.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dix ans de décentralisation à la mairie de Cotonou: Les Soglos ont-ils le courage de rendre compte des 100 milliards ?


Le maire de la Commune de Cotonou en visite dans le 2ème arrondissement

Le maire de la Commune de Cotonou en visite dans le 2ème arrondissement

Plus de 106 milliards de francs CFA. C’est exactement le montant total des dépenses effectuées par la mairie de Cotonou en dix ans de décentralisation. C’est ce qu’a révélé  Monsieur Raphael EDOU, Ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du territoire au cours de l’émission télévisée intitulée : « Dix ans de décentralisation au Bénin pour quel bilan ? », lundi 25 février 2013. Ces dépenses, selon le ministre, n’intègrent pas les réalisations directes de l’Etat dans la ville de Cotonou : les infrastructures routières (routes, les échangeurs, etc.).

L’engouement suscité par l’avènement de la décentralisation au sein de la population a connu l’épreuve du temps. Malgré cela et dix ans après, l’on peut dire sans se tromper que  l’une des  fiertés de la mise en œuvre du processus de la décentralisation est la gestion à la base.  Ce processus a permis de mettre les populations au cœur de la gestion de leurs propres ressources. Et c’est à ce titre que les communes réalisent des infrastructures  telles les écoles, les centres de santé, les marchés, etc.

Le mérite de l’émission est d’avoir permis aux citoyens de découvrir l’évolution des recettes et des dépenses non seulement de la commune de Cotonou mais aussi des 76 autres communes du Bénin de 2003 à 2013. Les prochains jours éclaireront davantage les citoyens sur ce que chaque commune a engrangé durant les 10 années de la décentralisation.

Plus de 100 milliards dépensés à la mairie de Cotonou

Plus de 100 milliards de francs dépensés à Cotonou et l’on est tenté de se demander à quoi a servi tout cet argent ?

En effet, les actions de la mairie, contrairement à celles des petites communes, ne sont pas visibles sur le terrain. En dix ans d’exercice du  pouvoir à la base, les citoyens ont de la peine à croire qu’un tel montant a été englouti dans Cotonou.

Ville à statut particulier et plus grande ville à forte densité humaine,  Cotonou n’a certainement pas les mêmes préoccupations que les autres communes du Bénin. Mais les populations ont les mêmes besoins et les mêmes aspirations (accès à l’éducation, accès à l’eau potable, droit à un cadre plus sein, etc.).

Dix ans après la décentralisation, la ville de Cotonou demeure un gros village qui n’est pas prêt à sortir de ses inondations chroniques ; à se débarrasser de ses ordures qui jonchent les terre-pleins de ses principales artères et, le sable qui recouvre constamment le bitume. Les maux de Cotonou sont connus et ont donc pour noms : inondations, insalubrité, ordures ménagères et bien d’autres.

 L’équipe municipale, à sa prise de fonction, était bien consciente de l’enjeu et dix ans ont paru comme dix jours ; car, tout se présente aujourd’hui comme si rien n’était fait dans la ville. La construction de Cotonou est semblable au travail de Pénélope où il faut tout recommencer chaque année. Mais, s’il en est ainsi de l’assainissement de la ville, tel n’est pas le cas des autres infrastructures. Si les marchés secondaires et les écoles se construisent progressivement, l’on constate aisément que l’équipe municipale n’a pas pensé par exemple doter la ville de Cotonou d’un hôtel de ville digne du nom. Aussi, les différents services de la mairie sont à l’étroit et ont besoin de beaucoup plus d’espace. Tous ces constats sont certainement liés à la gestion.

Associer tous les acteurs à la gestion de la cité

En effet, le fonctionnement de la municipalité de Cotonou ne connait pas l’adhésion de tous les acteurs. On est dans un schéma où tout part du sommet vers la base alors que tous les projets devraient prendre le sens inverse. Le dernier cas en date est la déclaration des Conseillers FCBE qui ont interpellé le maire sur un certain nombre de points concernant la gestion de la ville. Cet acte citoyen leur a valu une assignation en justice….

Plus de 100 milliards de francs en 10 ans d’exercice de gouvernance locale à Cotonou, c’est vrai et pour ceux qui connaissent les problèmes de cette ville, ils diront que c’est rien du tout face aux besoins. L’équipe municipale gagnerait donc à rendre plus transparente sa gestion en associant tous les élus locaux et surtout en prenant en compte les préoccupations des communautés à la base. En un mot, revenir à l’esprit même de la décentralisation. Ainsi, plus de 100 milliards de francs en dix ans ne signifieraient plus grand-chose pour tous ceux-là qui seraient mis au cœur de l’action.

Dix ans, c’est très important  pour qu’une ville aussi grande et importante prenne une pause pour faire le bilan du chemin parcouru et envisager l’avenir avec beaucoup plus de réalisme. Mais hélas ! Les prochaines élections municipales préoccupent beaucoup plus les esprits….

Wandj A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *