médecine de Cotonou et Parakou. Toute fois, dès la rentrée académique 2013-2014, le recrutement se fera sur étude de dossiers.Au plan des ressources académiques, la Faculté de Médecine de Porto-Novo bénéficiera des services des professeurs des facultés de Médecine de Cotonou et de Parakou pour les enseignements théoriques et pratiques. Mieux, le ministre de l’enseignement supérieur a déjà engagé de jeunes Doctorants spécialistes actuellement en stage et qui serviront dans cette faculté dans les prochaines années. Signalons qu’au cours de cette cérémonie de lancement le deuxième adjoint de la ville de Porto-Novo Jean-Baptiste Ahoussinou a au nom du maire empêché, remercié et félicité le ministre François Abiola pour avoir œuvré à la concrétisation et rendre effectif un vieux rêve et cher aux populations de la ville capitale.Il sera soutenu par le président de Task-force, un regroupement des cadres et personnalités de la ville de Porto-Novo, Mathieu Fassinou et le coordonnateur du projet, l’ancien ministre de l’éducation nationale PadonouJijoho qui ont dit toute leur satisfaction etleur joie quant à l’effectivité de cette faculté. Le coordonnateur PadonouJijiho a toute fois exhorté tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre dudit projet àjouer leur partition.

 

Les assurances du ministre Abiola face aux inquiétudes des premiers étudiants de la Faculté

Les premiers étudiants de la Faculté de médecine de Porto-Novo ont profité de cette cérémonie de lancement pour exprimer quelques inquiétudes sur le sort qui leur est réservé dans ce nouveau centre de formation. A travers leur porte-parole, ces derniers se sont interrogés sur le sort queconnaîtra leur diplôme de fin de formation. Aussi se demandent t-ils s’ils ne sont pas des victimes d’une improvisation pour combler un vide qui ne dit pas son nom. Mieux, ils ont demandé au président de la république et au ministre de l’enseignement de rassurer leurs parents quant à leur prise en charge par les hôpitaux qui seront leurs lieux de formation ainsi que leur intégration et insertion dans la ville de Porto-Novo. Le ministre François Abiola a essayé de leur faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’une improvisation, mais plutôt un projet bien mûri et réfléchi dont les préparatifs ont commencé depuis plusieurs années et impliquant tous les acteurs du monde universitaire. Il a profité pour inviter les bonnes volontés, autorités locales, opérateurs économiques ainsi que les porto-Noviens à se joindre à lui pour que survive ce projet.

 

 

Centre universitaire d’Adjarra

Remise officielle des clés d’un bloc pédagogique de type R+2

Après le lancement officiel des activités académiques de la faculté de médecine de Porto-Novo, le ministre de l’enseignement supérieur s’est aussitôt rendu sur le site du centre universitaire d’Adjarra où il a procédé à la remise officielle des clés d’un bloc administratif flambant neuf de type R+2 aux autorités dudit centre. C’était en présence du maire de la commune d’Adjarra Yaya Saka et des membres de son conseil, des étudiants du centre universitaire ainsi que des populations de la commune. D’un coût global de426.968. 228 francs CFA, le bâtiment est constitué de trois Amphis théâtres de deux cents places chacun avec bureaux, salle multimédiaet toilettes. L’emprise au sol du bâtiment est d’environ 500 m2 et la hauteur hors sol est de 17m. Prévus pour durer 9 mois, les travaux de constructions se sont achevés le 30 décembre 2012 avec un décalage non moins négligeable. Il n’en fallait pas plus pour susciter la joie des étudiants du centre universitaire de Porto-Novo qui à travers leurs responsables syndicaux ont exprimé leurs gratitudes au ministre de l’enseignement supérieur ainsi qu’au chef de l’Etat.

 

 

Première édition des retrouvailles et de réjouissance des ZogoumongbéAwujalède Porto-Novo

Une initiative pour consolider les liens familiaux et de fraternité

(Lire l’histoire des ZogoumongbéAwoujalè présentée au cours d’un point de presse)

Suite à un différend qui les opposent au régent de leur trône royal, le ZounnonGbèwèdoTognon, les anciens et sages de toutes les dynasties constituant la grande collectivité royale des ZogoumongbéAwoudjalè de Porto-Novo ont décidé de mettre en quarantaine le Zounnon et l’ont déclaré persona non grata dans toutes les entités Awoujalè. Non content de ces sanctions à lui infliger, le zounnonGbèwèdoTognon à recruter des dignitaires du culte Ogou pour jeter un mauvais sort aux membres de ce comité des sages et anciens. Ainsi,plus         d’une quarantaine d’anciens et de sages de la grande collectivité des ZogoumongbéAwoujalè ont été menacé de mort et des images d’orgies macabres et violentes de leurs condamnations à mort a été diffusé sur la chaîne de télévision privée Golfe Tv courant octobre 2011.Près de deux ans après ces menaces, aucune des personnes dont la mort avait été programmée n’est morte. C’est donc pour rendre grâce à Dieu et le remercier de les avoir gardé en vie et protéger, et en même temps consolider les liens familiaux et de fraternité au sein desfilles et fils se réclamant de la collectivité ZogoumongbéAwoujalè de Porto-Novo, qu’il a été décidé de l’organisation d’une grande cérémonie de retrouvailles et de réjouissance. Ainsi du samedi 16 au dimanche 17 mars derniers, plusieurs manifestations ont été organisées. Il s’agit d’une messe d’action de grâce à la Cathédrale Notre Dame de l’Immaculée Conception de Porto-Novo, suivi d’une prière musulmane à Avadjohoué au quartier Zèbou. Le clou de ces manifestations aura été la grande réjouissance populaire qui a rassemblé un nombre impressionnant des Awoujalè de Porto-Novo. Cette réjouissance a surtout été agrémentée par les chants, danses etlitanies exécutés par les « Axossi » ainsi que plusieurs autres groupes de musique traditionnelle. Il est important de signaler que le comité des anciens et sages de la collectivité en a profité pour présenter un point de presse au cours duquel, il a étéretracé l’histoire des ZogoumongbéAwoujalè dans le temps et dans l’espace et ceci depuis leur ancêtre AvadjoAdimoula.

 

« Mesdames et messieurs de la presse,des medias. MERCI POUR VOTRE SOUTIEN, votre présence est un grand soutien pour nous.

 

Nous sommes à la première édition de la fête des retrouvailles des AWUJALE du Bénin et dans le programme établi, nous avons prévu faire un point de presse axé essentiellement sur l’histoire de la collectivité royale ZOUNON ZOGOUMONGBE AWUJALE : Ce sera un bref aperçu historique de notre origine.

 

La collectivité royale ZOUNON ZOGOUMONGBE AWUJALE est sur le plan traditionnel située au carrefour du pouvoir politique à XOGBONOU. Son origine est IJEBU ODE (au Nigeria). Elle est issue de l’ancêtre OBAAJO ADEMULA (AVAJO ADIMULA). C’est dire que tous les ZOGOUMONGBE AWUJALE ABULE SHOWO sont des descendants de AVAJO ADIMULA soit patrilinéaires, soit matrilinéaires. Si, au Bénin, quelqu’un ne se retrouve pas lié biologiquement à AVAJO ADIMULA, il n’est pas AWUJALE.

 

La, à coté de nous, c’est le grand temple de la collectivité, le YOXO de AVAJO et ce lieu s’appelle AVAJOHOUE.

 

Voyez !!Nous sommes ici au quartier ZEBOU (ZEVOU) : C’est le rappel de l’origine IDJEBOU-ODE devenu ZEBOU. Ce nom transformé en ALLADAGBE ZEBOU rappelle aussi la capacité de l’homme DJEBOU (DJEBOU NOU) à étonner, à surprendre.

ZEBOU = ZE-BOU (Si tu passes par là, tu disparais). C’est pourquoi dans le mimlan (oriki) des AWUJALE, il y a une séquence qui précise : « JEBOU KOULE AJOJI OWO…….etc . » Ce qui signifie qu’on n’agresse pas impunément le DJEBOU-NOU et par conséquent leAWUJALE.

Notre aïeul s’est retrouvé grâce à son charisme et son charme à Tado (au Togo) et ses descendants sont à Xogbonou et presque partout dans notre ère depuis la région de la Volta au Ghana (11è et 12è siècles) jusqu’à la région de la Bénoué au Nigeria.

Compte tenu de sa réputation, il est respecté comme le maitre des lieux, ZOUNON et à XOGBONOU, la dénomination est très nette. Il y a le ZOUNON et XWENON.

Le pouvoir réel est chez le XWENON, mais le socle sur lequel est reposé le trône à XOGBONOU est à AVOJOHOUE chez nous les AWUJALE. Tous les princes AJATADO ALADANOU le savent. Nous ne dirons pas plus, c’est pourquoi nous répétons que les AWUJALE sont au carrefour du pouvoir politique traditionnel à XOGBONOU

Aujourd’hui, nous voudrions affirmer que la collectivité ZOGOUMONGBE a un conseil qui s’occupe des affaires AWUJALE.Appelez-le conseil de régence ou d’administration, de suivi. Ce conseil est un collège de consulteurs qui détient le pouvoir chez les AWUJALE depuis le vendredi 9 septembre 2011 à la suite d’un rapport généra, découlant malheureusement d’une situation désobligeante.

 

Nous mettons à la disposition de la presse ce rapport envoyé à toutes les autorités concernées (voir ampliation).

Aujourd’hui, personne en dehors du conseil ne peut parler ni écrire au nom de la collectivité s’il n’est délégué par le conseil qui statue sur ce qu’il doit dire ou écrire.

Voyez !!! Faites vos enquêtes sur les entités royales vraies-vraies à NIKKI, OYO, IJEBOU, ABOMEY ou KOUMASSI, seul ce que la tradition dit que le prince dit. Si quelqu’un doit dire autre chose comme cela arrive chez les historiens, celui-là doit avoir d’abord l’aval des traditionnistes, des personnes ressources qui vont lui dire et lui indiquer la manière sinon, il y a risque.

En Afrique, n’importe qui ne dit pas n’importe quoi et n’importe qui ne fait pas n’importe quoi. Et surtout n’écrit pas l’histoirequi veut car c’est une science qui a sa méthodologie, ses règles.

Nous, nous sommes les AWUJALE dont l’origine est à IJEBOU où nous sommes allés déjà deux fois et plus pour certains, renouer contact avec nos parents de la lignée-mère. Le dernier voyage organisé par la collectivité date du 21 juin 2010 à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’accession au trône de l’actuel KABBYESSI OBA SIKIRU ADETONA AWUJALE OGBAGBA II (le doyen actuel des rois sur le plan mondial).

Ce pèlerinage organisé sous le plein control des deux Etats (sur le plan administratif et diplomatique) a été suivi par tous les AWUJALE du Bénin grâce aux médias du Nigeria et du Bénin et il existe le CD reportant cet événement réussi avec une délégation de plus cinquante personnes.

En résumé, lesAWUJALE du Bénin sont originaires de IJEBU ODE (Nigeria).

Au Nigeria, chaque autorité traditionnelle à la tête d’une structure politique porte un nom. Ainsi à IJEBOU, c’est AWUJALE d’IJEBOU, à OYO, c’est ALAFIN d’OYO, à IKOYI, c’est le ONIKOYI, à Ifè, c’est le ONI d’Ifè.

 

Merci pour votre attention en attendant peut-être vos contributions ou vos questions ».

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Faculté spécial de médecine de Porto-Novo: Les activités académiques officiellement lancées depuis samedi dernier par le ministre Abiola

  1. Gueri Christian

    Bonjour je veux avoir des renseignements sur votre institution car je me suis renseigner et on ma dit que c’est la meilleures. Ma femme a fini en pharmacie (licence) et elle compte bien continue là bas. Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *