.
.

Le triomphe de la vérité

.

Enseignement au Bénin: Embargo du front des enseignants sur les résultats des évaluations scolaires


Maxime Ahouissoussi

Maxime Ahouissoussi

Le front des enseignants des trois ordres de l’enseignement n’est pas prêt à abandonner la lutte pour la défense de ses acquis. Après l’échec des derniers mouvements de grève, les enseignants adoptent de nouvelles stratégies.

Les apprenants des écoles, lycées et collèges du Bénin sont privés de notes jusqu’à nouvel ordre. En effet, le front des enseignants des trois ordres de l’enseignement vient d’en décider ainsi. Devant la détermination du gouvernement à ne pas accorder plus de crédit à leurs revendications, Maxime Ahouissoussi, secrétaire général du Syndicat national des enseignants pour l’éthique et le développement (Synaeed) et membre du front, ensemble avec ses camarades ont préféré procéder de la sorte. Les apprenants des établissements publics du Bénin pourront donc assister régulièrement aux cours mais ne pourront avoir ni les copies des interrogations ni celles des différentes évaluations semestrielles. Selon le front des enseignants des trois ordres de l’enseignement, cette manière de procéder vise à mettre la pression sur le gouvernement sans passer par les mouvements de débrayages. Ces derniers étant des motifs de défalcations, la ‘’rétention des résultats de toutes évaluations scolaires’’ impliquera directement les élèves. D’ailleurs, ces derniers ne se réjouissent guère de la nouvelle : « sans nos résultats il nous serait impossible de nous auto-évaluer », a confié Alexandrine Hounou, élève en classe de seconde au Ceg Sèkandji. De même, les parents d’élèves sont loin d’accueillir cette décision avec sourire. Machioudi Toyi, commerçant à Akpakpa, se laisse aller à une interrogation : « comment pouvons-nous suivre les performances de nos enfants sans les résultats des évaluations ? ». Toutefois, les revendications des enseignants n’ont pas changé. La jouissance des mesures contenues dans le décret n° 2011-505 du 05 Août 2011 portant institution d’un coefficient de revalorisation des indices de traitement des agents de l’Etat et la rétrocession sans délai des défalcations arbitraires opérées sur les salaires pour fait de grève font toujours l’objet de la mésentente avec le gouvernement.

Nafiou OGOUCHOLA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *