.
.

Le triomphe de la vérité

.

Le népotisme, le favoritisme et l’électoralisme : armes de la politique du pire


photo pour journalDepuis la conférence nationale des forces vives de la nation, les mœurs démocratiques s’enracinent de plus en plus dans notre pays. Aujourd’hui notre démocratie force l’envie et l’admiration du monde entier. Nous ne pouvons qu’en être fiers et souhaiter que les choses aillent s’améliorant. Jouissant d’ailleurs de la liberté que nous avons de nous exprimer sans risquer l’emprisonnement, les tortures ou l’assassinat politique, certaines presses de mon Bénin abusent, confondant insultes, invectives, propos de lèse-majesté et analyse édifiante de l’actualité brûlante de l’heure.  Je veux bien jouir aussi de cette liberté ici en m’appesantissant, sans invectiver, sur l’exploit qui reste à faire pour que nous soyons un peuple dont l’émergence est assurée.

         Mais la forte admiration que suscite notre démocratie chèrement acquise, c’est-à-dire non sans sacrifice, n’empêche pas qu’on formule de reproches contre ceux qui animent la vie politique au Bénin. Plutôt que de se mettre réellement au service du peuple béninois, ceux-ci brillent malheureusement par le népotisme, le favoritisme et l’électoralisme qui sont des obstacles à l’épanouissement et au développement.

         Lorsqu’ils deviennent un système de gestion des peuples à l’échelle étatique, le népotisme et le favoritisme créent des castes dans le pays et refusent à la majorité du peuple des avantages auxquels elle a pourtant droit. Ces systèmes ignominieux qui font déjà trop de victimes dans notre pays empêchent de confier des responsabilités à ceux et à celles qui en ont la compétence. Ils créent beaucoup de frustrations, font la promotion de la médiocrité, démobilisent les énergies et tuent l’émulation. Par exemple, on n’est pas forcément douanier ou policier au Bénin parce qu’on a brillé au concours de recrutement. Le plus souvent, on doit son entrée dans l’un ou l’autre de ces secteurs à son appartenance à une caste. Tout le monde sait qu’au Bénin, la douane et la police, pour ne citer que ces deux exemples, constituent le privilège d’une caste. Combien sont les Béninois qui s’y trompent encore ? Dans mon pays, on peut même réussir à un concours avant sa programmation. Tout dépend de qui on est, de qui on connaît ou de combien on a dépensé.

         J’ai été offusqué d’entendre un vétéran de la politique au Bénin prôner la chose en pleine campagne pour l’élection présidentielle passée, alors qu’il en accusait le pouvoir. Devant une foule immense de nos compatriotes qu’il courtisait aux fins électoralistes, il dénonçait le népotisme et le favoritisme érigés en systèmes par le pouvoir. Selon ses dires n’importe qui ne peut réussir au concours de recrutement dans la police au Bénin. Mais plutôt que d’instruire ces hommes et ces femmes de ce que cette pratique est un danger pour notre épanouissement, il leur demandait de le porter à la tête de notre pays (donc du pommier). Car, lorsqu’on n’a pas le sien sur le pommier, on ne mange que des pommes vertes. Il reprit l’adage en des termes beaucoup plus précis : seuls ont droit aux pommes mûres ceux qui ont les leurs perchés sur le pommier. Il a exploité le mal à des fins électoralistes. Il devait plutôt montrer à ces pauvres gens dont il quémandait les suffrages que le népotisme et le favoritisme font partie des maux qui nous minent au Bénin. Il a manqué de leur faire comprendre qu’avec cette pratique, le Bénin court à sa propre ruine. En réalité, il ne déplorait pas ces systèmes, il les prônait plutôt.

         A l’occasion de la même élection présidentielle, j’ai entendu dire que Boni Yayi ne nomme que les nordiques de notre pays aux postes les plus sensibles. Et, qui l’avait crié haut et fort pour que le monde entier l’entendît ? C’était une personnalité très distinguée de la vie politique au Bénin.  Quoi de plus louable que de dénoncer ce qui va mal dans son pays lorsqu’on est un grand acteur politique ! Mais, c’est aussi à des fins électoralistes que le problème était posé. On s’attendait à ce que ce genre de dénonciation continue afin que le régionalisme et le sectarisme soient du passé au Bénin. Mais, à la grande surprise de la majorité des Béninois, cette dénonciation n’a duré que la période des campagnes électorales. Boni Yayi a-t-il cessé subitement de nommer uniquement les nordiques aux postes stratégiques de notre pays suite à ce cri tonitruant ? S’entête-t-il toujours dans le cynisme ? Le peuple n’en est plus informé puisque l’élection présidentielle est passée.

La fameuse affaire ICC Services prouve davantage que les politiciens sont toujours en quête de situations à exploiter à leur avantage. Les opposants politiques de notre pays avaient laissé le peuple mordre à l’appât des méchants dans le triste espoir d’en récupérer le scandale à des fins électoralistes. Ils avaient cru qu’ils pourraient l’exploiter suffisamment contre le gouvernement pour s’attirer la confiance d’un grand nombre d’électeurs, l’élection présidentielle approchant. C’est pour cette seule raison que bien qu’ils sussent que le peuple ne tirerait aucun profit de la situation, ils s’étaient tus et avaient laissé faire.  

         Rompons avec l’électoralisme pour faire du Bénin un pays émergent à l’instar de l’Inde et du Brésil. Rompons avec les calculs trop politiciens et posons les problèmes d’intérêt national de manière beaucoup plus désintéressée pour le bonheur de tous les Béninois. Lorsqu’un problème d’une grande envergure se pose dans notre pays, les acteurs politiques doivent sacrifier leur égo à l’intérêt supérieur de notre nation. Du fait de l’électoralisme, nos dirigeants manquent souvent de fermeté au moment où s’imposent des décisions courageuses face à une situation qui engage le sort de la nation tout entière.

         C’est la politique électoraliste pratiquée par Kérékou, Soglo et Boni Yayi qui a fait, en sorte, que notre pays ait connu la recrudescence de la vente de l’essence dans les salons, dans les chambres, dans les cuisines, dans les greniers et en bordure de toutes les routes. Qui ne voudrait pas renouveler son quinquennat parmi les trois hommes cités ? C’était trop risquer que d’engager un combat contre les vendeurs de ce produit dangereux. Car, ils constituent, avec leurs proches, un grand électorat. Et on ne peut pas détruire leurs cargaisons d’essence, les emprisonner, affamer les leurs et revenir cinq ans après solliciter leurs suffrages. Donc, la peur de perdre ce gigantesque électorat a poussé nos dirigeants à laisser faire pendant des décennies. Au lieu d’opposer dès le début un combat contre ce commerce pour y mettre définitivement fin avant trop de dégâts, il serait mieux de laisser faire et en cas d’incendie, aller porter les condoléances du gouvernement, cadeaux à l’appui, aux familles éplorées. Ça s’appelle aimer son peuple, être sensible à ses peines. C’est la démocratie à la béninoise. La démocratie à la béninoise, c’est laisser le peuple dans son ignorance, être complaisant au besoin à son endroit et en cas de détresse, l’aider à sécher ses pleurs en l’adulant. On peut facilement se dédouaner en exaltant sa sensibilité : c’est nous qui t’aimons, tes ennemis, les voilà, ils sont de l’autre bord. Et comme il aime aussi l’entendre, ça réussit. Je sais qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. D’ailleurs, je trouve avantageuse la lutte que mène, enfin, le gouvernement de Boni Yayi contre ce commerce de la honte. Mais elle est engagée trop tard, on a laissé le mal ronger suffisamment avant de songer à son éradication. En 2006, Boni Yayi avait menacé, ultimatum à l’appui, de mettre fin à la vente de l’essence à l’air libre. Mais à cette époque, il était néophyte. Il venait d’embrasser une carrière qui a des réalités dont il ne s’était pas encore suffisamment imprégné. Qu’est devenue cette menace après? Le chef de l’Etat n’a pas attendu longtemps avant de se rendre compte que mettre en exécution une telle menace, c’est hypothéquer son prochain quinquennat. Il s’était donc tu. Mieux vaut laisser faire pour s’offrir la chance d’un second quinquennat. C’est au cours d’un dernier mandat qu’une décision courageuse est sans risque. Yayi a fait ses calculs et a su choisir le moment de son combat.

         C’est pourquoi quand j’ai appris qu’il s’est maintenant engagé dans la lutte laissée en plan depuis 2006, je me suis dit que l’homme est réellement prêt à laisser le pouvoir au terme de son second mandat. Il l’a promis en prenant Dieu à témoin. Il le réalisera. Ceux qui craignent qu’il ne torde le cou à notre constitution pour prétendre à un troisième mandat peuvent maintenant dormir tranquille. Celui qui veut mendier encore les suffrages des Béninois à une élection présidentielle se garderait de prendre une décision qui frustrerait un électorat aussi impressionnant que les vendeurs de l’essence frelatée, les leurs et leurs amis.

 

Philippe AKODJENOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *